Catégorie : Cuisine, Bricolage, Jeux vidéo, on teste tout

Chez nous, on aime bien manger alors on cuisine souvent mais on va aussi au restaurant.

On aime parfois bricoler, surtout si c’est pour améliorer notre maison.

Le duel

macaron.jpg Après les remarques de plusieurs personnes sur ces billets, j’ai décidé de me lancer à la conquête de Point G, l’autre boutique de macarons de la ville! Située à quelques pas de La maison du macaron mais sur la rue Mont-Royal, Point G est une petite boutique qui a l’avantage d’offrir autre chose que les petites gourmandises rondes: glaces et pâte à tartiner maison en tête.

Cela étant, qu’en est-il des macarons? Pour ne pas biaiser mon jugement j’ai acheté des macarons lundi dans chacune des deux boutiques dont un parfum commun : fraise. Le choix m’attirait plus à la MDM où j’ai pris fruits de la passion-chocolat et celui du mois : framboise-chocolat, en plus de la fraise. Chéri a pris, quant à lui, cannelle, caramel-beurre salé et fruits de la passion-chocolat.
Chez Point G, je me suis contentée d’un chocolat-noisette en plus de la fraise alors que Chéri a pris poire-gingembre et Passion-quelque chose.

De prime abord, ceux de Point G paraissent beaucoup moins « naturels » et « faits maison » que ceux de leur concurrent, ce qui ne se détrompe pas à la dégustation. Mon chocolat-noisette n’avait pas vraiment le goût de chocolat mais surtout était un peu sec alors que, dixit Chéri, le poire-gingembre avait un petit goût « chimique ». Après ça j’ai dégusté le fruit de la passion-chocolat de la MDM est, une fois de plus, je l’ai trouvé délicieux et moelleux!
Le seul désavantage de La maison du macaron, outre le fait qu’ils ne soient pas situés sur Mont-Royal même, c’est leur absence de diversité. Ils gagneraient à faire des glaces par exemple, ou encore d’autres petites gourmandises (malgré leur nom)…

Le bilan est donc sans appel pour nous, la Maison du macaron est vraiment meilleure, je ne comprends même pas comment il y a pu y avoir autant d’avis négatifs sur mes précédents billets et à l’inverse autant d’éloge pour Point G…
Il me reste ceux de l’Européa a goûté mais s’il faut en manger 6 à chaque fois, je ne rentrerais jamais dans mon maillot de bain cet été!

Chez Cora

cora.jpg De tous les brunchs que j’ai pu faire, j’ai oublié de vous parler de Chez Cora alors qu’ils ont une crêpe banane-Nutella énorme! On y trouve aussi les formules classiques œufs-bacon, œufs bénédictine, des yaourts maison, des gaufres recouvertes de fruits frais, etc.

Pendant très longtemps je prenais toujours la crêpe banane-Nutella (que je finissais difficilement) mais depuis peu j’ai découvert qu’on pouvait prendre la crêpe en version enfant et ainsi cumuler avec une formule œufs-bacon… Évidemment j’ai toujours un peu de mal à finir mais c’est tellement bon que je ne sais pas y résister!

Il y a des Cora un peu partout dans la ville et les prix s’élèvent à un dizaine de dollars…

Expédition

carte.jpg Samedi il a fait 32°, un beau soleil et outre les robettes ce sont les Porsche qui étaient de sortie à Montréal!! On en a aperçu au moins 5 sur notre itinéraire, de quoi se poser des questions sur notre propre choix de voiture…

Mais qui dit chaleur, dit Bilboquet pour Chéri. Bilboquet c’est un glacier renommé de la ville qui se situe dans Outremont, au 1311 av. Bernard, au milieu de nul part si vous voulez mon avis! Mais les plus malins savent qu’on peut trouver des glaces Bilboquet à peu près n’importe où en ville, y compris dans le supermarché du coin de la rue.

Seulement nous, on préfère traverser toute la ville à pieds pour atteindre le Graal, histoire d’éliminer les calories que des boules fraise et banane-vanille-morceaux de chocolat peuvent faire prendre!
Forcément si vous n’aimez pas les chaussures comme moi et que vos avez le choix entre une paire de converse trop petites et des ballerines qui font mal, vous allez opter pour la première solution et arriver sur Outremont les pieds en compote! Je ne vous parle même pas du retour où j’ai cru mourir des pieds (oui c’est possible!).

