Mois : juillet 2019

Trier ses expressions (québécoises)

Source: https://enseigner.tv5monde.com/fiches-pedagogiques-fle/les-expressions-quebecoises

Dans quelques jours, on s’envole pour la France. C’est le temps de faire un peu de ménage dans nos expressions pour ne pas nous faire regarder tout croche. Mais au juste, quelles expressions sont québécoises dans notre vocabulaire? C’est qu’avec le temps, on en sait plus rien!

Dans celles dont je suis pas mal sûre qu’elles viennent bien d’ici :

– C’est correc(t)

– La la (d’accord ce n’est pas une expression en tant que tel, juste 2 petites syllabes qu’on rajoute un peu partout)

– Croche (justement)

– Ça n’a pas de bons sens

– C’est plate

– Niaiseux

– Ça a pas d’allure

– Des broches (rapport aux dents) versus des bagues

– Ça vient me chercher

– Être broche à foin

– Des ustensiles

– Du change (de la monnaie)

– Dormir au gaz (mon chum l’utilise beaucoup, moi pas trop)

– Se calmer le pompon

– Être magané

Celles qui sont bien françaises :

– Du coup 😀

Et puis il y a toutes celles que j’utilise sans m’en rendre compte mais qui j’en suis sûre vont faire se lever quelques sourcils pendant notre voyage. D’ailleurs il y a bien longtemps, j’avais une série « On ne dit pas » sur le blog où je notais tous ces mots de vocabulaire qui nous surprennent en arrivant.  

Une journée au parc aquatique de Bromont

Piscine pour les plus petits

Dans les incontournables de l’été pour moi, il y a le parc aquatique, souvenir de mon enfance et de mes étés en Provence où nous y organisions systématiquement une sortie de groupe.

J’avais hâte de vivre l’expérience avec mes filles mais je savais aussi qu’en-dessous d’une certaine taille, il y a de très nombreuses attractions qu’elles n’auraient pas pu faire.

Cette année, tout le monde était assez grand et autonome pour essayer un parc proche de Montréal. Nous avons porté notre choix sur Bromont car de mémoire de Chéri, c’était un de ceux les plus adaptés pour les petits.

Après 1h de route, nous sommes arrivés pour l’ouverture (10h) et en quelques minutes, nous avions passé l’entrée ayant acheté nos billes en ligne. À noter toutefois qu’il faut les imprimer!

Nous avons choisi de louer un casier (6$) pour y mettre nos affaires « sensibles » (papiers, téléphone, etc.) mais beaucoup de gens laissent leur sac-à-dos, pique-nique compris, sur des tables et s’en vont faire les glissades. La prochaine fois, on fera sûrement pareil. 

Nous y sommes allés un lundi pour éviter la cohue de la fin de semaine et effectivement, les temps d’attente étaient très raisonnables. En matinée, nous faisions la file peut-être 5-10 minutes et en après-midi, le maximum a du être 20 minutes et encore. Comme le parc est très arboré, l’attente ne se fait pas constamment en plein soleil mais il faut tout de même prévoir de la crème solaire pour les moments où ça arrive (une certaine personne a le dos bien rouge aujourd’hui).

Côté attractions, la plupart requièrent de mesurer 1m07 donc en bas de cette taille, je ne vous conseille pas d’amener vos enfants sinon ils seront pas mal confinés à la piscine ou à la mini glissade. À partir de 1m37, les enfants peuvent faire toutes les attractions mais certaines requièrent de ne pas avoir de veste de flottaison.

Jeux d’eau pour les plus petits

À ce sujet, on peut emprunter des vestes sur place (avec un dépôt de 20$) car les autres systèmes ne sont pas autorisés apparemment mais nous avons vu des enfants avec des brassards quand même… Nous ne nous sommes pas cassés la tête et nous avons pris les vestes du parc mais en après-midi, les filles s’en sont même passés.

