Catégorie : Non classé

Le parent qui ne savait pas ce qu’il voulait

BalancoireJe ne sais pas vous, mais moi mes enfants ont tendance à m’épuiser! C’est simple, ils n’arrêtent jamais! Ni de parler, ni de me solliciter et encore moins de faire des bêtises. Du coup, j’aspire très souvent à une pause. Les mettre en pause, eux, histoire de pouvoir contempler comme ils sont adorables quand ils sont silencieux/stoïques quelques minutes ou me mettre en pause, moi, dans une bulle loin de tout ce chahut.

Alors quand l’occasion se présente sous la forme de grands-parents qui viennent passer quelques semaines à la maison, je n’ai qu’une hâte: leur filer les mômes et m’évader! Dans le passé, on choisissait, Chéri et moi, de partir le temps d’un long week-end se ressourcer quelque part. Cette fois-ci, on a opté pour l’option inverse: envoyer grands-parents + enfants au vert, dans un chalet au bord d’un lac!

Enfin, on a notre pause, notre bouffée d’oxygène puisqu’on rentre dans une maison silencieuse, en ordre, propre et qu’on peut faire ce qu’ON veut sans aucun gnome pour nous interrompre ou nous casser les oreilles! LE PIED!

Enfin presque… parce que dans les faits, les monstres nous manquent, c’est trop calme, trop silencieux, trop vide. On voudrait les avoir quelques minutes près de nous, le temps de faire un câlin, de profiter des moments les plus doux du quotidien pour les renvoyer dans leur chalet quand vient le temps des contraintes, des cris, des « non ».

Comme cette option n’est pas encore possible et que, malgré tout, 5 jours, ça passe vite (surtout quand on travaille), on essaie de ne pas penser aux petites filles adorables qu’elles peuvent être mais se concentrer sur nous, notre couple et redécouvrir une vie de liberté en enchaînant cinéma et restaurants!

Dois-je dire à ma fille qu’elle est belle?

sexismeDans un monde où pour vendre une voiture aussi bien qu’un DVD, il semble incontournable d’afficher une femme fortement déshabillée, où pour vendre toujours plus de vêtements, de médicaments, de lessives, on nous affiche des femmes belles, très belles, trop belles, quel message ai-je envie de transmettre à mes filles?

J’aimerais qu’elles aient confiance en elle. En elle toute entière, pas juste en leur physique. Et pourtant, à l’adolescence, le mal-être de nos filles est très souvent lié à leur apparence. Elles se sentent trop grosses, trop maigres, trop boutonneuses, trop plate, trop grandes, trop petites, rien ne va et ce physique déborde sur le psychologique. Je n’ai pas envie que cela arrive à mes filles. Alors je leur dis souvent qu’elles sont belles. Je précise que ce n’est pas lié à la robe qu’elles portent, juste qu’ELLES sont belles. Mais le message reste le même. Je mets l’accent sur leur physique alors qu’au fond je voudrais qu’elles ne se préoccupent pas de cet élément mais qu’elles comprennent que ce qui compte, ce sont les gestes qu’elles posent, les décisions qu’elles prennent, les interactions qu’elles ont avec les autres. J’aimerais qu’elles n’aient jamais peur d’entreprendre quelque chose, qu’elles se sentent suffisamment fortes pour oser, qu’elles ne se jugent pas à travers le regard des autres.

Mais le message est tellement moins facile à passer que juste dire le matin « tu es belle ». Suis-je en train d’entretenir cette culture sexiste? Est-ce que mes filles auront plus envie d’aller à un camp de jour qui propose d’apprendre à coordonner ses vêtements ou à bien se maquiller, la puberté à peine commencée? Préféreront-elles ça plutôt qu’un camp de jour qui serait accès sur la science, sur l’ingénierie ou même sur un sport?

Suis-je l’artisan de cette culture du paraître qui pourtant me révolte? J’aimerais que mes filles puissent s’habiller comme elles en aient envie. En robe courte si ça leur tente sans qu’un chromose X se sente aguiché et en droit de commenter/s’approcher. Ou en « habit mou », comme on dit ici, parce que c’est de ça qu’elles auront envie et que dans tous les cas, elles marchent la tête droite, bien dans leurs baskets. Parce que ce n’est pas leur beauté qui m’importe mais leur bien-être. Mais f*ck que c’est dur de bien faire!