Si bien que le soir, pour le barbecue organisé chez des amis, je portais des bottes, seules chaussures sous la main que je pouvais endurer! Faut dire qu’entre les 7.9 km aller plus les 2.4 km retour pour prendre le métro à Laurier, on a parcouru plus de 10 km en un temps record évidemment puisque Chéri n’a pas de bouton « Marche à un rythme normal » d’inclus dans son fonctionnement, et évidemment c’est dans le sens de l’aller que ça monte le plus!

Le jour où je me suis fait piquer

herisson.jpg J’ai testé pour vous… l’acupuncture…

Geek que je suis, je crois que c’est la série Eli Stone qui m’a vraiment donné envie de tester et d’y croire mais j’ai attendu d’avoir une assurance santé qui me rembourserait à 90% pour sauter le pas quand même!

Ainsi, vendredi dernier j’avais rendez-vous dans un cabinet du Plateau, ou plus exactement dans l’appartement de mon acupuncture, Nathalie Gagnon pour me faire des points. Oui car c’est comme ça qu’on dit, sans doute pour éviter d’utiliser le mot aiguille et de terroriser encore plus les petites natures que nous sommes…

Donc après un questionnaire médical, j’ai eu le droit, allongée sur le dos, à des points dans ma nuque et mon dos. Certains points touchent une terminaison nerveuse et sont douloureux mais la plupart du temps on ne ressent qu’une légère piqure. J’ai tout de même retenu (ou pas) un cri lorsque le muscle de mon épaule droit à fait un spasme et m’a vraiment fait mal, mais il paraît que c’est normal pour que le muscle se relâche!

Étant fortement tendue, j’ai eu le droit en prime à une ventouse sur chaque épaule, ce qui était plutôt rigolo (surtout que pour le coup ça ne fait pas mal du tout!). Par contre, mieux vaut ne pas aller à la plage après car les marques restent une semaine environ!

Après un petit massage (si j’avais su je serais venue plus tôt!), je me suis retournée pour recevoir quelques points sur le front, les poignets et les jambes et là encore en fonction des endroits on ressent parfois des douleurs.
Après l’insertion des aiguilles, on reste, seule, allongée sous une lampe chauffante (si on est frileuse), avec une musique zen et on se détend 15 minutes environ. Évidemment c’est à ce moment-là que quelque chose me grattait et que je me suis demandé comment j’allais m’en sortir! À force de persuasion mentale, c’est passé mais tout de même ce n’est pas très pratique de ressembler à un hérisson!

Quant aux résultats, ils n’ont pas été très probants pour l’instant (quoique j’ai moins mal à la nuque) mais je suppose qu’une séance ne suffit pas de toute manière. Ça tombe bien j’y retourne aujourd’hui!

Un monde plus vert?

charte1.jpgBeaucoup de choses m’énervent c’est un fait. Par exemple, voir quelqu’un jetter un papier par terre, ou réaliser qu’il a fait tomber quelque chose par inadvertance et ne pas juger utile de se baisser pour le ramasser, ça se sont des choses qui m’énervent.
Mais ce qui m’énerve aussi c’est qu’à force d’entendre parler de réchauffement climatique, certains soient déjà lassés et jugent le sujet de seconde zone. D’accord il y a la crise et les problèmes d’emploi mais est-ce que savoir que le niveau des mers augmentent de Xx cm par an n’est pas inquiétant? Moi ça me fait peur mais à mon échelle je ne peux pas y faire grand chose.

Cela dit, entre pas grand chose et rien il y a quand même un écart. J’essaie de limiter ma consommation d’électricité en éteignant mon ordinateur quand je ne suis pas là, en ne faisant pas de lessive à moitié vide par exemple et je ne laisse pas couler le robinet d’eau lorsque je me lave les dents. Cependant ça ne compense pas tout à fait mes longues douches bouillantes je l’avoue!

Si chacun prenait de petites initiatives peut-être qu’on pourrait commencer à faire changer les choses ou au moins les mentalités. C’est un peu ce que défend le site des végétaliseurs pour qui « Un monde plus vert est un monde plus beau ».
À travers sa communauté se crée un monde sympathique qui pousse chacun à mettre en pratique quelques petits challenges végétals. On y retrouve une carte du monde, Vegeterre, où les membres peuvent s’ajouter et inscrire quelles actions ils entreprennent à leur échelle. Ainsi certains luttent contre les décharges sauvages alors que d’autres s’activent pour créer des classes d’éveil, des jardins, etc.

