Catégorie : Cuisine, Bricolage, Jeux vidéo, on teste tout

Chez nous, on aime bien manger alors on cuisine souvent mais on va aussi au restaurant.

On aime parfois bricoler, surtout si c’est pour améliorer notre maison.

Souper au Valois

J’avais déjà parlé du Valois à propos de leur brunch mais jamais encore des autres plats proposés… Nous y sommes allés 3 soirs, dont une fois en terrasse et un dimanche soir où il n’y avait quasiment personne. Par contre, lors de notre dernière visite, une veille de jour férié, nous avons pu constater à quel point le lieu pouvait être bruyant quand il est très achalandé…

Du côté de la carte (il n’y a pas de table d’hôte), on y trouve des choix pour tous les goûts. Quelques salades et tartines mais surtout onglet de bœuf à l’échalote, moules à la provençale, tartare de bœuf, foie de veau poêlé, jarret de veau et encore bien d’autres plats que je n’ai pas mémorisé.
En entrée, on hésite entre la tarte aux tomates confites, le tartare de saumon, l’assiette de gravlax maison, le carpaccio de bœuf, le plateau de cochonnailles ou encore la soupe du jour. Côté dessert, j’aurais bien tenté le petit pot de crème au chocolat mais il n’en avait plus, j’ai donc du me rabattre sur le fondant au chocolat, par ailleurs très bon, quand Chéri a, lui, pris une crème brûlée.
La carte des vins est bien étoffée mais comme toujours au restaurant on a l’impression de le payer trop cher (ici 8$ au verre)… Les entrées sont dans les 11$ en moyenne, les plats dans les 22$ et les desserts aux alentours de 8$. On en sort donc déjà pour une belle addition, surtout à Hochelaga mais le lieu est très convivial, peut-être trop si on juge au bruit…

Où manger?

Ici vous trouverez toutes les adresses de restaurants (brunchs et autres) testés à Montréal et ailleurs…

Montréal et ses alentours

L’eggsquis: sympathique chaîne de brunch qu’on trouve essentiellement à Laval et sur la rive-sud. Prix abordables et fruits frais.

Le Bitoque: restaurant portugais près d’Atwater très bruyant mais pas très typique.

Le Sparrow: brunch à l’anglaise, original par son décor mais les choix sont limités.

Modavie: situé dans le Vieux Montréal, on peut y manger en écoutant du jazz mais au risque de ne plus entendre ses convives de table!

Le Margaux: excellent restaurant qui plaira aux gourmets. On y trouve notamment de nombreux plats à base de foie gras (cuit ou non) mais la carte ne se renouvelle pas souvent.

Monsieur B.: la qualité est au rendez-vous mais les portions ne sont pas très généreuses, dommage car le prix lui n’est pas donné.

Quoi de n’oeuf?: sur Notre-Dame, près du marché Atwater, ce brunch manque un peu de fruits mais propose des assiettes copieuses.

Trinity: dans la catégorie restaurant grec, Trinity vaut d’abord par son décor. Les mets sont frais et bons mais le prix un peu élevé. Mis à jour: le restaurant a malheureusement fermé…

L’eggxotic: entre Boucherville et Longueuil, cette adresse plaira aux amateurs de jus de fruits pressés (on peut le servir en 1litre) mais aussi à tous les gourmands.

L’évidence: le décor est vraiment quelconque les prix sont en deça de la moyenne pour des assiettes pourtant très bonnes. Les choix ne sont par contre pas très originaux

Confusion: comme la plupart des restaurants à tapas, c’est assez cher et on risque de rester sur sa faim. Le cadre, par contre, est original et sympathique.

La petite ardoise: situé sur la rue Laurier, on y retrouve un décor parisien qui plaira aux nostalgiques… Les choix sont variés mais les jus d’oranges ne sont pas pressés.

Na Brasa: sa terrasse tranquille est parfaite pour l’été, d’autant qu’on y mange bien pour pas cher!

