2 ans, 4 ans et des poussières

P1120558Depuis ses 2 ans, Mia a (logiquement) fait d’énormes progrès de langage. Elle fait des phrases, pose des questions, s’exprime à tout va et appelle beaucoup sa sœur, notamment quand elle a besoin d’aide « Zoé, tu peux m’aider à mettre/faire… » C’est très mignon à entendre, je dois dire, et d’ailleurs en quelques semaines on est passé de « Oé » à « Zoé ».

Elle demande quelques « pourquoi » mais elle n’est globalement pas très curieuse. Par contre, dès que sa sœur fait quelque chose elle l’imite, et souvent ce sont pour des bêtises! On doit rappeler plusieurs fois par semaine que le canapé n’est pas un trampoline par exemple!

Dans le registre imitation, on a les couchers! Alors que Mia (surtout au temps de sa suce) s’endormait super facilement et dormait beaucoup, depuis la fin de l’année c’est plus compliqué. Elle veut lire une histoire comme sa sœur et a compris le principe du « dernier bisous à un tel, un tel », ce qui fait qu’après l’histoire, elle veut un bisous à papa et à Zoé et une fois fait et de retour dans sa chambre, hop pleurs pour ravoir un autre bisous! Faut dire que quand on leur dit qu’on va se coucher, elles se mettent à courir partout, crier, tout le contraire du temps calme qu’on essaie d’instaurer! Alors maintenant Mia veut qu’on laisse un peu sa porte ouverte une fois couchée et après plusieurs semaines compliquées pour la sieste, ça va mieux au moins!

Au fil des mois, on remarque aussi que les goûts de notre mini changent. Elle a commencé à manger de moins en moins de fromage et maintenant n’en veut plus du tout! Sauf du gruyère et du comté quand même! Pour les yaourts, elle préfère largement jouer avec, tartiner la table que les manger! Pour autant elle ne veut jamais d’autres desserts! Zoé est plus conciliante avec les nourritures, acceptent de tout goûter mais attention il faut qu’elle sente d’abord! Oui, oui, elle renifle tout et après seulement, elle goûte. C’est drôle parce que j’ai tendance à faire ça aussi mais plus discrètement peut-être!

La semaine dernière, je suis allée à la future école de Zoé pour l’inscrire. Je suis partagée entre la hâte de cette nouvelle étape, de la voir apprendre plein de nouvelles choses et les angoisses quant à son adaptation, les lunchs à préparer chaque jour, les contraintes horaire, etc. Mais l’excitation l’emporte sur le reste et je suis impatiente de l’emmener à la journée portes ouvertes en juin!

Dans les « progrès » de Zoé, elle a presque regarder en entier un film pour la première fois! Finalement, elle ne reste pas devant un dessin animé mais « Maman j’ai raté l’avion » a réussi à la tenir assise pour un bon moment! D’ailleurs Mia suivait bien l’histoire aussi et demandait où était « Kevin » à chaque fois qu’on ne le voyait plus à l’écran! Ça n’a pas l’air comme ça mais l’idée qu’elle puisse enfin suivre une histoire du début à la fin, ça nous emballe!

Et maintenant du côté « on n’est pas sorti de l’auberge », je demande la propreté! On était sur une bonne lancée avant Noël (enfin surtout à la garderie) mais alors depuis, plus les semaines passent, moins elle va aux toilettes! C’est bien simple, je crois qu’elle n’y est pas allée une seule fois depuis 2 semaines! On ne la pousse pas trop non plus faut dire mais vu son peu d’intérêt, on se penchera sur la question plus assidument quand les beaux jours reviendront!

Pour finir sur une note sportive (c’est pas trop le style de la maison!), Zoé a essayé le patin avant nos vacances! Ce n’était pas facile pour elle (la patinoire de notre parc est loin d’être lisse) mais elle a quand même bien aimé. C’est juste dommage que depuis notre retour la météo n’ait pas été de notre côté (alors que les microbes, eux, oui, par exemple!) puisqu’on n’a pas pas pu en refaire alors qu’elle nous a demandé plusieurs fois! Et c’est pas avec les 9° annoncés demain que ça va s’arranger!