Mon expérience avec Culiniste

Il y a quelques semaines, Marie m’a envoyé une offre pour découvrir gratuitement Culiniste (« Des ingrédients frais et des recettes délicieuses livrés chez vous chaque semaine »), soit 3 repas pour 2 ou 2 repas pour 4 dans la semaine.

En quoi consiste Culiniste? Vous choisissez chaque semaine sur leur site internet les menus qui vous tentent et le mardi, avant 20h, vous découvrez votre boîte devant votre porte avec tous les produits nécessaires pour réaliser votre choix.

IMG_3870Les produits sont frais, locaux autant que possible et de très bonne qualité pour ceux qu’on a testés.

Par contre, il s’agit d’un abonnement. Si vous ne souhaitez pas être livré une semaine, il faut bien penser à aller sur le site cocher « sauter cette semaine ». De notre côté, nous avons eu quelques soucis avec ce système. D’abord, comme je regardais les recettes « familial » (pour 4 puisqu’on a besoin de lunch), je trouvais le choix assez limité et pendant les 2 premières semaines, rien ne nous tentait. Ensuite, on est parti en vacances et il a fallu penser à cocher « sauter cette semaine » à chaque fois… La semaine suivante, je m’étais résolue à commander dans la section « pour 2 » puisqu’il y avait vraiment des choix plus tentants pour nous. Sauf que mon lien pour l’offre gratuite était expiré! En contactant le service à la clientèle, on s’est rendu compte qu’Il nous avait automatiquement passé une commande car on n’avait pas sauté la semaine de livraison et que comme on n’avait pas choisi, c’était 2 menus pour 4 au hasard! J’ai demandé à faire annuler mais on m’a passé l’offre gratuite dessus et surtout on a accepté de changer les recettes pour celles que je souhaitais!

Autrement dit, autant le système d’abonnement est vraiment une plaie (encore que depuis peu on peut sauter plusieurs semaines d’un coup, ce qui doit faciliter les choses), autant le service à la clientèle est très arrangeant!

IMG_3871Parlons cuisine maintenant. Découvrir tous les produits frais, aux bonnes quantités était un pur plaisir, même si on peut regretter tous les emballages que cela entraine (qui sont tous recyclables par contre). Premier repas: filet de saumon avec sauce avec sauce chimichurri et salade d’hiver à l’épeautre. On a aimé mais il y avait tellement d’ail dans la sauce que ça m’a un peu écœuré. Par contre, on retiendra la salade d’épeautre, on n’en fait jamais alors que c’est plutôt sympa.

IMG_3876Deuxième repas: gnocchis au pesto de basilic avec champignons cremini et tomates séchées. Première fois que nous faisions des gnocchis sans les faire d’abord cuire à l’eau et le résultat, avec tous les petits légumes, était très bon. Simples mais efficace, on refera avec plaisir.

IMG_3882Troisième repas: pain de viande à la dinde et aux légumes avec bébé épinard.J’avais volontairement choisi des recettes avec peu de viande car Chéri étant un grand carnivore, on en mange déjà assez souvent. Au final, ça a été mon repas préféré! J’ai trouvé ça très goûteux, pas trop long à faire et encore une fois, ça changeait, nous permettant de manger de la viande différemment.

Est-ce qu’on continue avec Culiniste? À date, je n’ai pas recommandé car les recettes ne me tentaient pas mais j’essaie de regarder chaque semaine.

Les moins?

  • Le coût! 3 repas pour 4 personnes coûtent 120$ mais il y a possibilité d’avoir 3 repas pour 2 par exemple à 65$.
  • l’abonnement à gérer

Les plus?

