Catégorie : Sur mes étagères…

Eat, Pray, Love, le livre

eat-pray-love.gif Alors que le film avec Julia Roberts et Jarvier Bardem est sorti hier sur les écrans nord-américains, je viens tout juste de finir le livre Eat, pray, love (Mange, prie, aime en français) dont il est tiré. Elizabeth Gibert, qui raconte ici sa véritable histoire, est une journaliste new-yorkaise qui a décidé de s’accorder une année pour se reconstruire et trouver un équilibre spirituel, entre plaisir et « dévotion ». Après un divorce cauchemardesque et une histoire d’amour passionnelle et destructrice, c’est un vieux médecin balinais qui la conduit à entreprendre cette année d’introspection et de voyages en lui livrant une sorte de prophétie.

Écrit en 3 parties et 108 volets, on embarque tout d’abord pour l’Italie à la recherche du plaisir. Plus fort qu’un guide de voyage, Lise Gilbert retranscrit son expérience italienne et notamment romaine, qui inciterait n’importe qui à prendre le premier avion pour ce pays. Outre les rencontres qu’elle a pu faire, les orgies de pâtes et de glaces qu’on partagerait bien, on prend le temps de vivre 4 mois de pur plaisir avec elle et on se dit qu’on est un peu bête de ne pas s’accorder le même « treat »…

Les 4 mois suivant seront passés dans un ashram indien où l’auteur cherche à mettre en pratique les principes de méditation de sa guru pour enfin atteindre « Dieu ». Pas un Dieu chrétien, juif, protestant ou encore hindou, mais plutôt une entitée spirituelle qui lui apportera la paix/sérennité et le bonheur et qui l’aidera à se reconstruire. Si ces 4 mois de réclusions peuvent sembler austère au premier abord, à la fin de son séjour on en resssort là-encore avec l’envie de tenter l’expérience nous-même un jour, ou au moins de se mettre au Yoga. Et je ne parle pas de l’activité physique mais plutôt de la philosophie.

Pour finir cette année de voyages, Lise revient à Bali retrouver le vieux médecin balinais qui l’a poussée à entreprendre ce voyage. On en apprend plus sur les croyances et les médecines balinaises, et notamment sur « l’équilibre » que chacun doit respecter, tant dans sa vie personnelle que dans l’organisation de la société.

En refermant ce livre, on ne peut qu’être impressionné par le chemin intérieur (parcours initiatique dira-t-on) qu’a accompli l’auteur car non il ne s’agit pas d’une histoire d’amour ou de chick litt comme on pourrait le croire au début.
On aimerait souvent être à la place de Lise Gilbert, surtout pour la nourriture italienne, mais à bien y réfléchir ses expériences indiennes et balinoises donnent tout aussi envie mais pour d’autres raisons. Ce livre ne plaira peut-être pas à tout le monde car il n’y a pas forcément une « histoire », si ce n’est ce que vit l’auteur, mais il a le mérite d’être bien écrit, touchant et même drôle. Difficile de ne pas s’interroger sur sa propre vie en tournant les pages mais tout le monde n’est pas prêt à tout quitter pour un an d’aventure et d’introspection… Too bad.

Après j’arrête…

true_blood.jpg
C’est promis, après j’arrête de vous tanner avec ça mais vous comprenez j’ai fini le dernier tome disponible de la saga True Blood ce week-end et du coup je suis triste… Comme toujours quand on tombe dans une histoire qui nous plaît et qui se déroule sur plusieurs tomes, tourner la dernière page est un peu triste… Mais bon, comme depuis le début du mois de janvier je n’ai (à peu près) rien fait d’autres qu’enchaîner les volumes de Charlaine Harris, un petit break jusqu’à la sortie du prochain début mai ne peut pas faire de mal. D’ailleurs, je n’ai à présent plus d’excuse pour me mettre à étudier mes bouquins d’assurance vu qu’entre temps j’ai reçu l’équivalence de mes diplômes français!

Bizarrement je sens que je vais être moins enthousiaste pour ces livres-là… Vivement le 4 mai!

