eat-pray-love.gif Alors que le film avec Julia Roberts et Jarvier Bardem est sorti hier sur les écrans nord-américains, je viens tout juste de finir le livre Eat, pray, love (Mange, prie, aime en français) dont il est tiré. Elizabeth Gibert, qui raconte ici sa véritable histoire, est une journaliste new-yorkaise qui a décidé de s’accorder une année pour se reconstruire et trouver un équilibre spirituel, entre plaisir et « dévotion ». Après un divorce cauchemardesque et une histoire d’amour passionnelle et destructrice, c’est un vieux médecin balinais qui la conduit à entreprendre cette année d’introspection et de voyages en lui livrant une sorte de prophétie.

Écrit en 3 parties et 108 volets, on embarque tout d’abord pour l’Italie à la recherche du plaisir. Plus fort qu’un guide de voyage, Lise Gilbert retranscrit son expérience italienne et notamment romaine, qui inciterait n’importe qui à prendre le premier avion pour ce pays. Outre les rencontres qu’elle a pu faire, les orgies de pâtes et de glaces qu’on partagerait bien, on prend le temps de vivre 4 mois de pur plaisir avec elle et on se dit qu’on est un peu bête de ne pas s’accorder le même « treat »…

Les 4 mois suivant seront passés dans un ashram indien où l’auteur cherche à mettre en pratique les principes de méditation de sa guru pour enfin atteindre « Dieu ». Pas un Dieu chrétien, juif, protestant ou encore hindou, mais plutôt une entitée spirituelle qui lui apportera la paix/sérennité et le bonheur et qui l’aidera à se reconstruire. Si ces 4 mois de réclusions peuvent sembler austère au premier abord, à la fin de son séjour on en resssort là-encore avec l’envie de tenter l’expérience nous-même un jour, ou au moins de se mettre au Yoga. Et je ne parle pas de l’activité physique mais plutôt de la philosophie.

Pour finir cette année de voyages, Lise revient à Bali retrouver le vieux médecin balinais qui l’a poussée à entreprendre ce voyage. On en apprend plus sur les croyances et les médecines balinaises, et notamment sur « l’équilibre » que chacun doit respecter, tant dans sa vie personnelle que dans l’organisation de la société.

En refermant ce livre, on ne peut qu’être impressionné par le chemin intérieur (parcours initiatique dira-t-on) qu’a accompli l’auteur car non il ne s’agit pas d’une histoire d’amour ou de chick litt comme on pourrait le croire au début.
On aimerait souvent être à la place de Lise Gilbert, surtout pour la nourriture italienne, mais à bien y réfléchir ses expériences indiennes et balinoises donnent tout aussi envie mais pour d’autres raisons. Ce livre ne plaira peut-être pas à tout le monde car il n’y a pas forcément une « histoire », si ce n’est ce que vit l’auteur, mais il a le mérite d’être bien écrit, touchant et même drôle. Difficile de ne pas s’interroger sur sa propre vie en tournant les pages mais tout le monde n’est pas prêt à tout quitter pour un an d’aventure et d’introspection… Too bad.

10 commentaires le Eat, Pray, Love, le livre

  1. Je l’ai lu l’année dernière, j’avais adoré aussi. J’ai hâte d’aller voir le film, ça semble être une belle adaptation !

    Et attention « spoiler » ou gâcheur comme ils préconisent de dire en québécois….

    Tu savais qu’elle était marié avec son amoureux de Bali ? J’ai lu une interview d’elle il y a quelques mois, elle en parlait !

  2. Voyager et prendre du recul ne peut être que positif je crois, et on en a parfois besoin. Je n’aurais pas forcément choisi ce parcours là mais je l’admire tout autant!

  3. J’ai adoré le livre, que j’ai dévoré pendant mes vacances. Le film, comme toute adaptation, a son pesant de déceptions… Mais Julia Roberts est chouette, les paysages sont magnifiques, et j’en suis ressortie avec une patate d’enfer !

  4. Anne: je ne savais pas qu’ils étaient mariés mais je savais qu’ils étaient toujours ensemble. Par contre, tu sais que Richard from Texas est décédé?

    Marlène: je ne sais pas ce qu’il donne en français mais en anglais, c’est une chouette lecture.

    Pauline: tu devrais réessayer en le sachant, peut-être que tu apprécierais au final…

    Zhu: peu de gens auraient choisir ce parcours mais quand tu vois le résultat, ça donne envie!

    Marie: je compte aller le voir bientôt mais j’ai peur aussi d’être déçue…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *