Catégorie : Petit et grand écran

Limitless

limitlessLa rentrée n’a pas manqué de nous apporter son lot de séries dont on n’avait pas forcément besoin, entre les énièmes super héros (Supergirl), les remakes de film (Minority report, Daredevil, Limitless) et pourtant c’est bien de cette dernière dont je vais vous parler.

Franchement ça ne me tentait pas du tout. Je me souviens à peine du film avec Bradley Cooper et Robert de Niro et l’idée d’une série sur le sujet avec en plus le côté procédural (puisque dès la bande annonce, on comprenait que notre héros allait travailler avec le FBI), mouais bof. Mais qu’à cela ne tienne, en vivant en couple, je me suis retrouvée à la regarder. Et vous savez quoi? J’aime beaucoup!

Le premier épisode est calqué sur le film: un gars un peu loser prend une drogue qui décuple ses capacités mentales mais les problèmes commencent quand il retrouve l’ami qui lui a fourni, assassiné. Le héros, interprété par Jake McDorman, vient à servir de cobaye au FBI en leur cachant un détail crucial. À noter que Bradley Cooper reprend son rôle de Eddie Morra (devenu sénateur) et intervient en fil rouge dans la série. On retrouve aussi parmi les acteurs Jennifer Carpenter (Dexter) et Ron Rifkin (Alias).

Pourquoi j’aime? Parce que l’acteur principal est vraiment sympa, son personnage drôle et décalée, un peu moqueur, qui insuffle beaucoup d’humour à la série. Alors oui c’est un autre « cop show », qui n’a pas grand chose à voir avec le film éponyme, mais on passe un très bon moment, notamment parce qu’il y a une réalisation originale avec des inserts visuels parfois loufoques. Le tout donne un résultat sympathique où l’important n’est pas le cas du jour mais bien le héros, Brian Finch, avec ses questionnements et ses blagues.

Dans mon projo #15

prisonersPrisoners: film du québécois Denis Villeneuve avec un bon casting hollywoodien: Hugh Jackman, Jake Gyllenhaal, Maria Bello, Terrence Howard… Vu le thème (2 petites filles disparaissent), je n’étais pas super emballée pour le regarder mais on m’en a dit beaucoup de bien. Et franchement, c’est un super bon thriller! C’est prenant, angoissant (bon en même temps, il m’en faut peu) et j’avais hâte qu’il finisse pour me sentir enfin « délivrée ». Sauf que même fini, impossible d’arrêter d’y penser! Autant vous dire que je n’ai pas très bien dormi cette nuit-là!

 

ant manAnt Man: j’aime beaucoup l’humour de Iron Man (et des Marvel en général) et la bande annonce de ce nouveau « super héros » me donnait envie mais il ne m’a pas tellement emballé. Étonnamment je trouve Paul Rudd bon dans le rôle mais alors Michael Douglas, ouf!, quel coup de vieux! J’avais tout le temps l’impression qu’on l’avait excessivement maquillé pour paraître aussi âgé mais je crois que c’était naturel! Et voir Kate de Lost avec son brushing parfait, ça aussi ça m’a titillé! Oui, je m’arrête à des détails mais il m’en faut peu pour me distraire parfois!

 

hitmanHitman, agent 47: bon, lui, je l’ai regardé juste parce qu’il y a mon chéri de Homeland dedans: Rupert Friend. Sauf que sans sa belle chevelure (yep, encore un détail capillaire), il est vraiment moins canon! Et le film présente zéro intérêt de l’aveu même de mon Chéri donc autant vous dire que le niveau est bas!

 

 

 

ted2Ted 2: contre toute attente, j’avais beaucoup aimé le 1 malgré l’humour bien lourd mais le 2 fonctionne moins bien. D’abord on s’est débarrassé de Mila Kunis tout ça pour refourguer un nouvel intérêt amoureux à Mark Wahlberg, et si l’histoire de base, faire reconnaître Ted comme personne, pourrait suffire à tenir le film, l’humour repose toujours sur le même levier et autant dans le premier ça allait, autant là, ça ne suffit plus. Dommage!

The Martian ou Seul sur Mars

martianIl faut que je vous parle de ce film! Il est au cinéma en ce moment et si vous n’en avez pas entendu parler, Matt Damon joue le rôle d’un astronaute laissé pour mort sur Mars! Or, il se trouve qu’il est bien vivant mais que personne ne le sait pour l’instant et que même si la NASA l’apprend, ça va leur prendre un autre 4 ans avant de pouvoir revenir le chercher!