Beaucoup de glissades se font sur des bouées alors l’enfant n’atterrit pas directement dans l’eau mais à noter qu’un renversement de bouée à l’arrivée est toujours possible (vécu par ma grande). La plupart des descentes se font également à plusieurs (2 souvent et même 5 personnes pour 2 attractions) mais les glissades les plus soft pour les enfants se font à même le toboggan (possible à deux par contre).

Dans l’ensemble le parc n’est pas très grand alors on a pu refaire chaque attraction plusieurs fois mais pour les plus jeunes (presque 6 et 8 ans chez nous), il était bien adapté. Chez nous, on a 2 modèles bien distincts en plus, avec notre cadette qui n’a peur de rien et qui s’enthousiasme facilement et notre plus grande pour qui chaque glissade demandait un effort!

Certaines procurent effectivement de fortes sensations mais celles qui se font à 2 ou plus sont rassurantes pour l’effet de groupe (mais provoquent leur lot de cris pareil)!

La glissade à sensations fortes

Une glissade en particulier, où l’on descend en solo sur un tapis m’a fait peur car elle allait très vite et qu’on se recevait beaucoup d’eau dans le visage. Alors à l’arrivée, je me suis dit que je ne la referai plus et que ma plus jeune ne devrait vraiment pas l’essayer (la plus vieille n’ayant jamais considéré l’essayer) mais non seulement elle l’a faite mais elle y est retournée au moins 3 fois!

Au final on a bien rigolé et étant 4 adultes pour 2 enfants, on a pu tourner pour que tout le monde puisse essayer les quelques attractions que les filles n’étaient pas en âge (ou plutôt en taille) de faire.

La piscine à vagues

Dans les plus, il y a de nombreux espaces de pique-nique ombragés et on peut apporter notre casse-croute. Si comme moi, vous n’êtes pas organisés, vous pouvez acheter des snacks sur place.

C’était une belle journée mais qui revient cher quand même (200$ pour les billets d’entrée pour notre groupe).

L’été vu par mes enfants

Les enfants sont en vacances. 

Imaginez : 2 mois de liberté qui commencent par 3 semaines avec un grand-parent dévoué, presque à leur service.

– Les filles, vous voulez aller à la piscine? 

– Non (réponse en chœur)

– Les filles, vous voulez aller aux jeux d’eau?

– Non (encore une fois)

– Les filles, vous voulez aller au parc?

– Non (on vous a dit)

Mais que veulent faire deux fillettes de 5 ans et demi et 7 ans et demi de leur été en vivant à Montréal?

Jouer avec les amis de la ruelle, tiens! Au point, qu’elles préfèrent dire non aux activités de baignade en pleine canicule que de s’éloigner d’eux! Même pour une crème glacée, il faut leur jouer des tours pour les convaincre de venir parce que, c’est pas tout, mais NOUS on a envie de se promener, de déguster une collation glacée ou de faire du vélo!

J’imagine que l’important c’est qu’elles s’amusent, que ce soit dans les cours des voisins (qui ont parfois de petites piscines pour se rafraîchir) ou dans un vrai bassin…

Quant à nous? On profite de notre jardin à défaut de pouvoir partir en balade.

L’orthodontie à l’âge adulte

Avant

Alors voilà, depuis 5 mois maintenant, je suis retombée en adolescence. Pourquoi? Parce que je porte un appareil dentaire!

Ça faisait des années que ça me trottait dans la tête parce que malgré mes traitements enfant, j’avais les dents « croches » comme on dit ici et que ça me gênait à la fois esthétiquement mais aussi physiquement. C’est pas mal moins facile de croquer dans un burger avec des mâchoires non alignées…

Avoir connu tous ces traitements plus jeunes, on pourrait penser que, tout d’abord, je n’en aurais pas besoin adulte et surtout que ça m’aurait vaccinée de recommencer! En fait, pour faire une histoire courte, j’ai arrêté le processus ado après m’être fait enlever les 4 dents de sagesse et ne pas avoir porté l’appareil de nuit que j’avais à l’époque… Le temps du prochain rendez-vous, mes dents avaient rebougé et il aurait fallu recommencer à zéro. Rendu là, j’en avais zéro envie et financièrement ça aurait été difficile pour mes parents, qui ne m’ont donc pas poussé non plus.