Atti, mon chouchou

Cela fait des années que je travaille au centre-ville, tout près du métro McGill, et des places à lunch, j’en ai essayées pas mal. Mais la seule et unique où je retourne régulièrement, la seule et unique qui met tout le monde d’accord quand on hésite où aller entre collègues est invariablement Atti! Atti est un restaurant coréen sur la rue University (maintenant Robert-Bourassa d’ailleurs) qu’on remarque à peine, où dans lequel on ne s’aventurerait pas forcément à cause de son étage en demi sous-sol.

La première fois que j’y suis allée, c’était à l’occasion de l’anniversaire d’une de mes collègues, en grand groupe. On avait commandé différents plats qu’on avait partagé mais le serveur nous avait expliqué que ce n’était pas le principe du restaurant… On l’avait fait quand même et j’avais aimé sans plus mais je serais bien incapable de vous redire ce que j’avais goûté ce jour-là.

IMG_3825Plusieurs mois plus tard, j’y suis allée avec une collègue qui m’a dit qu’il fallait que je prenne le « bibimbap ». Un peu difficile à prononcer même plusieurs années plus tard, le bibimbap est un plat unique qui regroupe toutes sortes de choses : légumes variés, œufs, pousse de soja, salade, riz et bien sûr un choix de viande ou crevettes. Vous aurez aussi à choisir une sauce parmi un choix de 3 mais je vous le dis, il faut prendre la sauce Atti tout simplement. Pour ma part, je prends toujours le bibimbap au bœuf alors qu’une collègue prend plutôt celui au poulet. Depuis je n’ai jamais rien testé d’autres, tant ce plat me plaît. Il faut savoir par contre que les légumes n’étant pas chaud, c’est un plat tout juste tiède, ce qui n’est pas au goût de tout le monde!

IMG_3822Comme tous les items au menu, il est servi avec une sorte d’entrée composée de 3 préparations. Le plus souvent des pommes de terre cuites et marinées (délicieuses), du chou (trop épicé pour moi) et des haricots verts relevés. Fut un temps où il y avait des crevettes panées qui étaient juste divines mais ça fait bien longtemps qu’elles ont disparu. On vous apportera également un bol de bouillon. À noter que tout est apporté en même temps car c’est apparemment ainsi dans la culture sud-coréenne. Pour ce plat, il vous en coûtera 12$.

IMG_3824Une amie plus aventureuse que moi a pris à plusieurs reprises les nouilles Japchae, qui sont des nouilles transparentes de patate douce qu’elle aime beaucoup. Elle a aussi récemment goûté la soupe au bœuf et ça, par contre, ce n’était vraiment pas terrible! Le bouillon goûtait juste l’eau chaude, très décevant.

Le jeudi et vendredi midi, le restaurant est souvent plein, bien qu’il y ait une salle au sous-sol donc mieux vaut réserver. À noter aussi qu’il y fait souvent assez froid et que si vous êtes placé au sous-sol, vous pourrez être assis à une table traditionnelle où on vous demandera d’enlever vos chaussures. Je dis ça juste au cas où vous ayez des chaussettes trouées!

2077, rue Robert-Bourassa

Le livre des Baltimore

livre des baltimoreL’été dernier j’ai dévoré La vérité sur l’affaire Harry Québert de Joël Dicker que des amies m’avaient offert. C’est un roman policier avec des personnages attachants qui se lit d’une traite. Alors quand mon beau-père m’a offert son autre succès, Le livre des Baltimore, j’avais hâte de le commencer tout en appréhendant d’être déçue.