Grâce au design très nature et zen, les végétaliseurs donne envie de faire partie de cette communauté. Cependant, mon principal reproche est qu’il n’y ait pas plus de capsules conseils sur tous les petits gestes du quotidien que l’on peut mettre en place. Je suppose que plus la communauté se développera plus ces informations apparaîtront…

Au passage, il y a deux concours « pur bien être » en ce moment dont un qui consiste à filmer son animal de compagnie.. Me semble qu’avec Tartine j’ai matière à participer!

Article sponsorisé

Peur de rien!

tornade.jpg
Ce soir (soit hier quand vous lirez cet article) je vais chez le coiffeur. Mais pas chez n’importe quel coiffeur. Je pourrais choisir un parmi les fancy du centre-ville, ou un sympa dans mon quartier (quoique y en a pas) mais une aventurière digne de ce nom ne choisit pas la facilité.

Ainsi, je vais à l’autre bout de la ville (par rapport à ma maison, bon d’accord mon appartement), tout ça pour aller dans une école de coiffure… Et pas celle où ce sont les coiffeurs pro qui viennent faire une mise à niveau et qui vous coiffent, non, non, moi je vais à l’école où les filles ont entre 16 et 18 ans (vu leurs looks et leurs sujets de conversation) et où chaque cobaye est un nouveau challenge!

J’avais parlé d’une expérience précédente en faisant référence à une basse-cour, cette fois je vais dans un autre salon (que je connais déjà), où les profs sont toujours à proximité et où les élèves n’hésitent pas à faire appel à eux à chaque étape. Au moins ça rassure même si ça rallonge le temps passer sur leur chaise.
Le plus indéniable c’est que l’ensemble coupe, mèches, brushing va me coûter 35$ (contre 130 environ dans un salon) mais il faut avoir du temps devant soi et ne pas aimer les salons modernes à la déco travaillée! Mais enfin à ce prix-là, tout ce que je demande c’est qu’on ne me râte pas (trop).

Tornade, 4675 rue St Denis (photo issue de leur site)

Bagel, etc.

bagel.jpg
Enfin! Enfin, après les derniers brunchs que je qualifierais de moyen, j’ai retrouvé mon porte-bonheur pour tester une adresse qui s’est révélée vraiment bonne, et en plus pas chère!

Il s’agit donc de Bagel, etc. sur St Laurent (à hauteur de Marie-Anne) qui propose toutes sortes de formules, avec la possibilité de choisir des bagels à la place des toasts. Les choix sont variés, les assiettes assez copieuses et les prix compétitifs. La formule « œufs, bacon, pommes de terre, pains dorés ou pancakes et choix de pains (toasts, bagel…) » coûte 7.95$ et le grand jus d’orange pressé 4.25$. J’ai rajouté un extra fromage à la crème pour mon bagel qui se montait à 1.75$. Ainsi à deux avec un expresso en plus, on a payé 30$ avec les taxes.

Seul bémol, le service un peu rude… La salle n’étant pas très grande, il faut parfois attendre longtemps pour avoir une table (45 minutes pour notre table de 4 à 11h30) et après ça on a senti un peu de pression de la part de notre serveuse pour ne pas trop tarder mais sans que ce soit non plus trop flagrant.

Quatre-quart

4quart.jpg Un jour à la boulangerie Première Moisson, je reluquais les quatre-quarts quand Chéri m’a dit que vu la recette je pouvais bien en faire un moi-même. Je n’avais jamais tilté que ce gâteau tirait son nom de sa recette qui se résume donc à 1/4 de farine, 1/4 de beurre, 1/4 de sucre et 1/4 d’œufs!

Soit, je me suis donc lancée dans la confection de ce gâteau que j’aimais particulièrement manger en France au petit-déjeuner. Je trouve une recette aux pépites de chocolat qui me paraît pas mal seulement il semble que le résultat soit indémoulable et intranchable car il s’émiette beaucoup… Je me dis que tant pis, de toute manière c’est juste pour le petit-déj et Chéri n’aime pas ça de toute façon.

Malgré tout j’ajuste la recette pour réduire les quantités et finis par mettre: 3 œufs (193 gr, c’est précis!), 150 de farine, 120 gr de sucre environ, 150 gr de beurre environ et un sachet de levure chimique. J’ajoute les pépites de chocolat et dispose le tout dans mon moule à cake beurré mais que j’ai oublié de fariner! Là je me dis que je vais encore moins réussir à le servir que les personnes qui ont commenté la recette mais je l’enfourne malgré tout 45 minutes à 170°.

