Catégorie : Dans ma ménagerie

Petite annonce

Tartine.jpg
Le plus beau chien du monde (oui, oui) se cherche une maison du 25 mai au 10 juin pendant que ses adorables parents maîtres se la couleront douce en France (en vrai ça va être la course comme d’hab!).

Elle est propre (sauf quand il pleut et qu’elle a les pattes mouillées), elle est sage (sauf si vous laissez traîner des Pumas un jour de mauvaise humeur), elle se nourrit simplement d’un bol de croquettes matin et soir (mais si vous laissez traîner une tarte tatin à portée de gueule, elle peut possiblement l’engloutir en quelques secondes) et elle dort la plus grande partie de la journée et de la nuit (sauf si un chat l’embête).

Sérieusement, c’est la plus belle et elle est quand même relativement calme à présent (bientôt 4 ans) mais ça reste un chien qu’il faut sortir matin et soir.
Comme il y a peu de chance qu’une âme charitable se dévoue, on a le plan B du véto qu’elle adore et où on la laisse en garderie d’habitude mais si pour une fois quelqu’un voulait d’elle, elle se sentirait tellement aimée! 🙂
Et puis éventuellement, plutôt que de l’amener chez vous, vous pouvez venir la garder chez nous, on la laisse avec la maison mais à quelqu’un de confiance quoi! 🙂

Les moumounes

moumoune.jpg
Depuis qu’Elliott a fait son entrée dans notre foyer, notre vocabulaire s’est enrichi (ou pas) d’un nouveau mot: “moumoune”.

En effet, sitôt le petit pépère arrivé, Chéri l’a surnommé la moumoune. J’ai eu beau lui dire que c’était un mâle, qu’il allait nous le traumatiser, rien n’y a fait… Du coup, à mon tour, je me suis mise à appeler Elliott Moumoune et le mot depuis se décline de différentes façons. Ainsi, quand on rentre le soir, on se demande où sont les moumounes (Tartine est donc incluse) et quand on est à table on est emmoumouné puisqu’il est impossible de manger tranquille sans avoir la truffe du chien à moins de 10 cm ou carrément le chat sur la table ou sur nos épaules! On ne se laisse pas faire et on répond à coup de vaporisateur, mais ça ne décourage jamais longtemps les intrus…

Les deux moumounes ne sont toujours pas très copains, mais ils se tolèrent, surtout quand il s’agit de faire des bêtises! Elliott est le roi pour s’infiltrer dans le garde-manger et surtout dans le paquet de 18 kg de croquettes de Tartine. De là il ressort une croquette (une seule, elles sont bien trop grosses pour lui) et commence à la manger mais bien souvent Tartine en profite pour lui chiper!
À d’autres occasions, Elliott grimpe sur le comptoir pour voir s’il y a quelque chose qui l’intéresse et éventuellement le fait tomber par terre. Tartine, qui est sur tous les bons coups, en profite alors pour finir le travail, même si ça veut dire déchiqueter un emballage vide!
Par contre, pour ce qui est de jouer ensemble, on n’y est pas encore. Parfois ils s’essaient mais il y a toujours un de deux pour avoir peur/faire peur à l’autre, et pas toujours celui qu’on croit!

It’s Christmas time!

sapin_vert.jpgCette année, comme l’achat de la maison a pas mal entamé notre budget, on a décidé de se contenter d’un petit sapin en plastique pour Noël… Pas de guirlande, pas de lumière et comme ça aucune tentation pour le chat!

Mais non, c’est pas vrai! Cette année, au contraire, on prévoit un super Noël entre amis, devant notre foyer et notre immense sapin! Sapin qui provient d’Ikea parce que j’ai appris l’année dernière qu’en achetant un sapin chez Ikea et en le ramenant après les fêtes, on reçoit un bon d’achat de 20$ (pour 75$ d’achat). Comme on a toujours quelque chose a magasiné chez le suédois, ça tombe parfaitement, d’autant que pour 20$ on a eu un super sapin, trop grand même pour notre salon!

C’est donc sur fond de chant de Noël qu’on a décoré et illuminé notre arbre, mais il faut encore que j’achète une ou deux guirlandes pour qu’il soit parfait et une nouvelle étoile vu que notre ancienne est trop grosse! Quant à Elliott, pour l’instant il ne s’y est pas attaqué mais je ne me fais pas d’illusion, avec toutes les boules qui ne demandent qu’à tomber, il va bien se rendre compte tôt ou tard qu’il a un nouveau terrain de jeu!sapin.jpg

Elliott

Parfois on a de grands principes qu’on se jure de ne jamais enfreindre et parfois on franchit la ligne, en faisant de profil bas et en se trouvant toutes sortes de bonnes excuses. Prenez moi par exemple. Jamais je ne payerais pour un animal de race, sauf si le prix équivaut aux vaccins ou à la stérilisation, comme à la SPCA par exemple. Jamais je ne prendrais un animal en animalerie parce que d’une part c’est trop triste de voir toutes ces pauvres bêtes dans des cages vitrées et d’autre part certaines se fournissent auprès d’usines à chiots/chatons, qui sont proches du mauvais traitements sur animaux.