Je l’aimais

Je_l__aimais.jpgD’Anna Gavalda, j’avais lu et aimé sa première parution, un recueil de nouvelles intitulé Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part et j’avais aussi lu mais vraiment adoré Ensemble c’est tout, adapté depuis au cinéma.

Quand on m’a prêté Je l’aimais, je m’attendais à autre chose que cette courte histoire qui en raconte une autre.
Chloé vient de se faire plaquer par son mari pour une autre femme et c’est son beau-père, le père donc du goujat, qui va la prendre son sous aile le temps d’un week-end à la campagne, pour tenter de lui expliquer que tout est peut-être pour le mieux. Pour se faire, il va lui raconter sa propre histoire, celle de sa lâcheté quand il n’a pas osé quitter la femme qu’il avait épousé pour la femme qu’il aimait…

Je l’aimais est un court roman qui n’a jamais réussi a sonner pas juste pour moi. Ce beau-père qui était presque un étranger auparavant et qui tout à coup se livre, avec forces détails intimes parfois, m’a semblé caricatural, inconsistant et l’héroïne, même si on comprend son chagrin n’est pas franchement sympathique. Si l’émotion est présente, il n’en reste qu’un récit sans consistance que j’ai déjà oublié pour ma part. On peut toutefois en retenir la morale simpliste: on peut être courageux en quittant une personne et lâche en restant avec une autre…

Dead until Dark

trueblood_poster.jpg
Alors que les jeunes filles en fleur se passionnent pour Twilight, j’ai préféré me lancer dans la saga True Blood, aussi connue sous le nom de The Southern Vampire Mysteries! Dead until Dark (paru en 2001) est le premier tome de la série littéraire de Charlaine Harris et on y fait connaissance avec l’héroïne qui est aussi le narrateur, Sookie Stackhouse, serveuse sans histoire au Merlotte, qui a tout de même la faculté de lire dans les pensées.
Ce petit détail lui vaut d’être considérée comme à moitié folle par les habitants de la ville de Bon Temps (Louisiane), il faut dire qu’elle n’a pas toujours l’air maligne en essayant de tenir une conversation tout en écoutant ce que tout le monde pense autour d’elle…

Sa petite vie va être bouleversée par l’arrivée d’un vampire dans la ville, Bill (150 ans), qui outre un charme incroyable a surtout un esprit totalement fermé pour Sookie! Pour la première fois elle peut être près de quelqu’un sans l’entendre et vu que les japonais ont inventé du sang synthétique pour les vampires (True Blood), ceux-ci n’ont plus besoin de se cacher…
Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes s’il n’y avait pas une série de crimes commis à l’encontre de jeunes femmes qui fréquentent justement des vampires depuis que Bill a fait son apparition.

Dans ce premier roman, on se prend d’affection pour les personnages principaux, Sookie, son frère le tombeur, Jason, Bill le vampire mais aussi Sam, le patron de Sookie qui a du mal à cacher ses sentiments pour la jeune femme. Outre les histoires de vampires et l’organisation particulière de leur monde, il s’agit ici aussi d’intrigues policières assez intéressantes, surtout que Sookie est du genre sarcastique et qu’on ne s’ennuie pas une seconde en suivant ses pensées.
Le sexe est également bien présent dans le roman et,mesdames, si vous croisez un vampire, sautez-lui dessus car apparemment c’est incroyable!

Forte de la lecture de ce premier tome, je me suis lancée dans le visionnage de la série, ou du moins de son pilote car je ne savais pas si elle risquait de dévoiler les intrigues des autres tomes, et j’ai trouvé le tout plutôt conforme au livre. La voix de Sookie (Anna Paquin) ainsi que ses dents du bonheur m’ont un peu dérangée au début car je ne l’imaginais pas comme ça, mais finalement on s’habitue et j’ai maintenant hâte de voir les prochains épisodes… Mais pas plus que de lire le prochain tome!
D’ailleurs j’en profite pour signaler que je les lis en anglais et que si, comme moi, vous êtes réticent(e) au début, ça se comprend très facilement en fait! Great!