La semaine au soleil tombait parfaitement pour que j’entame ma lecture et en quelques jours à peine, j’avais fini! Cette fois, c’est un « vrai » roman mais on retrouve le personnage de l’écrivain, Marcus Goldman. C’est un livre sur sa famille et notamment sur ses deux cousins, Hillel et Woody, avec qui il aura une relation quasi fraternelle très forte. Subjuguée par cette partie de la famille qui vit à Baltimore (d’où le titre), il nous décrira leur histoire si particulière, leurs liens si forts mais aussi le Drame qui mettra un point d’arrêt à leur histoire familiale.
Au fil de la lecture, on se sent bien en compagnie de ces personnages, que ce soit les 3 jeunes garçons, ou l’oncle Saul et la tante Anita de Marcus. Ils sont chaleureux, attentifs, en pleine réussite, dans une magnifique maison et on aimerait intégrer cette famille à notre tour. Le fil du livre repose sur le fameux Drame dont on connaît la date mais pas les circonstances et qui nous tiendra en haleine tout le long.

Quand j’ai eu fini le roman et que Chéri l’a entamé, j’avais un pincement de jalousie puisqu’il allait avoir le plaisir de côtoyer cette famille alors que pour moi c’était fini. Damned! Maintenant je me demande s’il y aura un autre roman avec Marcus comme héros ou si Joël Dicker va changer de protagoniste, voire même de thématique puisque dans ces deux romans, l’écriture est un personnage en soi.

Punta Cana avec 2 marmots

P1120622Alors nos vacances avec les enfants, ça a donné quelque chose comme ça:

  • À 2 ans, l’enfant peut tenir tête au douanier pour ne pas laisser son doudou le temps de passer le portique de sécurité
  • Le système informatique d’Air Transat ne verra pas de problème à assoir des enfants en bas âge tout seul, en bout de rangée, sans parents à côté. Et si l’avion est plein et que beaucoup de passagers ont payé pour réserver un siège bien précis, vous pourriez vous retrouver avec un enfant de 4 ans, assis à côté d’un couple d’étrangers, et vous une rangée devant. Pas très pratique quand elle se plaint d’avoir mal aux oreilles à l’arrivée.
  • Si en vous échappant au soleil, vous pensez que l’habillage des enfants sera plus rapide puisque vous n’aurez pas d’habit de neige à leur faire enfiler, vous pourriez avoir tord! Parce que tout à coup, elles veulent mettre des leggings, des chaussettes (par 30°), ou une robe par-dessus un tee-shirt et un short, rester en pyjama ou les sandales de maman ou… Bref, elles ne manquent jamais d’idées pour que vous continuiez à dire « allez, habille-toi, on t’attend! »
  • À la pataugeoire, votre enfant la plus jeune pourrait bien décider de faire caca dans la piscine TOUS LES JOURS! Mais à des heures différentes pour être sûr de vous garder en alerte dès qu’elle se tient debout sans bouger plus de 20 secondes!
  • Vos filles pourraient bien réclamer d’aller au bar de la piscine encore plus souvent que votre chum! Et vous aurez bien du mal à savoir si c’est à cause du jus qui laisse les lèvres bleues ou à cause de la cascade qu’il faut franchir qui chatouille les cheveux!
  • La douche, proche de la piscine pourrait bien devenir le terrain de jeu favori des petites parce qu’après tout si à la maison, ça engendre des cris, ça a l’air qu’en vacances, c’est fun! Du coup, vas-y que je me rince les pieds, et les fesses tiens, et mon maillot (team cul nu même en vacances) et que je ressors, et que j’y retourne, etc. Franchement la plage, c’est tellement surfait!
  • Y a pas plus adorables avec les enfants que les dominicains! En tout cas, à notre hôtel, ils avaient tous l’air VRAIMENT contents quand ils voyaient les filles, ils n’hésitaient pas à porter Mia pour la mettre dans un réhausseur, à leur faire des blagues, on a même vu un serveur d’un des restaurants porter une petite fille de 18 mois environ qui pleurait beaucoup pendant que ses parents et sa grande sœur essayaient de manger! Il l’a prise dans ses bras pendant son service, s’est baladé avec elle à travers les tables pour lui changer les idées, à continuer comme ça un bon 15 minutes puis est reparti à sa tâche! Franchement c’était très mignon!
  • Si vous pensiez pouvoir fureter au buffet tranquillement, c’était sans compter les enfants qui décideraient de sauter de leur chaise pour vous accompagner au moins « refill », les 3/4 du temps sans chaussure puisque les gougounes seront tombées en mangeant. Et donc au lieu de prendre 2 minutes, votre escapade en prendra 10!
  • Cette semaine vous fera réaliser que les lits double sont minuscules et que pas un couple ne peut bien dormir là-dedans! C’est ainsi que vous ferez le bonheur de vos filles en dormant chacun avec une! Par contre, chaque soir sera une négociation pour savoir qui dort avec… maman (évidemment!).
  • Vos 2 marmots seront de très bon bagagistes et n’hésiteront pas à traîner la valise cabine par eux-mêmes, s’attirant ainsi tous les « ohhh elle est tellement cute » des voyageurs passant à côté quand c’est l’enfant de 2 ans qui s’y est collée (volontairement, je précise!).