  • les portions pour 4 étaient très généreuses puisque j’ai amené des lunchs à une de mes collègues deux fois.
  • des saveurs qui ressortent bien, des idées à reprendre.
  • on a cuisiné en tandem avec Chéri et c’était marrant de suivre la recette .
  • avoir pile les bonnes portions histoire d’éviter tout gaspillage! Ainsi quand il y a besoin d’une branche de céleri, on ne se retrouve pas avec un céleri entier avec lequel composé rapidement…

Atti, mon chouchou

Cela fait des années que je travaille au centre-ville, tout près du métro McGill, et des places à lunch, j’en ai essayées pas mal. Mais la seule et unique où je retourne régulièrement, la seule et unique qui met tout le monde d’accord quand on hésite où aller entre collègues est invariablement Atti! Atti est un restaurant coréen sur la rue University (maintenant Robert-Bourassa d’ailleurs) qu’on remarque à peine, où dans lequel on ne s’aventurerait pas forcément à cause de son étage en demi sous-sol.

La première fois que j’y suis allée, c’était à l’occasion de l’anniversaire d’une de mes collègues, en grand groupe. On avait commandé différents plats qu’on avait partagé mais le serveur nous avait expliqué que ce n’était pas le principe du restaurant… On l’avait fait quand même et j’avais aimé sans plus mais je serais bien incapable de vous redire ce que j’avais goûté ce jour-là.

IMG_3825Plusieurs mois plus tard, j’y suis allée avec une collègue qui m’a dit qu’il fallait que je prenne le « bibimbap ». Un peu difficile à prononcer même plusieurs années plus tard, le bibimbap est un plat unique qui regroupe toutes sortes de choses : légumes variés, œufs, pousse de soja, salade, riz et bien sûr un choix de viande ou crevettes. Vous aurez aussi à choisir une sauce parmi un choix de 3 mais je vous le dis, il faut prendre la sauce Atti tout simplement. Pour ma part, je prends toujours le bibimbap au bœuf alors qu’une collègue prend plutôt celui au poulet. Depuis je n’ai jamais rien testé d’autres, tant ce plat me plaît. Il faut savoir par contre que les légumes n’étant pas chaud, c’est un plat tout juste tiède, ce qui n’est pas au goût de tout le monde!

IMG_3822Comme tous les items au menu, il est servi avec une sorte d’entrée composée de 3 préparations. Le plus souvent des pommes de terre cuites et marinées (délicieuses), du chou (trop épicé pour moi) et des haricots verts relevés. Fut un temps où il y avait des crevettes panées qui étaient juste divines mais ça fait bien longtemps qu’elles ont disparu. On vous apportera également un bol de bouillon. À noter que tout est apporté en même temps car c’est apparemment ainsi dans la culture sud-coréenne. Pour ce plat, il vous en coûtera 12$.

IMG_3824Une amie plus aventureuse que moi a pris à plusieurs reprises les nouilles Japchae, qui sont des nouilles transparentes de patate douce qu’elle aime beaucoup. Elle a aussi récemment goûté la soupe au bœuf et ça, par contre, ce n’était vraiment pas terrible! Le bouillon goûtait juste l’eau chaude, très décevant.

Le jeudi et vendredi midi, le restaurant est souvent plein, bien qu’il y ait une salle au sous-sol donc mieux vaut réserver. À noter aussi qu’il y fait souvent assez froid et que si vous êtes placé au sous-sol, vous pourrez être assis à une table traditionnelle où on vous demandera d’enlever vos chaussures. Je dis ça juste au cas où vous ayez des chaussettes trouées!

2077, rue Robert-Bourassa

Le livre des Baltimore

livre des baltimoreL’été dernier j’ai dévoré La vérité sur l’affaire Harry Québert de Joël Dicker que des amies m’avaient offert. C’est un roman policier avec des personnages attachants qui se lit d’une traite. Alors quand mon beau-père m’a offert son autre succès, Le livre des Baltimore, j’avais hâte de le commencer tout en appréhendant d’être déçue.