Je pense que c’est en voyant une amie se lancer dans le processus à l’âge adulte que je me suis vraiment penchée sur la question. J’ai consulté son orthodontiste (qui est aussi son employeur, ça aide) puis j’ai attendu, attendu, attendu. Une autre amie a commencé un traitement et je me suis dit qu’il était tant que je passe à l’action.

J’ai consulté plusieurs orthodontistes car je n’étais pas sûre du traitement proposé et après avoir eu différents avis, j’ai choisi le même orthodontiste que mes amies (qui a excellente réputation) et le traitement classique à base de broches.

Un autre docteur m’avait proposé Invisalign et j’ai vraiment hésité car une de mes collègues (de plus de 50 ans, comme quoi, ça se fait à tout âge) portait justement ces gouttières invisibles mais j’avais plusieurs doutes. Le premier, c’est que, vu que ça s’enlève (notamment pour manger et se laver les dents), j’avais peur de ne pas m’astreindre à le porter en continu et trouver des excuses du type « j’ai une rencontre professionnelle/j’ai une soirée chez des amis » pour ne pas le mettre et ainsi ne pas avoir un bon résultat.

En outre, les gouttières se voient un peu et gênent légèrement la prononciation mais surtout ne donnent pas le même résultat que des broches. Évidemment tout dépend des cas, mais étant justement un cas complexe, mon dentiste m’a expliqué que j’arriverais à quelque chose de bien avec Invisalign mais pas « parfait » comme avec des broches. La question est de savoir si on cherche vraiment la perfection ou non….

Je dois dire que quitte à avoir 2 ans de traitement et payer des milliers de dollars, je voulais être sûre du résultat, d’autant que le prix était plus élevé pour l’autre traitement.

C’est ainsi que fin janvier, je me suis fait poser des broches… Le gros avantage par rapport à mon enfance, c’est qu’on peut les choisir transparentes pour plus de discrétion, moyennant quelques dollars de plus ($200 dans mon cas, je crois). Je dois dire que tout mon entourage était impressionné car c’est vraiment moins voyant que les métalliques. Par contre, en bas, je ne pouvais pas avoir cette option car les broches transparentes sont plus larges et que mes dents se chevauchaient trop pour le permettre mais ça se voit beaucoup moins que les dents du haut.

Le plus gros point négatif dans mon cas, c’est que je devais me faire arracher 2 dents en haut afin de resserrer ma mâchoire, ce qui me laisse avec 2 trous bien visibles quand je souris vu qu’ils sont sur le côté. Ils vont bien sûr se résorber mais cela va prendre plusieurs mois encore.

À part ça, il faut aller toutes les 6-8 semaines chez l’orthodontiste, ce qui est un peu contraignant mais les rendez-vous ne sont pas trop longs (une trentaine de minutes je dirais). Par contre, souvent le changement de fil rend les dents douloureuses pendant plusieurs jours alors il faut prévoir des repas « mous » pour les jours qui suivent (soupe, dhal de lentilles et quenelles sont souvent au menu pour moi ces jours-là).

Après 5 mois

Il faut aussi se laver les dents après chaque repas et passer la soie dentaire tous les jours (mais pour de vrai cette fois). C’est ce qui me prend le plus de temps car, avec les broches, ce n’est pas très pratique mais je préfère ça que de me retrouver avec plusieurs caries au fil du temps.

Maintenant il faut prendre mon mal en patience car si tout va bien le traitement est prévu pour… 30 mois! Il vaut mieux ne pas trop y penser pour l’instant surtout qu’avec mes greffes de gencive, j’ai l’impression d’avoir commencé tout ça depuis 1 an déjà!