Quand on a décidé d’adopter un chaton avec Chéri, on a pensé à la SPCA mais la mauvaise expérience d’une amie ainsi que le peu de chatons de 2 mois nous ont dissuadés. Ensuite, j’ai arpenté les petites annonces qui regorgeaient de chatons à donner il y a quelques semaines mais plus le mois de septembre défilait, moins il y en avait ou alors ils avaient déjà 3 mois, n’étaient pas de la bonne couleur (on voulait un tigré de préférence) ou ce n’était que des mâles (les femelles partent très vite). Quand une annonce correspondait à nos attentes, j’essayais de prendre contact avec la personne mais souvent je n’avais pas de réponse, ou alors comme hier matin on me dit de passer mais sans donner de numéro de téléphone et une adresse incomplète (sans numéro d’appartement). Du coup, je suis rentrée toute frustrée et déçue hier après-midi et c’est là que j’ai craqué…

Malgré tous mes grands principes, je suis allée à l’animalerie la plus proche de chez nous (Safari), « seulement pour voir », et ayant vu, je suis reparti avec un chaton! Pour ma défense, il coûtait 99$ avec le premier vaccin, ce qui m’a semblé raisonnable. D’autre part, c’était le dernier de sa portée (donc tout seul dans sa cage) et le plus mignon (tout le monde bavait devant), alors je ne pouvais vraiment pas résisté…
Pourtant depuis des semaines on était d’accord pour prendre une femelle, à poil court de préférence mais c’est finalement un mâle à poil long qui est entré dans notre famille… Comme quoi ne jamais dire jamais.
CIMG1581.jpg
CIMG1583.jpg
CIMG1574.jpg

Le comble du luxe

sdb.jpg
Attention vous vous apprêtez à lire un billet d’auto-satisfaction extrême.

J’essaie de ne pas trop l’étaler ici mais j’adore ma maison. Je la trouve parfaite de tous points de vue même s’il y a une ou deux micro-choses que je changerais. Régulièrement Chéri m’entend ainsi lui dire à quel point je trouve que notre maison est belle, même si ça fait déjà plus d’un mois qu’on a emménagé.

Le comble du luxe, c’est d’avoir 2 salles de bain et une salle d’eau. Ou alors c’est d’avoir une douche suffisamment grande pour accueillir 2 personnes chaque matin en même temps, voire une sous la douche pendant que l’autre se sèche à côté, toujours dans la cabine… Ou encore c’est d’avoir un pommeau « pluie » au dessus de nos têtes qui fait qu’on se sent sous une cascade chaque matin…

En fait je crois que le comble du luxe, c’est d’avoir la maison et la salle de bain de ses rêves, quels que soient ces rêves!

Première tonte

pelouse.jpg
À défaut de tondre la « vraie » pelouse parce que 1) c’est encore un peu tôt, 2) on n’a pas de tondeuse, 3) c’est un travail d’homme, je me contente de tondre ma « mini pelouse » qui trône fièrement devant la fenêtre de la cuisine habituellement. Pourquoi acheter de la fausse herbe dans un magasin de déco (on avait failli craquer chez Bouclair) quand finalement on peut avoir de la vraie… Le problème c’est qu’il faut l’arroser et la couper donc. Moi qui ai toujours voulu avoir un bonzaï, je suis gâtée!

À brouter

1.jpg
2.jpg
3.jpg

On l’attendait avec impatience, c’est maintenant chose faite, nous avons notre gazon!! Outre pour le côté esthétique – qui n’est pas négligeable, c’est surtout pour le côté pratique que nous avions hâte… En effet, avoir un chien qui se balade dans de la terre les jours de pluie, ça revient à avoir une maison pleine de boue en permanence! Chéri a beau avoir tenté d’apprendre l’ordre « Essuie tes pattes » à Tartine, l’effet n’a pas été escompté, ou alors il faudrait quelques années de plus d’entrainement.

Maintenant nous devons arroser en abondance mais dans quelques jours/semaines, on (comprendre Tartine) pourra gambader librement dans de l’herbe toute fraîche (que quelqu’un devra tondre à un moment ou à un autre)! 🙂

Chose promise…

… chose due.
barriere.jpg
Dans la mesure où ce sont les moins chères de Wal-Mart, elles ne feront pas l’affaire pour des enfants mais pour Tartine, ça suffit tout à fait!

Sinon, je tente tant bien que mal de convaincre Chéri d’adopter un chaton – qui m’a promis il y a un an et demi qu’on en prendrait un le jour où on aurait une grande maison – mais qui maintenant me dit que ce n’est pas le moment! Pourtant c’est la période où il y en a plein la SPCA…
Je ne perds pas espoir vu qu’en début de semaine c’était « à Noël » et que maintenant on est rendu à « en septembre ».

At home

deck.jpg
Je suis officiellement une banlieusarde, une « 450 » (en référence au numéro de téléphone) depuis mercredi dernier. On a passé tout notre temps depuis à défaire des cartons, ranger, nettoyer, organiser mais il y aura sûrement encore à faire pendant quelque temps.

En attendant on savoure notre maison à chaque instant que ce soit le silence incroyable qui règne dans le quartier, toute la nature qui nous environne (notre rue est une impasse qui donne sur une piste cyclable) ou encore le bonheur d’être « chez nous » pour de bon.

Dans les inconvénients, il y a le fait que l’herbe ne soit pas encore posée et donc que dès qu’on (y compris Tartine) met un pied dehors on ramène une quantité de terre impressionnante! Mais bon dans quelques semaines cela devrait être réglé, par contre la clôture n’est pas prévue pour tout de suite et du coup si on ne fait pas attention on récupère Tartine chez les voisins!

Côté voyagement, tout se passe bien, mais du coup je dois me lever plus tôt chaque jour (6h50 environ) ce qui n’est pas toujours facile! Le bus express (qu’on rejoint en 10 minutes de voiture) met 20 minutes pour rejoindre le 1000 de la Gauchetière, et j’en mets une dizaine de plus pour rejoindre mon bureau, ça va.