La semaine au soleil tombait parfaitement pour que j’entame ma lecture et en quelques jours à peine, j’avais fini! Cette fois, c’est un « vrai » roman mais on retrouve le personnage de l’écrivain, Marcus Goldman. C’est un livre sur sa famille et notamment sur ses deux cousins, Hillel et Woody, avec qui il aura une relation quasi fraternelle très forte. Subjuguée par cette partie de la famille qui vit à Baltimore (d’où le titre), il nous décrira leur histoire si particulière, leurs liens si forts mais aussi le Drame qui mettra un point d’arrêt à leur histoire familiale.
Au fil de la lecture, on se sent bien en compagnie de ces personnages, que ce soit les 3 jeunes garçons, ou l’oncle Saul et la tante Anita de Marcus. Ils sont chaleureux, attentifs, en pleine réussite, dans une magnifique maison et on aimerait intégrer cette famille à notre tour. Le fil du livre repose sur le fameux Drame dont on connaît la date mais pas les circonstances et qui nous tiendra en haleine tout le long.

Quand j’ai eu fini le roman et que Chéri l’a entamé, j’avais un pincement de jalousie puisqu’il allait avoir le plaisir de côtoyer cette famille alors que pour moi c’était fini. Damned! Maintenant je me demande s’il y aura un autre roman avec Marcus comme héros ou si Joël Dicker va changer de protagoniste, voire même de thématique puisque dans ces deux romans, l’écriture est un personnage en soi.

Trapped, jeu d’évasion

trappedIl y a quelques mois, au détour d’une soirée de gars, mon chum a testé ce qu’on appelle un « jeu d’évasion » et depuis je me suis rendue compte que c’est hyper populaire puisque les concepts se multiplient et que les choix ne manquent pas à Montréal et même au Dix30 (quelques adresses ici).

Lui avait testé « Échappe-toi » alors qu’avec 4 copines, nous avons opté, après quelques hésitations, pour Trapped et le scénario « Death Note ». Le principe? Nous sommes 5 agents du FBI enfermés dans la chambre d’un jeune étudiant en possession d’un journal maléfique dans lequel il suffit d’inscrire le nom d’une personne pour que celle-ci décède d’une crise cardiaque. Notre but est donc de retrouver le journal (Death Note) et de sortir de la pièce avant que le meurtrier ne revienne et nous tue. Pour cela nous avons 1h et deux lampes de poche pour explorer la chambre.

Après quelques secondes à rigoler bêtement, nous nous sommes lancer dans le jeu à la recherche des indices. Je dois dire que c’était pas mal plus difficile que ce que je pensais et surtout qu’il y avait plus un aspect « hasard » (pour trouver le bon code par exemple) qu’un aspect intrigue/réflexion.

Mais c’était très sympa, l’heure est passée vite et ça nous a donné envie de tenter d’autres scénarios ou de se faire des soirées jeux sous une autre forme comme le bar à jeux de société qu’il faudrait qu’on teste.

Côté prix, compter 28$ par personne + taxes.

Inverser les rôles

IMG_2836En ce moment, si on fait abstraction des cris et disputes, c’est parfois très drôle d’entendre mes filles jouer ensemble puisque ce qui fait fureur à la maison, c’est la maman et le bébé. Ça fait un bail qu’elles aiment jouer avec les poupons et les poussettes mais là ça a pris un autre tournant puisque c’est Mia qui joue le bébé!

Alors maintenant j’entends des « mamaaaans » auxquels je ne suis pas tenue de répondre, des pleurs qui ne sont que simulés et ça me fait des vacances! Sauf que même quand c’est pour de faux, entendre répéter tout près de moi « maman, maman, maman », ce n’est pas super agréable. Mais Zoé prend au sérieux son rôle et intervient à sa façon « Mia, j’ai dit arrête! » En général, c’est le moment où nous, adultes, on se marre puisque comme tout bon enfant, le « bébé » n’arrête pas sur les ordres du parent et s’ensuit des cris ou menaces plus ou moins loufoques! « Mia tu fais la sieste sur ton matelas ou je te change de matelas » « Je m’en vais, hein »! Oui, on a une maman de 4 ans un peu tyrannique!

Ce qui est drôle aussi, c’est que ma cadette prend une voix différente quand elle joue au bébé ce qui m’a surpris au début! Et comme elle est à fond dans ce jeu en ce moment, dès qu’on rentre à la maison, elle se met dans un grand carton récupéré qui sert de poussette/berceau/voiture et elle entame ses suppliques! Mais parfois il me faut quelques minutes pour réaliser qu’elle ne m’appelle pas moi et Zoé ne manque pas de me rappeler à l’ordre « c’est à moi qu’elle s’adresse!  »

Puisque c’est comme ça, je vais aller me reposer! Et si vous pouviez jouer à au ménage pour de vrai ensuite, ça serait bien apprécié aussi!