In vivo: les choix sont limités et trop originaux pour le coup, je n’y retournerai pas. Finalement j’y suis retournée et j’ai trouvé un choix que j’aimais mais c’est le seul…

L’assommoir: on a testé ce restaurant quand la carte de brunch venait d’être mise en place, du coup ce n’était pas très rôdé encore… Si on passe dans Outremont, ça pourrait être une adresse à retenter.

Baguette et Bagatelle: petit brunch discret d’Hochelaga-Maisonneuve, tout près du Marché du même nom. C’est sympa mais là encore les jus d’oranges ne sont pas pressés.

Les trois petits bouchons: dans la catégorie des restaurants pour gourmet, Les trois petits bouchons n’est pas mal du tout mais les lieux sont un peu exigus.

Dans la bouche: un incontournable du Plateau avec sa carte variée aux noms de plats rigolos. On y mange bien mais il faut savoir s’armer de patience pour y rentrer ou alors avoir réserver, et encore.

Café Passion: une adresse sympathique à St Lambert mais qui n’a rien d’extraordinaire non plus.

Le Valois: le Valois est LE restaurant d’Hochelaga, situé sur la toute belle place du même nom. Les choix de plats au brunch sont un peu trop restreints et originaux pour moi mais on y déguste de l’excellente cuisine de bistro le reste du temps.

La raclette: en manque de produits de la montagne, vous pouvez aller faire un tour ici. On n’y sert pas de vraie raclette (avec l’appareil à table) mais on y mange bien, notamment la tourte au chocolat en dessert, délicieuse!

Tiffany’s: malheureusement ce restaurant est excentré près de Côte-Vertu mais la variété de choix et la générosité des assiettes donneraient bien envie d’y revenir plus souvent. C’est un peu bruyant par contre…

Leméac: on a testé la formule à 22$-22h et on n’a pas prévu d’y retourner pour l’instant.

Chez Cora: chaînes qu’on trouve dans tout le Canada et qui permet à tout le monde d’être satisfait: amoureux des fruits, des céréales, des œufs, crêpes, etc.

Bagel, etc: le décor baroque est original mais le lieu est petit et les places rares…

Le petit resto du marché: seul brunch en buffet à volonté tester, l’endroit est garni de fleurs mais les choix un peu fades, et pas toujours très frais.

Fourquet-Fourchette: serveurs en costume d’époque et plats inspirés de la cuisine amérindienne mais la mayonnaise n’a pas pris pour nous… Leur buffet brunch est par contre paraît-il très bien….

L’avenue: à l’heure du brunch il faudra s’armer de patience pour s’engouffrer dans cette antre de la branchitude montréalaise. Au final on y déguste les meilleures pommes de terre de la ville (à mon goût) mais les prix sont plus chers qu’ailleurs et la musique plus forte aussi!

Atma: restaurant indien de la rue St-Laurent à tester une fois, ne serait-ce que pour son décor à l’étage, notamment si vous êtes à la table du fond, en groupe. Les prix sont par contre élevés.

Aix Cuisine du terroir: situé dans le Vieux-Montréal, la cuisine est bonne mais on paie le quartier avant de payer la recherche culinaire.

Dame Tartine: restaurant à brunch assez quelconque alors que cela fait partie des incontournables selon certains… Celui situé à Chambly m’a fait meilleure impression, notamment les œufs bénédictines délicieux…

La cantine: sans doute l’endroit qui propose des formules de brunchs toutes originales. On y déguste notamment des shooters de fruits/légumes de saisons. Par contre depuis 3 ans, la carte n’a pas évolué d’un iotat et quand on sait qu’il y a environ 4-5 choix, c’est un peu dommage!

La grand-mère poule: mon adresse de brunch préféré car malgré l’espace restreint on y trouve toujours de la place et que la pain à la banane y est délicieux.