La valse lente des tortues

pancol.jpg S’il on jugeait un livre d’après le temps qu’on le garde en tête une fois la dernière page tournée, La valse lente des tortues serait assûrément considéré comme bon pour ma part. Ce roman de Katerine Pancol fait suite à Les yeux jaunes des crocodiles, sorti il y a déjà plus de 3 ans et qui avait rencontré un grand succès. Ayant moi-même lu ce roman il y a déjà longtemps je ne me souviens plus exactement de ce que j’en avais pensé. D’après mes souvenirs, il me semble que j’avais aimé mais qu’en même temps je lui avais trouvé des défauts (lesquels, ça c’est une autre histoire!).

Avec la suite, j’ai d’abord eu un peu de mal à me mettre dans l’histoire, essentiellement parce que je ne me souvenais plus de qui était qui ou faisait quoi parmi toute la série de personnages… Mais une fois rentrée dans l’histoire, qui à l’instar du premier comporte une intrigue policière, je me suis mise à dévorer de plus en plus vite les pages. J’ai d’ailleurs passé tout mon dimanche à ça car je voulais absolument connaître la fin! Et une fois fait je n’ai cessé de me répéter « C’est horrible, c’est horrible »…

Ce roman m’a donc emballée et s’il existait une suite, je l’achèterais tout de suite car les dernières pages me restent encore en tête…

Le temps n’est rien

temps.jpg Il y a bien longtemps que je n’avais pas été autant chamboulée par un livre mais force est de constater qu’on ne ressort pas indemne de la lecture du premier roman d’Audrey Niffenegger Le temps n’est rien (The time traveler’s wife).

Avec lui je peux contempler mon existence dans sa totalité, comme une carte, passé et futur réunis, comme un ange… .. Tout est déjà arrivé. Tout en même temps. » Nous avons tous déjà eu cette impression d’avoir rencontré une personne quelque part avant, ou de l’avoir connue dans une autre vie… Et si c’était dans un autre temps? Quand Henry, bibliothécaire, voit arriver Claire, une artiste séduisante, il ne peut croire à l’incroyable: ils se connaissent depuis des décennies, même s’il ne s’en souvient pas. Car Henry est atteint d’une maladie qui le propulse dans le temps. II a rencontré Claire alors qu’elle était enfant et va sans cesse partir et revenir à des époques de leurs vies respectives… L’histoire folle et romanesque d’un amour absolu et éternel.

Le temps n’est rien fait partie de ces livres qu’on dévore avec avidité tout en regrettant d’arriver à la fin. On est partagé entre l’envie de connaître le dénouement et celle que le livre ne finisse pas, pas tout de suite, pas comme ça…

Que dire? J’ai pleuré à chaudes larmes alors même que Chéri râlait dans la pièce à côté car je ne m’occupais pas de lui et que le repas n’était pas prêt! Mais enfin comment faire des tâches bassement matérielles alors qu’on est pris dans une telle histoire d’amour?
Et encore, bien que la romance soit belle et intense, ce n’est pas un livre de fille, centrée sur leur couple. C’est vraiment un livre qui raconte l’histoire de cet homme qui voyage malgré lui dans le temps, et toutes les implications dans sa vie quotidienne et sur ses proches.

Je ne saurais trop vous conseiller de le lire, et surtout de le lire avant d’aller le voir au cinéma, car il est présentement à l’affiche…

Le premier jour

levy.jpg Pendant la visite de ma belle-famille, un livre s’est passé de mains en mains alors même que celui qui l’avait acheté, le père de Chéri, n’a pas eu l’occasion de le lire, il s’agit du dernier Marc Levy : Le premier jour.

Sur 3 lecteurs, les avis ont été partagé car si la sœur de Chéri et son copain ont beaucoup aimé, moi à l’inverse, je n’ai jamais réussi à rentrer dans l’histoire.

Une archéologue et un astrophysicien vont mener une enquête pour comprendre l’origine d’un mystérieux objet qui suscite bien des convoitises et des appréhensions…

L’histoire est relativement lente à se mettre en place mais même passé les 100 premières pages, je n’ai pas accroché avec les personnages et les intrigues. Si l’on suit la quête des deux scientifiques, on nous montre en parallèle les tractations d’une commission internationale pour savoir quoi faire de cet objet et des deux aventuriers. C’est peut-être cet aspect-là des choses qui m’a le plus gênée, car j’avais l’impression, quelque part, que Levy cherchait à écrire le scénario d’un film d’action plus qu’un roman.