Dans mon projo #14

entourageEntourage: ayant adoré la série, je reculais un peu pour voir le film ne voulant pas être déçue alors qu’en fait c’est le film parfait pour les fans! On y retrouve tous les ingrédients qui ont fait le succès du film avec en tête le personnage d’Ari Gold (avec le toujours génial Jeremy Piven) que je suradore, et bien sûr toute la clique de Vinny Chase! Le seul problème c’est que maintenant je ressens à nouveau le manque d’une de mes séries préférées!

 

 

adalineAdaline: soyons clair, c’est Chéri qui a souhaité qu’on le regarde, n’étant pas fan de Blake Lively, ça me tentait moyen cette histoire de femme qui tout à coup ne vieillit plus! C’est pas mal mais c’est plutôt triste alors avec son chum à côté c’est pas l’idéal quand vous vous mouchez la moitié du film! L’histoire est pas mal mais je n’ai pas accroché avec l’acteur principal (Michel Huisman) et trouvé qu’Harrison Ford avait pris un sacré coup de vieux! Ça va faire drôle dans Star Wars!

 

tomorrowlandTomorrowland: je ne sais pas vous mais moi j’aime beaucoup voir comment les gens du passé imaginaient notre futur et c’est un peu là-dessus qu’on joue avec ce film. Avec George Clooney, Hugh Laurie et de jeunes actrices que je ne connaissais pas: Britt Robertson et Raffey Cassidy, le film se laisse bien voir mais le scénario ne paraît pas toujours tenir la route malheureusement alors on se pose quelques questions une fois fini!

 

 

spySpy: on est loin de l’humour fin dans cette comédie d’action mais en même temps en plaçant une héroïne au physique à l’opposé des super modèles et en faisant même d’elle une agent secret compétente, ça nous fait du BIEN! Melissa McCarthy, Rose Byrn, Jude Law et Jason Statham, un beau casting pour cette comédie qui passe bien! Par contre, l’affiche est un peu trompeuse vu que les deux beaux mecs n’ont que des seconds rôles (voire moins)…

Où se faire chouchouter?

Pour des adresses de manucure/pédicure, c’est ici.

Pour le Spa Escale Santé, c’est ici.

Amerispa: on m’a offert un massage de future maman ainsi qu’une manucure auxquels j’ai ajouté une pédicure. C’était parfait de A à Z, la french manucure a été un peu longue mais je n’étais pas pressée et cerise sur le gâteau, on a accès à la piscine extérieure de l’hôtel (l’Omni Mont-Royal sur Sherbrooke)! Elle n’est pas grande, ni profonde mais par jour de grand beau temps c’est parfait, surtout qu’il n’y a pas forcément grand monde.

Où manger?

Ici vous trouverez toutes les adresses de restaurants (brunchs et autres) testés à Montréal et ailleurs…

Montréal et ses alentours

L’eggsquis: sympathique chaîne de brunch qu’on trouve essentiellement à Laval et sur la rive-sud. Prix abordables et fruits frais.

Le Bitoque: restaurant portugais près d’Atwater très bruyant mais pas très typique.

Le Sparrow: brunch à l’anglaise, original par son décor mais les choix sont limités.

Modavie: situé dans le Vieux Montréal, on peut y manger en écoutant du jazz mais au risque de ne plus entendre ses convives de table!

Le Margaux: excellent restaurant qui plaira aux gourmets. On y trouve notamment de nombreux plats à base de foie gras (cuit ou non) mais la carte ne se renouvelle pas souvent.

Monsieur B.: la qualité est au rendez-vous mais les portions ne sont pas très généreuses, dommage car le prix lui n’est pas donné.

Quoi de n’oeuf?: sur Notre-Dame, près du marché Atwater, ce brunch manque un peu de fruits mais propose des assiettes copieuses.