Après l’avoir laissé refroidir 5 minutes je tente le coup et là, Ô miracle, il se démoule parfaitement! Il se tranche même parfaitement!! Comme il fallait bien un hic toutes les pépites de chocolat sont au fond mais depuis 2 jours je me régale de mon quatre-quart au petit-déjeuner, quel plaisir!

La photo provient du site de Première moisson justement.

Brunch à volonté

brunch.jpg Dimanche dernier j’ai testé une adresse de brunch qui relevait un peu du mystère pour moi car j’avais beau en avoir entendu parler par deux personnes différentes, impossible de trouver quoique ce soit à son sujet sur le net! Incroyable! Du coup je compte bien y remédier avec ce billet…

Le restaurant en question est Le petit resto du Marché situé au coin d’Ontario et Amherst, en face du marché St Jacques. La particularité de l’endroit c’est qu’ils font fleuristes en même temps. Ainsi chaque table est accompagné de fleurs fraîches, et l’on trouve une mise en scène un peu exotique dans un coin du resto.
L’autre particularité c’est que pour 15$ environ c’est un buffet à volonté. On y trouve des salades, des céréales, des toasts, bagels, mini viennoiseries, pancakes, beans, bacon, omelette et pommes de terre pour l’essentiel. C’est pas mal mais la nourriture n’est pas exceptionnelle. Déjà on est obligé de prendre ses œufs en omelette donc pour tout ceux qui les préfèrent au plat par exemple, c’est perdu. Les pancakes, bien que très épais, étaient un peu secs et les viennoiseries, trop sèches également, étaient loin de ce qu’on peut imaginer sortir d’une boulangerie.

Ainsi bien que le cadre permette de déjeuner en toute tranquillité, dans une ambiance zen et loin du bruit, la nourriture ne suit pas. C’est à tester une fois mais comme Dame Tartine, il n’y a pas vraiment de raison d’y retourner si on n’habite pas à côté.

Une banque dans sa poche?

Blogrider m’a proposé de tester la nouvelle application de BNP PARIBAS permettant d’avoir accès à tout un tas d’informations depuis son téléphone portable. Comme pré-requis il faut avoir un téléphone compatible dont on trouve la liste ici. Le mien n’en fait pas partie mais celui de Chéri oui. Pourtant, premier problème, on nous demande un numéro en 06 pour recevoir un sms qui permettra d’accéder directement à bnpparibas.net, or moi je suis bel et bien cliente BNP PARIBAS mais je n’ai plus de portable français. Pour une application qui doit permettre de « bénéficier des services et des outils utiles pour optimiser ses déplacements à l’étranger », c’est moyen.

Finalement, j’ai réussi à accéder à l’application depuis le site fait pour les Iphones et à partir de là c’est vrai que c’est pratique. On peut consulter ses comptes et effectuer ses virements très simplement, voire même faire une simulation de crédit en ligne et c’est ainsi qu’en 1 click on m’a dit que si je voulais faire un crédit auto de 21000€ sur 48 mois, mes mensualités seraient de 504,33€! Mieux vaut pas que je convertisse mon salaire, je risquerais d’avoir peur! Cela étant, si on est à l’étranger, on peut faire appel à la liste des banques partenaires, établissements dans lesquels on peut faire des retraits sans frais notamment. C’est d’ailleurs pour ça que je suis devenue cliente de la BNP PARIBAS, pour leur accord avec la Scotiabank au Canada et ne connaissant pas tous les autres partenaires, ça peut être utiles quand j’irais faire un tour aux États-Unis!
Évidemment, il y a les cours de la bourse et la possibilité de passer ses ordres en direct, et d’autres petits gadgets dont les liens en cas de vol ou perte de sa carte de crédit et la possibilité de trouver les 4 agences les plus proches en entrant une adresse.

En résumé, le plus pratique est bien sûr l’accès à ses comptes en banque en tout temps, encore faut-il avoir une raison de les consulter de n’importe où et avoir confiance dans les accès sécurisés. La liste des banques partenaires me plaît bien mais ça c’est du au fait de vivre à l’étranger. L’application est censée être utile aux non-clients de la banque mais si c’est pour les cours de la bourse ou le convertisseur de devise, l’intérêt est tout de même limité…