Bon, on repart quand?

Trapped, jeu d’évasion

trappedIl y a quelques mois, au détour d’une soirée de gars, mon chum a testé ce qu’on appelle un « jeu d’évasion » et depuis je me suis rendue compte que c’est hyper populaire puisque les concepts se multiplient et que les choix ne manquent pas à Montréal et même au Dix30 (quelques adresses ici).

Lui avait testé « Échappe-toi » alors qu’avec 4 copines, nous avons opté, après quelques hésitations, pour Trapped et le scénario « Death Note ». Le principe? Nous sommes 5 agents du FBI enfermés dans la chambre d’un jeune étudiant en possession d’un journal maléfique dans lequel il suffit d’inscrire le nom d’une personne pour que celle-ci décède d’une crise cardiaque. Notre but est donc de retrouver le journal (Death Note) et de sortir de la pièce avant que le meurtrier ne revienne et nous tue. Pour cela nous avons 1h et deux lampes de poche pour explorer la chambre.

Après quelques secondes à rigoler bêtement, nous nous sommes lancer dans le jeu à la recherche des indices. Je dois dire que c’était pas mal plus difficile que ce que je pensais et surtout qu’il y avait plus un aspect « hasard » (pour trouver le bon code par exemple) qu’un aspect intrigue/réflexion.

Mais c’était très sympa, l’heure est passée vite et ça nous a donné envie de tenter d’autres scénarios ou de se faire des soirées jeux sous une autre forme comme le bar à jeux de société qu’il faudrait qu’on teste.

Côté prix, compter 28$ par personne + taxes.

Mes addictions du moment

IMG_3548Depuis quelques semaines, j’ai trois addictions, assez différentes les unes des autres mais qui ont toutes en commun de se « dérouler » le soir! La première, qui rentre dans la catégorie gourmandise, est d’étaler un peu de beurre d’arachides (de cacahuètes, pour les français) sur des chips! Oui, je sais, on dirait une envie de femme enceinte mais non, je ne suis pas enceinte! Je vous jure, le mélange des deux goûts est parfait et moi qui n’aime pas trop la texture du beurre d’arachides, le croquant des chips vient parfaitement contrebalancer ce « désagrément »!! Trop bon! Le problème, c’est que j’en mangerais tous les soirs et pas qu’un peu! Alors j’essaie de me restreindre « juste une dernière chips » mais c’est duuuur!

plazaDeuxième addiction dans la catégorie « écran » cette fois, et partagée par Chéri : l’émission « Recherche Maison ou appartement » diffusée sur M6 et largement disponible sur Youtube! On a commencé par regarder les émissions dispo dans l’application « Replay » de M6 avant de chercher d’autres épisodes. Depuis on les enchaine et on commence à connaître le prix du mètre carré dans chacune des villes visitées! On adore Stéphane Plaza, on aime plus ou moins les autres agents selon les régions, mais c’est rendu à un point où je rêve la nuit de visites de maison, de poutres, de balcon, etc.!

pyjamaEnfin, la dernière addiction du moment date de Noël où j’ai reçu un pyjama tellement doux, chaud, parfait que je saute dedans dès que je passe la porte de la maison. Alors évidemment c’est tout sauf glamour (non, la polaire n’est pas sexy??) mais qu’est-ce que c’est bon!