Trinity: dans la catégorie restaurant grec, Trinity vaut d’abord par son décor. Les mets sont frais et bons mais le prix un peu élevé. Mis à jour: le restaurant a malheureusement fermé…

L’eggxotic: entre Boucherville et Longueuil, cette adresse plaira aux amateurs de jus de fruits pressés (on peut le servir en 1litre) mais aussi à tous les gourmands.

L’évidence: le décor est vraiment quelconque les prix sont en deça de la moyenne pour des assiettes pourtant très bonnes. Les choix ne sont par contre pas très originaux

Confusion: comme la plupart des restaurants à tapas, c’est assez cher et on risque de rester sur sa faim. Le cadre, par contre, est original et sympathique.

La petite ardoise: situé sur la rue Laurier, on y retrouve un décor parisien qui plaira aux nostalgiques… Les choix sont variés mais les jus d’oranges ne sont pas pressés.

Na Brasa: sa terrasse tranquille est parfaite pour l’été, d’autant qu’on y mange bien pour pas cher!

In vivo: les choix sont limités et trop originaux pour le coup, je n’y retournerai pas. Finalement j’y suis retournée et j’ai trouvé un choix que j’aimais mais c’est le seul…

L’assommoir: on a testé ce restaurant quand la carte de brunch venait d’être mise en place, du coup ce n’était pas très rôdé encore… Si on passe dans Outremont, ça pourrait être une adresse à retenter.

Baguette et Bagatelle: petit brunch discret d’Hochelaga-Maisonneuve, tout près du Marché du même nom. C’est sympa mais là encore les jus d’oranges ne sont pas pressés.

Les trois petits bouchons: dans la catégorie des restaurants pour gourmet, Les trois petits bouchons n’est pas mal du tout mais les lieux sont un peu exigus.

Dans la bouche: un incontournable du Plateau avec sa carte variée aux noms de plats rigolos. On y mange bien mais il faut savoir s’armer de patience pour y rentrer ou alors avoir réserver, et encore.

Café Passion: une adresse sympathique à St Lambert mais qui n’a rien d’extraordinaire non plus.

Le Valois: le Valois est LE restaurant d’Hochelaga, situé sur la toute belle place du même nom. Les choix de plats au brunch sont un peu trop restreints et originaux pour moi mais on y déguste de l’excellente cuisine de bistro le reste du temps.

La raclette: en manque de produits de la montagne, vous pouvez aller faire un tour ici. On n’y sert pas de vraie raclette (avec l’appareil à table) mais on y mange bien, notamment la tourte au chocolat en dessert, délicieuse!

Tiffany’s: malheureusement ce restaurant est excentré près de Côte-Vertu mais la variété de choix et la générosité des assiettes donneraient bien envie d’y revenir plus souvent. C’est un peu bruyant par contre…

Leméac: on a testé la formule à 22$-22h et on n’a pas prévu d’y retourner pour l’instant.

Chez Cora: chaînes qu’on trouve dans tout le Canada et qui permet à tout le monde d’être satisfait: amoureux des fruits, des céréales, des œufs, crêpes, etc.

Bagel, etc: le décor baroque est original mais le lieu est petit et les places rares…

Le petit resto du marché: seul brunch en buffet à volonté tester, l’endroit est garni de fleurs mais les choix un peu fades, et pas toujours très frais.

Fourquet-Fourchette: serveurs en costume d’époque et plats inspirés de la cuisine amérindienne mais la mayonnaise n’a pas pris pour nous… Leur buffet brunch est par contre paraît-il très bien….

L’avenue: à l’heure du brunch il faudra s’armer de patience pour s’engouffrer dans cette antre de la branchitude montréalaise. Au final on y déguste les meilleures pommes de terre de la ville (à mon goût) mais les prix sont plus chers qu’ailleurs et la musique plus forte aussi!

Atma: restaurant indien de la rue St-Laurent à tester une fois, ne serait-ce que pour son décor à l’étage, notamment si vous êtes à la table du fond, en groupe. Les prix sont par contre élevés.

Aix Cuisine du terroir: situé dans le Vieux-Montréal, la cuisine est bonne mais on paie le quartier avant de payer la recherche culinaire.