J’ai adoré ce film mais j’hésite à employer ce terme un peu fort pour ne pas vous créer de fausses attentes! Pour moi, il a toutes les qualités d’un superbe divertissement: beaucoup d’humour, un peu d’action, un personnage central attachant, charismatique mais des personnages secondaires qui ne nous laissent pas de marbre non plus, une histoire (un poil) original et un acteur que j’adore: Matt Damon (sans compter les seconds rôles donc). ce film fonctionne parfaitement pour moi, surtout qu’on met beaucoup en avant la science pour une fois (ça change des armes à feu!).

Alors voilà, je vous le conseille vivement si vous pensez aller au cinéma bientôt: The Martian ou Seul sur Mars en bon français!

Dans mon projo #14

entourageEntourage: ayant adoré la série, je reculais un peu pour voir le film ne voulant pas être déçue alors qu’en fait c’est le film parfait pour les fans! On y retrouve tous les ingrédients qui ont fait le succès du film avec en tête le personnage d’Ari Gold (avec le toujours génial Jeremy Piven) que je suradore, et bien sûr toute la clique de Vinny Chase! Le seul problème c’est que maintenant je ressens à nouveau le manque d’une de mes séries préférées!

 

 

adalineAdaline: soyons clair, c’est Chéri qui a souhaité qu’on le regarde, n’étant pas fan de Blake Lively, ça me tentait moyen cette histoire de femme qui tout à coup ne vieillit plus! C’est pas mal mais c’est plutôt triste alors avec son chum à côté c’est pas l’idéal quand vous vous mouchez la moitié du film! L’histoire est pas mal mais je n’ai pas accroché avec l’acteur principal (Michel Huisman) et trouvé qu’Harrison Ford avait pris un sacré coup de vieux! Ça va faire drôle dans Star Wars!

 

tomorrowlandTomorrowland: je ne sais pas vous mais moi j’aime beaucoup voir comment les gens du passé imaginaient notre futur et c’est un peu là-dessus qu’on joue avec ce film. Avec George Clooney, Hugh Laurie et de jeunes actrices que je ne connaissais pas: Britt Robertson et Raffey Cassidy, le film se laisse bien voir mais le scénario ne paraît pas toujours tenir la route malheureusement alors on se pose quelques questions une fois fini!

 

 

spySpy: on est loin de l’humour fin dans cette comédie d’action mais en même temps en plaçant une héroïne au physique à l’opposé des super modèles et en faisant même d’elle une agent secret compétente, ça nous fait du BIEN! Melissa McCarthy, Rose Byrn, Jude Law et Jason Statham, un beau casting pour cette comédie qui passe bien! Par contre, l’affiche est un peu trompeuse vu que les deux beaux mecs n’ont que des seconds rôles (voire moins)…

Dans mon projo #13

jurassicJurassic World: je suis allée le voir au cinéma à reculons mais ce jour-là c’était la seule séance qui nous accommodait. Je suis ressortie de là un grand sourire aux lèvres car le film est plein d’humour, en plus de l’action bien sûr! Quitte à voir un film d’action, j’aime qu’il y ait de l’humour, un peu comme dans Iron Man. Et puis voir ce que serait un parc d’attraction avec des dinosaures vivants ajoute au plaisir, tant cela paraît réaliste.

the road withinThe road within : on change complètement de registre avec ce road movie autour de trois jeunes en lutte avec eux-mêmes: l’un a le syndrome de la Tourette, l’autre est anorexique et enfin le dernier, souffrant de TOC, a peur à l’extrême des germes et donc du contact avec les autres. C’est touchant, c’est rafraichissant, les acteurs sont bons (Robert Sheehan, Dev Patel, Zoé Kravitz). Bref, à voir!

mad maxMad Max: Fury Road: je n’avais pas envie de le voir, tout comme je n’ai jamais eu envie de voir les premières versions! Je n’avais pas complètement tort car ce n’est pas du tout le genre de films que j’aime (de la violence, des corps déformés bons à me donner des cauchemars, un scénario inexistant) mais disons que dans le genre il est plutôt réussi. Il a fallu que je ferme les yeux pas mal, surtout dans la première demi-heure, car vraiment, voir des visages tailladés, ce n’est pas fait pour moi mais cette course-poursuite est assez spectaculaire. Et puis bon, Tom Hardy n’est pas sans charme!

little boyThe little boy: un petit garçon de 8 ans, trop petit pour son âge, fait tout pour que son père, son meilleur ami, revienne de la Seconde Guerre Mondiale. Ça a un côté conte initiatique où le petit garçon va apprendre la tolérance à travers une série d’épreuves. Honnêtement, c’est un film familial, dans le sens regardez-le avec des enfants mais qui peut passer auprès des adultes malgré la tartine de bons sentiments.