L’ITHQ: fauché? allez faire un tour à l’Institut de Tourisme et d’hotellerie du Québec, du côté de la salle de réception des élèves. On y mange à 17h30 toute la semaine mais on ne peut pas trouver moins cher en ville pour une cuisine d’aussi bonne qualité.

La petite marche: c’est grand, bondé et bruyant à l’heure du brunch mais les pommes de terre sont très bonnes.

La montée de lait: on a testé ce restaurant quand il était encore près du métro Laurier et on avait vraiment bien aimé le principe. Depuis ils ont déménagé en centre-ville puis sont revenus sur le Plateau, rue St-Laurent. On y a alors testé le brunch, peu de choix mais tous délicieux!

Toi, moi et café: tout près du marché Atwater (mais aussi sur Laurier), on trouve cette petite place à brunch qui propose un choix énorme de café que l’on vous sert dans des cafetières Bodum si vous le souhaitez.

Fruits folie: le service était très mauvais ce matin-là, les œufs froids, les assiettes pas spécialement généreuses, du coup je n’ai jamais souhaité y retourner.

Cuisine et dépendance: la patronne est super sympa, le serveur (là depuis des années) passionné par son métier et les produits qu’il offre, les choix variés et les assiettes délicieuses. J’y ai mangé le meilleur saumon fumé de ma vie, fumé sur place. L’addition avec apéro et vin monte vie mais on ressort toujours comblé!

Casa Galicia: on y sert des paellas copieuses mais le lieu est un peu sombre pour une soirée joyeuse.

Le bistro du marché: niché près du Marché central, cette adresse dans un bâtiment industriel vaut le coup si vous êtes dans le coin. Sinon ça reste assez inaccessible, dommage on y mange bien pour pas cher.

Le petit Italien: concept de brunch style tapas, dommage que les choix soient si limités, les portions un poil petites et les prix un poil élevés!

Le tire-bouchon: situé à Boucherville, ce restaurant vaut la plupart de ces confrères Montréalais. Choix variés, prix raisonnables, la qualité est au rendez-vous mais les saveurs sont plus ou moins là selon les choix.

À Toronto

Le petit-déjeuner: situé au 191 King Street East, c’est l’endroit parfait où commencer la journée! Les assiettes sont copieuses et le service impeccable.

Terroni: restaurant italien au décor moderne dans lequel on mange de délicieuse pizza mais on paie le prix pour tout de même!

Korean Grill House: chaque table a son grill et pour 18$ environ on y mange à volonté la viande ou le poisson qu’on fait revenir sur son propre grill. Convivial et pas cher, le tout au 214 Queen Street.

À Paris

Le Sir Winston: tout près des Champs Elysées, le Sir Winston offre une formule de brunch en 3 services des plus copieuses! La nourriture est de qualité, le décor à voir mais les additions ne sont pas données.

Planet suhi: n’étant pas fan de sushi, si je devais en manger demain je retournerai dans ce resto, autant pour les makis chauds que ceux en dessert…

Le loup blanc: c’était une adresse de brunch incontournable du Marais jusqu’à ce que le service se dégrade… À retester de temps en temps pour voir sir cela s’améliore.

Le Loir dans la théière: hum, les mini viennoiseries, le chocolat chaud maison, les tartes… Tout y donne envie!

Petit Baïona: buffet à volonté pas mal (il y avait des crêpes et du nutella) mais comme toujours avec les buffets on a l’impression de manger moins « frais ».

À New-York

Pigalle: il ne faut pas vouloir y aller pour un brunch (en tout cas en semaine) car la carte est loin d’être exhaustive et les œufs-bacon sont servis avec des frites!

