Mois : septembre 2021

Et juste comme ça, tu as 10 ans

Je ferme les yeux et je me revois sur mon ballon d’exercice attendre la prochaine contraction jusqu’à cet instant, à 19h et des poussières, où tu es née. Je ferme les yeux et je me revois dans la chaise berçante pleurer en t’allaitant, non pas de douleur mais envahie par cette immense inquiétude qu’il t’arrive quelque chose un jour et que je ne puisse pas te protéger.

Aujourd’hui tu as 10 ans et j’essaie d’étouffer toutes mes angoisses pour que tu grandisses heureuse et insouciante. Je crois que j’y arrive assez bien vu ta désinvolture et ta façon de croquer la vie.
L’an passé à cette époque tu rencontrais M. qui allait devenir ta meilleure amie. C’est peu dire que vous ne vous quittez plus, dans la mesure où chaque seconde de liberté est passée avec elle. Cette amitié t’a permis de vivre une 4e année épanouie, loin des chicanes de l’année précédente. Peut-être que les classes bulles ont aussi aidé alors ce sera au moins un des côtés positifs de la Covid.

Tu continues de nous montrer régulièrement 2 visages de toi, capable d’être la plus serviable à la maison, attentive à sa petite sœur et l’instant suivant prête à envoyer promener la terre entière. Tu as du mal à comprendre que parfois il faut s’arrêter alors les conflits sont légions. Tu n’as pas encore compris que la négociation pourrait t’ouvrir plus de portes mais ça viendra, j’en suis sûre, surtout que tu as un bon modèle avec ta sœur dans ce domaine.

On commence tranquillement à parler du secondaire puisque les journées portes ouvertes (virtuelles malheureusement) commencent bientôt et pour l’instant, tu es dans l’incertitude. Tu te bases beaucoup sur ce que tes amies pensent/veulent faire alors il va falloir trouver un juste milieu entre ce qui te plaira vraiment à toi versus ce que voudront faire tes copines. On a encore un peu de temps pour y penser surtout qu’entre les programmes de sport, musique ou science, tu n’as pas vraiment de préférence.

Cela dit ça te reflète assez bien de toucher à tout. Tu as fait du piano pendant 1 an et demi avant d’arrêter et tu parlais d’apprendre la guitare cet été. Ou le ukulélé. Mais finalement tu aimerais peut-être reprendre le piano maintenant que M. en a un. Les sports? Tu aurais suivi ta sœur à la gym s’il y avait eu des places mais finalement tu vas essayer le patin et le judo en cours parents-enfants. Je t’ai aussi parlé de handball que pratiquent certains de tes amis, et tu es ouverte à essayer.
Mais la vraie passion que tu as ces derniers temps, ce sont les BD. Tu en dévores de toutes sortes à la bibliothèque et à vrai dire, tu les prends et rends si vite que je ne suis pas sûre que tu te souviennes de toutes celles que tu as lues! Mais bon, ce nouvel attrait pour la lecture est tout à ton honneur.

Voilà, tu as officiellement 10 ans, ta première décennie comme tu dis.
Et moi j’ai peur de fermer les yeux et penser qu’à la prochaine décennie, tu seras une adulte.

4 séries humoristiques à voir

C’est la rentrée des classes et bientôt ce sera aussi la rentrée télévisuelle! Même si, il faut bien se le dire, depuis que Netflix et autres plateformes de vidéos en demande existent, on regarde de moins en moins de séries diffusées chaque semaine sur un grand réseau… Par contre, devant toute l’offre qui existe, il est parfois difficile de démêler les bijoux des « potables » alors je voulais prendre le temps de revenir sur quelques séries coups de cœur et il se trouve que ce sont toutes des comédies!

Ted Lasso (Apple TV)

Gros, gros coup de cœur pour cette série et pourtant la première fois dont on m’en a parlé, je n’étais pas convaincu par le sujet : un entraîneur de football américain se voit offrir un poste d’entraineur de soccer (foot pour les français) pour une équipe anglaise. Il y a des blagues sur le choc des cultures mais ce sont surtout les personnages qui sont tellement drôles et touchants! Pour bien faire, je voudrais en parler le moins possible pour éviter de ne pas lui rendre justice car la série est un bijou avec des acteurs à la hauteur (Jason Sudeikis, Hannah Waddingham, Juno Temple, Brett Goldstein notamment)

Superstore (NBC/Netflix)

Cette série de format court est une sitcom plus classique mais on a dévoré les 6 saisons en quelques semaines. On y suit le quotidien de plusieurs employés et gérants d’un grand magasin typiquement américain et bien que ce soit drôle et léger, les conditions de travail y sont fréquemment dénoncées. D’ailleurs, politique, immigration et religion y ont leur place avec différents points de vue qui s’opposent.

Si j’aime tout particulièrement les 2 personnages principaux (Amy et Jonah), au fil des épisodes, on s’attache beaucoup à tous les autres aussi (Dina, Garett, Cheyenne…). C’est un peu déjanté, on aime!

Schitt’s Creek (CBC, Netflix)

Honte à moi, il semble que je n’ai jamais mentionné cette série ici avant alors que je l’ai adorée et qu’elle est canadienne, youhou! La série s’est finie après 6 saisons en 2020 mais elle est tellement attachante qu’il FAUT la voir! Par contre, il faut plusieurs épisodes pour vraiment apprécier, ou s’attacher plutôt, aux personnages alors n’abandonnez pas si aux premiers épisodes, vous êtes un peu mitigés. La série se bonifie et on ne peut que tomber amoureux de ses personnages.

L’histoire? La riche famille Rose se retrouve sans le sou du jour au lendemain et s’installe dans une petite ville du nom de Schitt’s Creek, dans un motel miteux. La famille (dysfonctionnelle) devra s’adapter à cette nouvelle vie et autant dire que pour les (grands) enfants pourris gâtés, élevés à New-York, le choc va être rude! Les dialogues sont incisifs, le sarcasme y est roi et les acteurs sont extraordinaires (Dan Levy, Eugene Levy, Annie Murphy, Catherine O’Hara et tous les autres).

Never have I ever (Netflix) – Mes premières fois en français

Ma dernière découverte sur Netflix et comme il n’y a que 2 saisons d’une dizaine d’épisodes pour l’instant, je l’ai dévorée en quelques jours! Le résumé officiel: « Après une année traumatisante, Devi (Maitreyi Ramakrishnan) une ado indo-américaine souhaite être plus appréciée à l’école, mais ses amis, sa famille et ses sentiments ne lui rendent pas la tâche facile. »

Créée par Mindy Kaling, cette série est drôle et rafraîchissante avec une héroïne brillante mais qui se posent les mêmes questions que bien des ado. C’est léger mais quand même touchant et on apprécie la place de la culture indienne dans cette famille et dans le show. Pour les fans de tennis, John MacEnroe est la voix off.