Chez Jerry, Café Grévin et brunch au Beaver Hall

Récemment j’ai testé plusieurs adresses de Jérôme Ferrer. Vous savez que j’adore la formule du midi de l’Europea qui est imbattable en terme de rapport qualité-prix pour cette gamme de cuisine.

IMG_3006C’est avec enthousiasme et après avoir lu plusieurs critiques positives, que je suis allée, un midi, avec 3 amies tester le « casse-croûte du terroir » Chez jerry situé sur la rue Beaver Hall. En arrivant et en voyant quasiment toutes les tables prises, j’ai eu un peu peur qu’on ne trouve pas de places assises pour nous 4 mais finalement le temps de commander (on commande au comptoir puis on apporte notre plateau à notre table), quelques places s’étaient libérées au milieu d’une grande table haute. Par contre, ce sont des tabourets et comme il n’y a pas non plus de porte-manteau ou de vestiaire, on était pas mal embêté avec nos manteaux et foulards…

Côté cuisine, nous sommes 3 à avoir choisi le fish’n chips et je suis la seule à l’avoir pris en formule « trio » soit avec une salade de chou et un cookie XXL. Notre 4e amie avait quant à elle pris le chien chaud si je me souviens bien. Honnêtement je n’ai vraiment pas aimé la salade de chou et pour vérifier si cela venait de moi ou non j’ai proposé à mes amies de la goûter et seule une l’a aimée, les autres ont partagé mon avis… Quant au fish’n chips, il était correcte mais la sauce qui se voulait originale n’était pas à mon goût et pour le coup, j’aurais préféré une simple sauce tartare. Finalement le cookie géant en dessert n’avait rien d’exceptionnel. Peut-être que j’avais trop d’attente en pensant que Jérôme Ferrer était derrière cette adresse mais vraiment pour 14,50$ je préfère aller manger ailleurs.

Photo tirée du site web du café Grévin
Photo tirée du site web du café Grévin

À l’inverse, le Café Grévin qui se trouve au dernier étage du centre Eaton, tout près du musée du même nom, est une bonne surprise. Déjà il n’y a pas beaucoup de table donc l’ambiance est plutôt calme, pas trop bruyante. Pour 11,90$ on peut avoir une formule avec un « plat » au choix (comprendre sandwich, croque-monsieur, quiche, salade) et pour avoir testé le croque-monsieur plusieurs fois, je peux vous dire que celui-ci est bien bon au moins. Vous avez aussi le choix d’une boisson et d’un dessert et le choix est plutôt sympathique: mousse au chocolat, crème brûlée, tarte au chocolat, verrine au citron, etc.

IMG_3505IMG_3507IMG_3506IMG_3508Enfin, profitant d’un coupon, nous sommes allées découvrir avec 5 amies les brunchs qu’offre depuis peu le Beaver Hall. Le coupon valait 55$ pour deux personnes et venait avec un sac cadeau incluant un tablier et un sachet de café en grain. Côté assiette, nous avions une brioche à nous partager avec des confitures maison et une baguette avec un pot de creton en guise d’entrée. Autant vous dire que ça a presque été mon étape préférée! J’ai beaucoup aimé la brioche et que dire de la « cretonnade » qui tenait plus des rillettes en fait (sans doute pour ça que j’ai autant aimé d’ailleurs vu que je ne suis pas fan des cretons!). Outre une boisson chaude, nous avions aussi un jus d’orange pressé. Ensuite, nous pouvions choisir parmi les « plats » offerts avec aussi bien un BLT ou une poutine révisée qu’une salade de chèvre ou un tartare de bœuf. Pour ces derniers, j’avoue que ça ne me tentait pas trop à l’heure du brunch alors mon choix, comme presque toutes les copines, c’est porté sur la poutine BH: « pommes de terre rôties au romarin, fromage en grain, porc effiloché avec son jus, œuf poché, bacon croustillant et sauce hollandaise ». Voilà pour la description officielle… C’était bon et copieux mais je ne mangerai pas ça tous les jours! La 6e amie avait choisi les crêpes suzettes (au nombre de deux) qui sont flambées en directe dans la salle. Apparemment c’était bon mais un peu « trop » puisque notre amie n’a mangé qu’une des deux crêpes… Nous avions aussi le droit à un dessert parmi un choix de verrines. J’ai pris la mousse au praliné alors qu’autour de la table il y avait aussi des verrines chocolat-pistache et une crème brûlée. Honnêtement, c’était bon, sympathique, notamment parce que très calme et avec un très bon service mais compte tenu du prix, je ne suis pas sûre que j’y retournerai.