Pause bien être

spa.jpg
Pour une fois que j’avais mon frère sous la main pour lui offrir son cadeau d’anniversaire, j’en ai profité pour me faire un petit plaisir aussi tant qu’à faire… C’est ainsi qu’on avait rendez-vous vendredi à 11h pour une heure de massage pour Monsieur et seulement une demi-heure pour moi, n’ayant toujours pas fait faire ma prescription pour être remboursée par mon assurance…

Après avoir lu des critiques positives sur le blog de Marlène et avoir fait un rapide comparatif sur Internet, le Spa Escale Santé, situé tout près de chez moi, vers les shops Angus, c’est imposé comme le lieu idéal, d’autant qu’un service de bains islandais devaient ouvrir au printemps 2010.

Après avoir revêtu les peignoirs et chaussons prêtés, on a patienté quelques minutes dans une salle à la lumière tamisée et musique relaxante en attendant que nos masseuses respectives arrivent. Avant de débuter le massage, elles nous posent des questions sur ce qu’on souhaite, quelle zone sont les plus à « travailler », avec quelle pression, etc., pour ensuite nous laisser nous installer sous une couverture bien agréable.

Le massage en lui-même était un pur plaisir même si je n’aurais pas cru qu’un petit bout de femme comme ma masseuse pouvait autant appuyer! J’ai vraiment eu mal à un moment mais comme elle m’avait demandé juste avant si ça allait au niveau des pressions (et que j’ai dit oui), je n’ai pas osé dire quoi que ce soit, d’autant qu’avec mon dos un peu de force ne pouvait pas faire de mal (enfin j’espère).

À la fin, elle m’a conduit dans une autre pièce zen pour attendre mon frère où yaourt, céréales, fraises fraîches, thé, etc., étaient à disposition mais les travaux des bains islandais (qui ne sont pas encore prêts en fait) faisaient un peu trop de bruit, ce qui fait que je suis retournée dans la première pièce d’attente. On m’a également apporté un smoothie aux fruits rouges délicieux.
Avec tout ça, je n’ai pas vu le temps passé (des magazines sont aussi à disposition) et je serais bien restée une heure de plus mais mon frère revenait déjà…
Dans les vestiaires, des douches (très propres) sont à disposition et j’ai pu alterner les jets masseurs, la douche pluie et la douchette normale, tout en profitant des savons, shampoings et revitalisants mis à disposition. Jusqu’à la fin l’expérience aura été positive, j’ai d’ailleurs aussitôt pris la décision d’aller me faire faire ma prescription et de pouvoir enfin profiter pleinement des massages! Ça risque de ne pas être au Spa Escale Santé lorsqu’on aura déménagé à St Hubert mais si je suis dans le coin, c’est sûr que j’y retournerai!

La photo est tirée de leur site, je n’avais pas mon appareil.

L’eggsquis

eggsquis1.jpg
La semaine dernière, nous avons profité d’un saut dans notre futur maison avec belle-maman pour tester une chaîne de brunchs qui existe sur la rive-Sud et à Laval notamment: L’eggsquis. La carte est plutôt rigolote avec toute la déclinaison possible de jeux de mot autour de « egg » tel que « l’eggsalté, l’eggscellence » et d’autres encore.

Les choix sont très variés et certaines assiettes regorgent de fruits sculptés qui font saliver quand il fait 30° dehors comme c’était le cas ce jour-là. Belle-maman a opté pour un bagel au saumon fumé qui m’a presque fait regretter mon classique choix d’œufs-bacon-pommes de terre, le tout servi avec une crêpe fourrée aux bananes et à la crème anglaise! Je précise que je n’avais pas vu qu’il y avait de la crème anglaise, sinon je l’aurais fait enlever, histoire de rendre le tout un poil plus léger (humm)! Enfin, c’était très bon, même si les pommes de terre restaient très classiques.
eggsquis2.jpg
Avec nos choix nous avions opté pour des grands jus d’oranges pressées délicieux (ils les font en 1litre aussi) et nous en avons eu pour 46$ à trois, incluant taxes et services.
Maintenant on est rassuré, on pourra toujours aller bruncher quand on aura déménager près de Chambly, soit le 14 juillet! Yeah!