Arrivée à la fin du roman, alors que la sœur de Chéri et son copain n’avait qu’une hâte découvrir la suite de cet opus (La première nuit, prévue pour décembre), je l’ai refermé soulagée. Soulagée de l’avoir fini à temps pour le rendre à son propriétaire qui repartait en France et soulagée que ce soit enfin fini !
De tous les Levy que j’ai lu, c’est sans doute celui que j’ai le moins aimé. Pour autant, je lirais sans doute la suite, histoire tout de même de savoir comment cela fini (vraiment).

La souris bleue

souris_bleue.jpg À peine rentrée en France cet été que mon père me mettait le livre de Kate Atkinson, La souris bleue, entre les mains. Il n’avait pas encore eu le temps lui-même de le lire mais il en avait entendu beaucoup de bien.

Si l’on peut s’attendre à un roman policier en lisant la 4e de couverture, on découvre au fil des pages que l’on est loin de ce genre. Les premiers chapitres fonctionnent comme des nouvelles où l’on nous expose 3 drames survenus quelques décennies plus tôt. Ils se recouperont en 2004 lorsque Jackson Brodie, détective privé, sera chargé d’enquêter sur ces affaires non résolues.

Alors que les critiques élogieuses évoquent une fantaisie policière, de la poésie, quelque chose de palpitant, le charme a difficilement opéré sur moi. Comme je l’indiquais plus haut, ce n’est pas un roman policier à proprement parlé car si les enquêtes se trouvent résolues au final, c’est plus lié à la chance qu’à autre chose.
Le détective privé traîne ses guêtres au hasard, n’interroge pas vraiment mais se voit intégrer à la vie des gens, ce qui devrait nous rendre tout ce petit monde attachant. Le problème c’est qu’à part un père de famille, tous les autres protagonistes, et notamment deux sœurs loufoques, m’ont plus énervée qu’attendrie!

Au final ce livre est sans doute à lire pour l’univers un peu décalé que met en place l’auteur et le suspens qui nous pousse à connaître le mot de la fin mais on risque d’en ressortir avec une drôle d’impression, surtout si l’on attend une enquête…

Jackson Brodie, détective privé, est chargé, des années après les faits, d’éclaircir trois enquêtes irrésolues qui impliquent trois jeunes filles. La première, disparue au milieu de la nuit alors qu’elle dormait sous une tente dans le jardin familial. La seconde sauvagement égorgée sur son lieu de travail. La dernière qui a assassiné son mari à coup de hache.

Les lits à une place

dorin.jpg Les lits à une place est le titre d’un livre de Françoise Morin paru en 1980. Antoinette, Catherine, Michel et Pascal, le fils d’Antoinette, vivent sereinement au numéro 8 d’une rue parisienne, chacun chez soi mais tous unis.
Alors qu’Antoinette tente de faire comprendre à son entourage que la solitude peut être très agréable et qu’on dort bien mieux seule dans son lit qu’accompagné, l’harmonie du 8 se trouve menacé quand le démon de midi, le goût de la liberté et d’autres petites choses font leur entrée dans la vie de nos protagonistes.

Bien que datant de plusieurs décennies, ce roman est toujours au goût du jour. On suit avec attention le parcours des uns et des autres, on a les larmes aux yeux à quelques reprises et on s’interroge sur la différence d’âge, la solitude, le vieillissement, l’amitié… Toutes ces questions qui traversent les générations.

Ce roman montre à quel point l’amitié est importante car si les amours passent, les amis restent. Il est dit à propos des ruptures « On oublie qu’on oubliera » et à propos des enfants qu’ils sont « des billets de loterie. Tu peux gagner, perdre ou retrouver ta mise »! Personnellement, ça me fait beaucoup rire, à l’image de ce livre tendre et sarcastique.

Do you read?

livres.jpg Comme en ce moment, je peux parler de lecture mais pas de livres, voici un petit questionnaire sympathique pris chez Anne.

Plutôt corne ou marque-page ?
Ni l’un ni l’autre! Je fais en sorte de me souvenir du numéro de page et comme souvent ce n’est pas le cas bah je relis des paragraphes entiers pour retrouver là où j’en suis restée!