Dans mon projo #16

the walkThe Walk: ayant peur du vide je n’étais pas super emballée à la regarder et sûrement que sur grand écran, j’aurais eu des frissons mais sur une télé, c’est plus gérable! Il s’agit donc de l’histoire vraie de ce funambule français, Philippe Petit, qui en 1974 a entrepris de tirer un filin entre les 2 tours du World Trade Center qui achevaient d’être construites pour les traverser. On suit son parcours et on réalise à quel point outre l’exploit au-dessus du vide, il y a une sacrée préparation derrière ce « coup » puisqu’il est évidemment illégal d’entreprendre une telle traversée! Joseph Gordon-Levitt est relativement crédible en français qui parle anglais même si au début ça m’a un peu titillée. Je l’aime beaucoup mais ça aurait été plus simple de prendre un acteur français! (Et là j’entends déjà une amie dire « no way »!). Réalisé par Robert Zemeckis, on retrouve aussi la québécoise Charlotte Le Bon et le français Clément Sibony.

burntBurnt: on reste dans les beaux gosses avec Bradley Cooper cette fois, en cuisinier très doué en plus! On ne l’attend pas trop dans ce rôle mais ça fonctionne quand même. Je n’avais pas reconnu Sienna Miller mais elle est assure bien. On retrouve également le français, Omar Sy, et l’acteur que j’aime beaucoup depuis Brothers and Sisters, Matthew Rhys. C’est un film qui fonctionne bien si vous aimez le genre et qui donne faim si vous aimez la cuisine gastronomique (moi quoi!) mais qui sera vite oublié.

sicarioSicario : après l’intense The Prisoners, j’avais hâte de découvrir Sicario avec Emily Blunt et Benicio del Toro notamment. Le problème c’est que sans être vraiment compliqué, on ne comprend rien! Différentes entités gouvernementales américaines (CIA, FBI) montent un plan contre un violent cartel mexicain mais alors en gros on ne nous explique jamais ce plan. À l’image de la protagoniste, on est laissé dans le noir mais franchement ça ne sert pas l’intérêt du film et le personnage d’Emily Blunt apparaît plus comme un boulet qu’autre chose. Dommage. Maintenant il me reste à regarder Incendies du même réalisateur (Denis Villeneuve).

absolutely anythingAbsolutely anything: comédie britannique avec Simon Pegg (vu récemment dans Man Up). Des extraterrestres cherchent à savoir si la Terre mérite d’être préservée et pour décider, ils confient tout pouvoir à un individu tiré au sort pour voir s’il va faire les bons choix. Ça tombe sur un professeur un peu misérable et cela va entraîner toutes sortes de situations assez drôles. Un bon moment avec Kate Beckinsale également.

the InternThe Intern: Robert De Niro s’ennuit à la retraite alors il décide de postuler à un job de « stagiaire senior » dans une start-up menée par une boss intense mais débordée, Anne Hathaway. C’est mignon, plein de bons sentiments et avec un peu d’humour. Parfait pour moi quoi, comme souvent avec les films de Nancy Meyers.