 

 

Dans mon projo #12

Depuis pas mal de temps maintenant, on regarde de moins en moins de séries à la maison. Non pas par choix mais parce qu’entre les séries qui se sont terminées (The Mentalist, Mad Men, Parenthood, White Collar pour n’en nommer que quelques unes), celles qui ont été annulées (Franklin and Bash) ou celles dont on s’est lassées (Once upon a time), il ne reste plus grand-chose dans notre agenda. On en a bien ajouté quelques nouvelles (House of cards par exemple) mais pas assez pour combler toutes nos soirées.

Alors pour s’occuper, on fait parfois des soirées jeux tous les deux (je vous en reparlerai) mais surtout on regarde des films… Et pas que des très bons laissez-moi vous dire!
D’abord il y a les classiques mais que l’un de nous n’avait jamais vu (exemple : Top Gun pour Monsieur), les films qui ont plus ou moins bien vieillis mais que l’un de nous ressent le besoin irrésistible de revoir (Minority Report, Point Break, Contact…). Et puis les films récents qu’on regarde un peu au hasard… Alors dernièrement voilà ce que ça a donné :

papa_ou_maman.jpgPapa ou maman
Une comédie française sortie récemment au Québec avec Marina Foïs et Laurent Lafitte. Florence et Vincent se séparent en très bons termes jusqu’au moment où chacun à une offre professionnelle qui signifierait partir à l’étranger quelques mois. Aucun ne veut refuser l’offre et ils décident alors que ce sera aux 3 enfants de choisir avec qui ils veulent vivre, forçant ainsi l’heureux élu à rester en France. C’est plein de coups bas, c’est drôle, c’est assez original mais à la longue un poil lassant dans la surenchère. Quelque part, ça fait penser un peu à Tanguy avec des parents prêts à tout pour se débarrasser de leur(s) enfant(s), ce côté irrévérencieux mais l’humour n’est pas le même par contre. J’ai beaucoup aimé la fin aussi.

longest_ride.jpgThe longest ride
Un jour Chéri m’a demandé si j’avais entendu parler de ce film ou de ses acteurs (Scott Eastwood et Britt Robertson) et à part savoir que Scott est le fils de Clint, cela n’évoquait rien pour moi. J’imagine que c’est parce que c’est franchement moyen et que ça n’a pas du faire grand bruit à sa sortie! C’est tiré du livre éponyme de Nicholas Sparks, ça vous donne donc une idée du niveau pour ceux qui connaissent cet auteur (The Notebook, Dear John, Safe Heaven). L’histoire? Un prétendant au titre de meilleur « bull rider » (rodeo) rencontre une étudiante brillante qui s’apprête à partir vivre à New-York. Un accident de voiture va les emmener à rencontrer un vieux monsieur et a changé leurs perspectives. En gros, c’est un film de midinette mais qui a le rodéo (et l’art) pour fond donc autant vous dire que j’étais mal à l’aise car ça se rapproche des sévices aux animaux pour moi (le rodéo, pas l’art, enfin!). Je n’ai pas aimé la fin non plus qui nous pousse à croire que c’est possible de tout avoir (je n’élabore pas pour ne pas vous dévoiler trop de détails) alors que bon, rien n’est crédible. Bref, passez votre chemin sauf si vous êtes d’humeur très fleure bleue!

Gamins.jpgLes gamins
Autre comédie française (de 2013 cette fois) avec Max Boublil, Alain Chabat, Mélanie Bernier et Sandrine Kiberlain. Un père récemment « retraité » déprime dans son nouveau rôle et, suite à la rencontre avec son futur gendre, décide de plaquer sa femme et de retrouver une seconde jeunesse, entrainant le fiancé de sa fille dans son sillage en le poussant à rompre avec elle. S’en suit toutes sortes d’aventures assez sympathiques, des dialogues qui marchent bien et en prime une bande son agréable! Par contre, le truc qui m’a un peu gênée, c’est de choisir Sandrine Kiberlain, 47 ans, pour jouer cette mère/femme de retraité. Elle fait quand même pas mal plus jeune que Chabat et elle n’est pas super crédible en maman de cette jeune femme. il me semble qu’on aurait pu choisir une actrice plus vieille puisqu’ici sa jeunesse n’apporte rien à l’histoire.