As-tu déjà reçu un livre en cadeau ?
Bien sûr ! Mais pas si souvent que cela si on y réfléchit bien !

Lis-tu dans ton bain ?
Jamais !! De toute façon dans mon bain je ne fais rien que barboter, jouer avec mon crabe en plastique et méditer des heures !

As-tu déjà pensé à écrire un livre ?
Je ne pense pas qu’il y ait une blogueuse qui n’y a pas déjà pensé ! Sauf que dans mon cas je manque cruellement d’imagination pour mettre en place tout un roman…

Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ?
J’ai adoré Les chroniques de San Francisco et les Harry Potter mais pourtant ça ne me tente jamais vraiment à la base. Il faut vraiment qu’on m’en dise du bien.

As-tu un livre culte?
Ouch, question difficile ! Celui que j’ai le plus relu est peut-être Autant en emporte le vent que j’ai vraiment adoré (ne me parlez pas du film, je le trouve pourri !), il y a les Harry Potter bien sûr mais aussi certains classiques comme Les 3 mousquetaires, ou d’autres de Zola et Balzac…

Aimes-tu relire?
C’est rare mais comme je le disais plus haut pour Autant en emporte le vent, c’est une évidence, je pourrais encore le lire et le relire !

Rencontrer ou ne pas rencontrer les auteurs de livres qu’on a aimé ?
Je ne ressens aucun besoin de rencontrer les auteurs, ou alors ceux des siècles passés. Mais les auteurs d’aujourd’hui ne m’intriguent absolument pas.

Aimes-tu parler de tes lectures ?
Si c’est avec quelqu’un de passionné ou au moins d’intéressé oui mais sinon je trouve ça assez difficile. Et si quelqu’un me dit qu’il n’aime pas lire alors là c’est carrément l’incompréhension!

Comment choisis-tu tes livres ?
La couverture et la 4e de couverture font tout ! Parfois le bouche à oreille aussi mais si la couverture ne m’attire pas, je vais avoir du mal à m’y mettre !

Une lecture inavouable ?
Les Harlequins que je piquais à ma mère quand j’étais ado !

Des endroits préférés pour lire ?
Dans un bon canapé, sous ma couette ou sur une plage mais quand il ne fait pas trop chaud !

Un livre idéal pour toi serait :
Un roman qu’on ne puisse fermer avant la dernière page !

Lire par dessus l’épaule ?
J’ai horreur qu’on me le fasse mais parfois je lis les titres des journaux par-dessus l’épaule des voyageurs dans le Métro si je n’ai rien de mieux à faire !

Télé, jeux vidéos ou livre ?
Avant je lisais vraiment beaucoup et puis Internet et les séries sont arrivées et les livres ont été remisés ! Les jeux vidéos ça n’a jamais été trop mon truc !

Lire et manger ?
En même temps non ! Ou alors vraiment le Métro quand je mange parfois seule en semaine.

Lire un livre électronique ?
Ah non, ça ne me tente pas du tout !

Livres empruntés ou livre achetés ?
Je n’aime pas beaucoup lire un livre usager mais pourtant j’en emprunte souvent. Quoique le jour où le budget ne sera plus du tout en ligne de compte, je ne ferais que les acheter !

Quel est le livre que tu lis actuellement et quel sera le prochain ?
J’ai honte parce que celui qu’on peut qualifier de « lecture actuelle » c’est Malavita mais qu’après avoir lu les 50 premières pages d’un coup, je n’y ai plus touché ! Alors autant vous dire que le prochain, il me paraît encore loin !

As-tu déjà abandonné la lecture d’un livre?
Oui plusieurs fois mais j’ai horreur de ça ! Un jour je reprendrais La condition humaine de Malraux !

Quel est le premier livre que vous avez adooooooré d’amour ?
Je vais reciter Autant en emporte le vent mais j’avais aussi adoré Les oiseaux se cachent pour mourir, ado. Cela dit avant ça je dévorais les J’aime lire, les Bibliothèques Rose, Verte, les Comtesse de Ségur, etc. C’était la bonne époque!