Ateliers et saveurs

IMG_3201Quelques jours avant Noël, j’ai eu le plaisir de tester Ateliers et Saveurs qui propose des cours de cuisine en groupe avec dégustation de nos recettes ensuite.

C’était dans le cadre d’une activité corporative pour ma part et c’était un très bon moyen de briser la glace. On a eu la chance de cuisiner un magret de canard avec foie gras poêlé et mousseline de céleri-rave mais surtout d’apprendre plein de trucs!

Le chef, un français, était dynamique, drôle mais n’hésitait pas à distiller plein de conseils et astuces. J’ai ainsi passé les jours suivants à tanner mon entourage avec ce que j’avais retenu!  À tour de rôle, le chef/prof nous indiquait des tâches, histoire que chacun participe à la préparation et à 13 dans notre cas, pas toujours facile. Au final, tout le monde a passé un bon moment car c’est très convivial et surtout, une fois qu’on passe à table, on déguste nos préparations (dont on fait la mise en place aussi) et on se régale!

J’aimerais beaucoup tester la formule « gourmet pressé » du midi (30 minutes de cuisine puis 30 minutes de dégustation pour 22$) mais c’est un poil loin de mon bureau (444 rue Saint Francois-Xavier). Sinon les formules tapas du soir sont très alléchantes mais un peu chère pour moi (85$).

 

1 mois, 1 photo, 1 année (7)

2015_12 moisJe triche un peu parce que je ne l’avais pas fait l’année dernière donc techniquement, je devrais dire 6e année mais comme je compte rattraper 2014, je vais garder 7 pareil!

Janvier, on emmène Zoé faire du patin pour la première fois… Ça n’a pas été un grand succès, faut dire qu’on n’est pas très bon nous-même!

Février, il fait froid encore et encore! On sort parfois au parc mais on fait le bonheur de Zoé en l’emmenant dans un parc intérieur avec son amie Olivia.

Mars, les filles ont compris l’intérêt du covoiturage!

Avril, le printemps arrive, on fait une chasse aux œufs de Pâques à la maison et avec le redoux Zoé se lance à vélo et commence les cours de danse.

Mai, on saute le printemps pour passer directement à l’été! On retrouve les joies de la baignade, même si ça ne tente pas trop Mia pour l’instant!

Juin, on a de la visite de France du côté de Chéri, ce sont d’ailleurs eux qui nous font découvrir le Rummikub. On visite le parc Oméga tous ensemble et on se fait une journée d’escapade juste en amoureux un peu plus tard pendant qu’on a des gardiens! On découvre la cueillette des fraises et on aime beaucoup, surtout les filles qui en mangent 3 pour une dans le panier!

Juillet, pic-nic entre amis, des jeux d’eau au parc de la Cité, piscine, tout pour passer un bel été!

Août, premières vacances à 4, on file à Boston, puis Cape Cod. À la fin du mois, mes parents arrivent et profitent du Québec en été pour changer un peu. Mia devient un poisson dans l’eau et se déplace (avec brassards bien sûr) toute seule dans la piscine, saute même depuis l’échelle.

Septembre, l’été joue les prolongations, on peut fêter l’anniversaire de Zoé au bord de l’eau avec les amis. Je commence mon premier cours en vue d’obtenir le titre de CRM.

Octobre, la maman de Chéri et son chum sont là pour 3 semaines, on en profite pour partir en amoureux 3 jours à Québec. Ça fait du bien! On fait la cueillette des pommes tous ensemble et Zoé commence les cours de gym.

Novembre, Mia a le droit à sa première coupe de cheveux et ne dit presque rien. Elle veut tout faire toute seule, y compris monter dans la voiture! On profite de la douceur du mois pour jouer dehors.

Décembre, on fête Noël pour la première fois dans un chalet avec un couple d’amis et leurs 2 filles, on passe un super moment même si la neige se fait désirer! Pas grave elle arrive pour la fin des vacances et on en profite pour ressortir les luges!