Dame Tartine: restaurant à brunch assez quelconque alors que cela fait partie des incontournables selon certains… Celui situé à Chambly m’a fait meilleure impression, notamment les œufs bénédictines délicieux…

La cantine: sans doute l’endroit qui propose des formules de brunchs toutes originales. On y déguste notamment des shooters de fruits/légumes de saisons. Par contre depuis 3 ans, la carte n’a pas évolué d’un iotat et quand on sait qu’il y a environ 4-5 choix, c’est un peu dommage!

La grand-mère poule: mon adresse de brunch préféré car malgré l’espace restreint on y trouve toujours de la place et que la pain à la banane y est délicieux.

L’ITHQ: fauché? allez faire un tour à l’Institut de Tourisme et d’hotellerie du Québec, du côté de la salle de réception des élèves. On y mange à 17h30 toute la semaine mais on ne peut pas trouver moins cher en ville pour une cuisine d’aussi bonne qualité.

La petite marche: c’est grand, bondé et bruyant à l’heure du brunch mais les pommes de terre sont très bonnes.

La montée de lait: on a testé ce restaurant quand il était encore près du métro Laurier et on avait vraiment bien aimé le principe. Depuis ils ont déménagé en centre-ville puis sont revenus sur le Plateau, rue St-Laurent. On y a alors testé le brunch, peu de choix mais tous délicieux!

Toi, moi et café: tout près du marché Atwater (mais aussi sur Laurier), on trouve cette petite place à brunch qui propose un choix énorme de café que l’on vous sert dans des cafetières Bodum si vous le souhaitez.

Fruits folie: le service était très mauvais ce matin-là, les œufs froids, les assiettes pas spécialement généreuses, du coup je n’ai jamais souhaité y retourner.

Cuisine et dépendance: la patronne est super sympa, le serveur (là depuis des années) passionné par son métier et les produits qu’il offre, les choix variés et les assiettes délicieuses. J’y ai mangé le meilleur saumon fumé de ma vie, fumé sur place. L’addition avec apéro et vin monte vie mais on ressort toujours comblé!

Casa Galicia: on y sert des paellas copieuses mais le lieu est un peu sombre pour une soirée joyeuse.

Le bistro du marché: niché près du Marché central, cette adresse dans un bâtiment industriel vaut le coup si vous êtes dans le coin. Sinon ça reste assez inaccessible, dommage on y mange bien pour pas cher.

Le petit Italien: concept de brunch style tapas, dommage que les choix soient si limités, les portions un poil petites et les prix un poil élevés!

Le tire-bouchon: situé à Boucherville, ce restaurant vaut la plupart de ces confrères Montréalais. Choix variés, prix raisonnables, la qualité est au rendez-vous mais les saveurs sont plus ou moins là selon les choix.

À Toronto

Le petit-déjeuner: situé au 191 King Street East, c’est l’endroit parfait où commencer la journée! Les assiettes sont copieuses et le service impeccable.

Terroni: restaurant italien au décor moderne dans lequel on mange de délicieuse pizza mais on paie le prix pour tout de même!

Korean Grill House: chaque table a son grill et pour 18$ environ on y mange à volonté la viande ou le poisson qu’on fait revenir sur son propre grill. Convivial et pas cher, le tout au 214 Queen Street.

À Paris

Le Sir Winston: tout près des Champs Elysées, le Sir Winston offre une formule de brunch en 3 services des plus copieuses! La nourriture est de qualité, le décor à voir mais les additions ne sont pas données.

Planet suhi: n’étant pas fan de sushi, si je devais en manger demain je retournerai dans ce resto, autant pour les makis chauds que ceux en dessert…

Le loup blanc: c’était une adresse de brunch incontournable du Marais jusqu’à ce que le service se dégrade… À retester de temps en temps pour voir sir cela s’améliore.

Le Loir dans la théière: hum, les mini viennoiseries, le chocolat chaud maison, les tartes… Tout y donne envie!

Petit Baïona: buffet à volonté pas mal (il y avait des crêpes et du nutella) mais comme toujours avec les buffets on a l’impression de manger moins « frais ».

À New-York

Pigalle: il ne faut pas vouloir y aller pour un brunch (en tout cas en semaine) car la carte est loin d’être exhaustive et les œufs-bacon sont servis avec des frites!