Fringe

fringe.jpg
Ça fait loooongtemps que je veux vous parler de cette série mais euh…je procrastine un tout petit peu dernièrement!

Fringe est une série qu’on pourrait ranger dans la catégorie Science-fiction/Paranormal ou Enquête policière autour de phénomènes étranges mais Fringe est surtout une série à la mythologie passionnante.
Les premiers épisodes ont un petit côté redondant qui m’avait fait arrêter la série (malheureuse) mais rendu au milieu de la première saison (nous sommes actuellement à la 3e) certains éléments se mettent en place et le tout devient addictif.

Le principal point fort de la série réside dans 2 personnages et acteurs: Walter Bishop (l’excellent John Nobles) et son fils Peter Bishop (le charmant Joshua Jackson, oui, Pacey). Ils sont à la fois très touchants à travers leur relation compliquée mais tendre et drôle parce que Walter, en vieux savant une peu perdu, sort des remarques aussi inattendues que loufoques.
Le duo est complété par l’agent du FBI, division Fringe, Olivia Dunham (Anna Torv) un peu trop sérieuse mais qui prend une place de plus en plus importante dans l’histoire.

Il est difficile de parler de la série sans parler de l’Histoire derrière et ainsi gâcher tout suspens mais rien que pour cette saison 3 qui a quasiment été parfaite depuis le début, il faut regarder et dépasser les premiers épisodes moins accrocheurs peut-être.

Sans oublier que cette série est signée J.J. Abrams, le créateur d’Alias et Lost notamment… je dis ça, je dis rien…

Glee

glee.jpg
Si pour beaucoup Glee aura été LA nouvelle série de la saison 2009-2010, j’avoue être un peu plus mitigée. D’abord parce que pour moi c’est Modern Family qui mérite ce titre, ensuite parce que selon les épisodes Glee est parfois un peu soporifique

L’histoire tourne autour d’une chorale de lycée dont la majorité des membres sont des loosers. Entrainés par un professeur passionné (Will Schuester), ils se battent pour garder leur club – Glee – ouvert et remporté les concours du coin ce qui leur permettrait d’être enfin populaires.

Qui dit chorale dit de nombreux numéros musicaux et c’est là que le bât blesse. Certains choix de morceaux sont unfortunés et quand c’est le cas, le temps paraît très long car en général on a le droit au morceau entier à chaque fois… Heureusement d’autres numéros sont vraiment très sympa, et les acteurs/chanteurs se défendent très bien, la preuve j’ai les 3 albums dans mon Ipod!

Du côté des personnages, tous sans exception tapent sur les nerfs à un moment ou un autre mais ils finissent généralement par se faire pardonner en se rendant attachant quelques minutes, que ce soit Rachel (Lea Michele) l’égocentrique, Kurt (Chris Colfer) le drama queen en mal d’amour ou encore Finn (Cory Monteith) le héros un peu niais. Du côté des adultes, le casting est particulièrement réussi. On est emporté par l’élan de Will (Matthew Morrison) mais on adore détester Sue Sylvester (Jane Lynch) qui est juste géniale, tout comme Emma (Jayma Mays) dans le rôle de la névrosée adorable.

Glee, c’est donc une très belle combinaison de personnages tous plus énervants les uns que les autres et de numéros musicaux plus ou moins réussis, mais si le tout fonctionne bien, ce n’est pas pour autant une série que je trépigne d’impatience à l’idée de revoir…
En même temps je dis ça mais j’ai fait le tour du Youtube pour trouver les vidéos des auditions des acteurs et voir des bouts de la tournée qui a eu lieu cet été, histoire de voir ce que ça rend!

Delphine – 13 ans

Dans mon projo #11

Ces derniers temps, on a rattrapé un peu de notre retard cinématographique avec Chéri mais je ne suis pas sûre qu’on ait fait des choix très avisés… Jugez par vous-même.

complicated.jpg It’s complicated: rares sont les films qui mettent en scène des personnages dans la fin de la cinquantaine et c’est bien dommage car il peut y avoir matière à raconter plein de choses. Cette comédie aurait ainsi pu me plaire vraiment si elle avait duré une demi-heure de moins, éliminant ainsi certaines longueurs… À noter que les fans de 30 Rock y retrouvent Alec Baldwin, qui donne ici la réplique à une Meryl Streep euphorique qui ne sait plus où donner de la tête entre son ex mari et un architecte séduisant (Steve Martin).