Le Bitoque

bitoque.jpg
Pour mon anniversaire, nous avons choisi de découvrir un restaurant portugais qui nous faisait envie depuis quelque temps: le Bitoque sur Notre-Dame, près de Atwater. Nous avions hésité avec un restaurant asiatique mais le guide Voir disait qu’il était assez bruyant alors nous avons préféré opter pour la cuisine méditerranéenne.

Sauf que de la rue on ne voit pas forcément que la salle est grande et qu’une fois installés sur une grande table en carré pour une douzaine de personnes, on ne s’entend plus du tout parler!
Étant un groupe, on nous avait avertis par téléphone que nous ne pourrions prendre que la table d’hôte, pas de choix à la carte. Nous avions juste le choix d’une formule avec tapas pour 4 personnes minimum en entrée, en plus du choix de potage ou salade, pour 7$ par personne. Les tapas, composés de brandade de morue, calamars frits, chorizo grillé et autre chose dont je ne me souviens plus étaient bonnes mais le prix est excessif pour la quantité par personne.

En plat principal, j’avais pris le poulet et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il était épicé et copieux! Malheureusement, il était aussi un peu sec et sans grand intérêt. Je ne m’avancerai pas sur les plats des autres convives (jarret d’agneau, etc.) mais je ne crois pas que quiconque ait trouvé son plat vraiment exceptionnel…

En dessert, faute de choix intéressant j’ai pris la crème brûlée et là on a tous trouvé qu’il y avait un problème au niveau de la texture! On en a parlé au serveur qui nous en a ramené d’autres (apparemment une batche n’était pas comme il aurait fallu…) mais moi je n’en avais plus envie bien que les autres aient trouvé leurs nouvelles crèmes brûlées bonnes. Le bon choix au niveau des desserts étaient la tarte au sucre puisque tout ceux qui l’ont choisi l’ont trouvé vraiment bonne, malheureusement je n’aime pas ça.

Au final, pour une table d’hôte à 30$ (avant taxes, tips, tapas), il y avait franchement de quoi être déçue! Le lieu est bruyant, la cuisine n’a rien d’exceptionnelle et n’a pas grand-chose de portugaise non plus mais, pour le coup, les choix à la carte étaient peut-être plus intéressants… On ne saura jamais car on ne compte pas franchement y retourner.

Le Sparrow (pas Jack, le Moineau)

sparrow.jpg
Découvrir de nouvelles adresses de brunch devient de plus en plus difficiles mais sur une idée de Marlène, nous sommes allés au Sparrow/Le moineau sur St Laurent, un dimanche matin. Les réservations sont fortement conseillées étant donné que le lieu n’est pas très grand mais très achalandé, au point que des personnes buvaient leur café sur des marches d’escaliers intérieurs en attendant leur table!

Les choix ne sont pas très nombreux mais on trouve l’équivalent de l’assiette œuf-bacon-saucisse- bean-pommes de terre, sauf qu’il n’y a qu’un œuf au grand désespoir de Monsieur! Il y a aussi un ou deux choix d’œufs bénédictines et d’autres choses comme les clubs sandwichs ou pain doré. Le service est convivial et le personnel est fortement stylé mais pas dans le sens mannequin qu’on trouve dans d’autres restaurants, plus dans le sens « ils ont de la personnalité ».

Le jus d’orange est pressé et coûte dans les 3$ pour un petit verre alors que les assiettes varient entre 12$ et 18$. Il faut prévoir de l’argent liquide vu que le restaurant n’accepte ni carte de débit ni carte de crédit mais il y a un ATM au besoin.

En résumé, c’est une adresse sympathique qui change un peu mais vu qu’il y a peu de choix, il y a peu de raisons d’y retourner régulièrement lorsque l’on n’habite pas dans le quartier…

Lush et moi

lush_cheveux.jpg
Comme toutes filles, j’aime avoir une collection de shampoings dans ma salle de bains pour être parée à toute éventualité: cheveux qui regraissent vite, cheveux secs, cheveux gras, cheveux longs, cheveux fragilisés par le séchage, cheveux à lisser, etc. Sauf qu’il arrive un moment où tout ces flacons à moitié plein ne riment plus à grand chose. Tentée par le post de Pauline, j’ai décidé de tester le shampoing solide de Lush. La sélection du shampoing s’est avérée un peu difficile vu qu’il n’y a pas autant de choix que pour des produits de supermarchés comme mes Herbal Essence mais une vendeuse elle là pour nous conseiller. Du coup, je ne me souviens même plus trop de celui que j’ai choisi, à part qu’il est vert et qu’il sent assez bon!

J’ai acheté la petite boîte métallique qui va avec pour le protéger de l’eau de la douche et c’est là que les ennuis ont commencé. Premier essai, tout se passe bien. Deuxième essai, je suis incapable d’ouvrir la boîte sous la douche, elle m’échappe des mains deux fois, se cabosse mais fini, Ô miracle par s’ouvrir! Le problème c’est qu’une fois ouverte, il faut encore réussir à sortir le pain de shampoing, ce que je n’ai pas réussi à faire non plus! Qu’à cela ne tienne, neuf, on peut le frotter sur les cheveux sans avoir à le sortir de la boîte, ouf!

C’est là que les choses sympa commencent, à peine frotter sur les cheveux que la mousse (légère) apparaît. Il n’y a donc pas besoin de l’utiliser longtemps, ce qui permet de le conserver plusieurs mois. J’ai aussi investi dans un revitalisant (l’équivalent du démêlant en France) mais il n’est pas sous forme solide. Il vient dans un gros pot et se présente comme une crème. Pour le coup, il ne sent vraiment pas très bon (mais sur cheveux secs, ça ne se remarque pas) et il faut en mettre beaucoup pour voir l’efficacité. C’est d’ailleurs troublant car les cheveux ne sont pas démêlés aussi tôt appliqué, il faut bien rincer pour sentir l’effet.

Au final, je suis totalement fan du shampoing solide même si objectivement je ne sais pas si cela change grand chose à mes cheveux. Par contre, je suis beaucoup plus sceptique pour le revitalisant car le prix est élevé et il faut en mettre beaucoup. Je crois donc que je ne rachèterais pas de ce produit.
Et pour la petite histoire, j’ai fini par ne plus fermer la boîte métallique mais par sortir le shampoing de la cabine de douche après chaque usage pour qu’il ne prenne pas l’eau et que je conserve ma sérénité de bon matin!

Brunch à Paris

sir_winston.jpg
Il y avait bien longtemps que je n’avais pas brunché à Paris, depuis ce jour je pense, mais j’ai profité d’un dernier passage dans la capitale dimanche matin pour découvrir le Sir Winston dont mon frère m’avait souvent parlé (et accessoirement rencontré sa copine).

Le restaurant est situé tout près de l’Arc de Triomphe (5 rue de Presbourg) et propose un décor très chaleureux inspiré de l’Inde.
L’avantage des brunchs en France, c’est qu’ils proposent quasiment tous des viennoiseries en « entrée », ce qui était bien le cas ici. Accompagné d’une boisson chaude de notre choix et d’un verre de jus d’orange ou de pamplemousse fraîchement pressée, on nous a servi un panier de mini-viennoiseries délicieuses.

En « plat », on avait plusieurs choix (dont salade et club sandwich je crois) mais pour être fidèle à mes habitudes j’ai pris les œufs au bacon alors que mon frère et sa copine ont pris les œufs bénédictes qu’ils ont trouvés délicieux. Pour ma part, je trouve que le bacon à la française est moins bon (et plus salé) que celui qu’on a en Amérique du Nord mais j’ai dévoré l’assiette malgré tout!