Did you hear about the Morgans: un film avec Hugh Grant et Sarah Jessica Parker avait peu de chance d’être mémorable, et comme prévu on passe un moment sympathique mais qu’on oubliera bien vite. Les Morgans, en pleine séparation, sont témoins d’un meurtre et sont envoyés au fin fond du Wyoming pour leur protection. On joue sur les clichés des parfaits New-yorkais qui découvrent la vie rurale et certaines scènes sont vraiment rigolotes, malheureusement il y en a peu.

invictus.jpg Invictus: sans doute la plus grande déception de cette sélection pour moi. J’en avais entendu beaucoup de bien mais j’ai malheureusement eu un peu de mal à accrocher. À force de vouloir nous montrer plusieurs aspects de cette histoire (véridique), on survole un peu trop la problématique et à part Nelson Mandela, je serais incapable de vous citer le nom d’un seul personnage! Par contre, au niveau des acteurs on retrouve Matt Damon et Morgan Freeman, toujours très bons, sous la direction de Clint Eastwood.

The wolfman: c’est le genre de films que je ne regarde pas, étant une petite nature qui a peur (et fait des cauchemars) pour un rien, mais dans celui-ci aucun risque, on ne sursaute jamais vraiment! Au contraire, les effets de suspens ratent plutôt leurs coups à chaque fois, il n’en reste qu’un banal film sur la légende du loup-garou avec tout de même Benicio Del Toro, Emily Blunt et Anthony Hopkins dans les rôles principaux.

shutter_island.jpg Shutter Island: autre grosse déception du moment, ce film m’a laissé avec la chaire de poules mais aussi avec l’impression d’avoir assisté à un film de série B. La musique lourde et omniprésente m’a pas mal dérangée, tout comme les nombreux passages oniriques pendant lesquels Leonardo Di Caprio rêve/hallucine. L’histoire en tant que tel se révèle intéressante sur la fin mais la mise en scène signée pourtant Martin Scorsese m’a laissé de marbre, voire embêtée.

Dear John: film de midinette qui met en scène Amanda Seyfried (Veronica Mars) et Channing Tatum (GI Joe), sur fond d’engagement militaire. L’histoire d’amour est sympathique, sans être extraordinaire, mais ce qui m’a le plus touchée dans ce film, c’est le père autiste du jeune soldat (joué par Richard Jenkins) original et attendrissant.

C’est de saison

lost.jpg
Comme chaque année les seasons finale s’enchaînent et laissent quasiment vide la grille des programmes. Si certains se sont démarquées, d’autre sont à oublier bien vite. Point de Desperate Housewives pour moi l’année prochaine, tout ce que j’aimais dans la série a depuis bien longtemps disparu, à commencer par la trempe de Bree et Lynette.

Du côté des séries médicales, Grey’s Anatomy a su être haletant même si Chéri et sa mère ont passé leur temps à tourner au ridicule la moindre scène (grrr). House se conclut joliemment pour une fois, ça ne va sûrement pas durer à la rentrée! Private Practice quant à elle nous a fait vivre un bon lot d’émotion mais on n’y retrouve pas le cliffangher énorme de l’année dernière!
Pour le cliffangher, il serait plutôt du côté de Brothers and sisters, encore que si on ne connaissait pas les tractations des acteurs en coulisses, le suspens s’en trouverait augmenter!

Comment parler cloture de saisons, sans parler de la toute fin de Lost… Je fais partie de ceux qui auraient aimé plus de réponses car on a beau dire rien n’est vraiment expliqué, ne reste qu’une belle frustration, même si on s’y attendait…

Parmi les autres séries que je suis, Parenthood se conclut en douceur, les comédies The Big Bang Theory et Modern Family toujours au plus drôle, là où How I met your mother ne fait plus de vague.
Les séries pour ado Gossip Girl et One Tree Hill sont comme à leurs habitudes faites d’excès en tout genre mais on n’a jamais peur pour un personnage même quand il se fait tirer dessus… Je ne parle pas de Glee étant donné que j’ai 10 épisodes de retard, ni de 24 que je suis de loin à côté de Chéri, et qui va heureusement s’achever cette année!

Heureusement les séries de l’été ont repris ou sont sur le point de reprendre, notamment Army wives, Lie to me, Entourage et Mad Men, de quoi s’occuper les soirs d’orage. Californication ne reprendra qu’en septembre et Weeds, je ne sais plus trop mais les dernières saisons ne m’ont pas spécialement impressionnées, j’hésite à la continuer.