En « dessert », mon frère et moi avons opté pour le pain perdu et la glace au bourbon alors que sa copine a pris le cheesecake. Tout était délicieux mais avec tout ce que nous venions d’engloutir, nous n’avions vraiment plus faim et nous avons du laisser la moitié de nos assiettes, dommage.

Pour tout ça, il faut compter 25 euros par personne, ce qui n’est pas donné, mais entre le cadre, le service agréable et la qualité des assiettes, le prix se justifie même s’il serait difficile d’y revenir très souvent…

Les joies du surbooking

air_france.jpgAprès l’article déprime post-retour, il est temps que je vous parle un peu de mes vacances, et là encore je vais commencer par la fin parce que vous savez quoi, pour la première fois j’ai eu affaire à un problème de « surbooking » et je ne pourrais en être plus heureuse!

On devait partir dimanche à 18h55, sur le dernier vol de la journée et arriver vers 21h, heure local à Montréal. On avait pris notre lundi pour se remettre tranquillement du voyage et récupérer le chien chez le véto.
À l’aéroport, on a eu divers problèmes à cause d’une histoire de billets de train qu’on n’a jamais retirés, ce qui fait qu’on est arrivé tard à l’enregistrement, si tard qu’on nous a annoncé que tout le monde ne pourrait pas partir sur ce vol, étant donné que l’avion qu’on devait avoir avait été changé pour un plus petit.
J’aurais pu partir pour ma part mais pas Chéri et après qu’on nous ait annoncé les conditions si on décidait de partir le lendemain, on n’a pas hésité une seconde et on s’est porté tous les deux volontaires…

En décalant notre retour d’un jour, Air France nous a payé une nuit d’hôtel à proximité de l’aéroport avec repas du soir et petit-déjeuner offerts, mais surtout un avoir de 800 euros par personne!! On aurait aussi pu décider de récupérer l’argent en cash mais à ce moment-là la somme descendait à 600 euros par personne.

Comme on avait pris notre journée et qu’on pouvait récupérer le chien jusqu’à 20h30 le lendemain, on n’a pas eu à réfléchir longtemps et on se retrouve maintenant avec un avoir de 1600 euros sur Air France, autant vous dire qu’on est ravis et qu’on a déjà plein d’idées sur comment utiliser cette somme! On ne le dit pas assez mais vive le surbooking!

Réponse à l’intrigue


10 vies, 10 destins : le reveal

Souvenez-vous la semaine dernière quand je vous parlais du site 10 vies 10 destins et bien aujourd'hui on sait pourquoi il a été mis en place et ma première idée était la bonne puisqu'il est question de don, non pas d'organe mais de moelle osseuse!

Dans le cadre de la 5ème semaine nationale de mobilisation pour le don de moelle osseuse (du 8 au 14 mars), le site 10 vies 10 destins a été mis en place pour sensibiliser le plus de gens possibles sur ce sujet. On peut donc y retrouver 10 témoignages, que ce soit des patients greffés ou des donneurs (les vidéos seront également diffusées au métro Miromesnil, à Paris).
Le slogan est simple: "Ma chance, c'est vous" et pour cause, l'agence de biomédecine vise les 38 000 nouveaux donneurs inscrits sur le registre France Greffe de Moelle avant la fin de l'année. Il est possible de s'inscrire comme donneur directement en ligne: http://www.dondemoelleosseuse.fr/je-souhaite-devenir-donneur/.

Pour pouvoir s'inscrire et sauver peut-être une vie, il faut avoir entre 18 et 51 ans, être en parfaite santé, faire une prise de sang et répondre à un questionnaire. Le don de moelle osseuse est différent de celui de la moelle épinière puisqu'il n'implique pas la colonne vertébrale. Il faut savoir qu'une fois inscrit sur le registre, on ne vous appelle que si un patient compatible a besoin de vous, ce qui peut aussi ne jamais se produire. Mais si c'est le cas, vous aurez sauvé une vie…

Vous pouvez créer votre mini film pour promouvoir le don de moelle osseuse sur cette page.

Article sponsorisé