Le couple et la décoration

Au début de l’année, plutôt que de prendre de bonnes résolutions, je me suis assise avec Chéri pour discuter d’objectifs qu’on pourrait se fixer. L’un d’eux était de finir la décoration de notre chambre puisqu’après plus de 6 ans, nous avons toujours un grand mur vierge de tout cadre du côté de notre lit. L’affaire était donc entendue.

Quand quelques jours plus tard, Chéri est arrivé en disant « J’ai eu une super idée pour la chambre », j’avais hâte d’en entendre plus… Je dois dire que j’ai été un peu échaudée! « On pourrait mettre la télé qui est dans le salon dans notre chambre et comme ça on en rachèterait une plus grande pour le salon! ». Comment dire… D’une part, il n’est pas question d’avoir une télé plus grande dans le salon, d’autre part, Chéri est le premier à avoir toujours refusé toute télé dans la chambre et enfin ce n’est pas le mur FACE au lit qui doit être habillé mais celui en ARRIÈRE du lit!

Après une petite mise au point, nous sommes passé à autre chose… Les semaines passant, Chéri à trouver une autre façon de décorer la chambre : se lancer dans une collection de vaisseaux Star Wars en Lego! Alors là c’est pareil, ce n’était pas tout à fait ce que j’avais en tête début janvier et surtout c’est en train d’empiéter partout sur l’étagère qui se trouve, devinez où, FACE au lit bien sûr! Tout ce qui était sur le dessus de l’étagère commence à être redescendu sur les rayons du bas sauf qu’on va bientôt atteindre un stade où il n’y aura plus de place ni sur le dessus ni sur les tablettes du meuble! Et en attendant ma tête de lit est toujours aussi vierge de toute décoration!

Commencer le ski à 35 ans

Tous les Québécois vous le diront: pour supporter le long hiver de notre province, il FAUT faire des activités hivernales! Ça a l’air simple dit comme ça mais quand il fait nuit à 16h, qu’il peut faire -15 facilement, qu’on alterne verglas et chute de neige, la motivation pour sortir de chez soi n’est pas toujours au rendez-vous! Quand, en plus, vous avez des enfants en bas âge, que les habiller chaudement prend du temps, qu’ils ne peuvent pas rester dehors aussi longtemps que vous voire qu’ils ne veulent pas faire certaines activités (parlez patins à glace ou ski à ma 3 ans, vous verrez), alors il est facile d’hiberner pendant toute cette période.

Mais les filles grandissent et j’ai bien l’intention qu’elles sachent skier un jour. Qui dit emmener les enfants à une station de ski pour qu’elles apprennent sans en faire soi-même enlève pas mal du fun à l’activité! Cette année, c’était donc décidé je me mettrais au ski, et oui, à 35 ans, il n’est jamais trop tard pour apprendre!
Profitant d’une fin de semaine dans un chalet pas très loin de la station Ski Montcalm, j’ai donc pris mon tout premier cours! Le prof devait avoir 18 ans mais il était super sympa et de bons conseils évidemment! Après avoir fait une fois la pente « école », il m’a entrainé sur une piste verte et j’ai rapidement fait quelques progrès. Je suis tombée une fois de mémoire et l’avantage d’avoir un prof, c’est qu’il vous aide à vous relever parce que pour débuter, c’est mieux de ne pas avoir de bâtons. Cette séance m’a vraiment donné confiance en moi et m’a convaincue qu’à l’avenir j’irais skier régulièrement.

J’ai hésité pas mal entre louer de l’équipement la saison prochaine ou investir tout de suite dans mon propre matériel et finalement j’ai choisi d’investir maintenant en profitant des rabais de fin de saison. Une des raisons étant que le matériel disponible à la location est souvent du matériel d’entrée de gamme de toute façon donc ça ne changerait pas grand-chose. Après avoir essayé plusieurs bottes, je suis donc ressortie avec tout mon équipement, casque compris, la semaine dernière, bien décidée à tester mon matériel avant l’an prochain!

Quand une amie m’a proposé d’aller à Bromont dimanche, j’ai donc sauté sur l’occasion pour découvrir ce qu’on appelle le ski de printemps en plus. J’ai hésité à prendre mes bâtons mais on m’a dit que ne serait-ce que pour se relever ça pouvait être bien pratique et effectivement j’ai eu l’occasion de tester! Comparé à Montcalm, les pistes vertes de Bromont sont pas mal plus difficiles et surtout avec des bosses! Sérieux, je n’en revenais pas! Alors c’est sûr que je pars d’un niveau proche de zéro en ski mais disons que pour commencer c’est un peu ardu! Alors que la plupart des gens aiment aller vite pour les sensations, moi tout mon défi était de ne PAS prendre de vitesse! Parfois, je maîtrisais super bien et je faisais de beaux virages et puis tout à coup, c’était l’emballement, un pied qui ne répond plus et hop, la chute assurée! J’ai fait certains vols planés que j’ai revécus en rêves pendant la nuit mais je ne me suis, heureusement, jamais fait mal! Par contre, se relever est tout un sport en soi et ça m’a donné pas mal plus chaud que la descente en elle-même! À noter que la seule et unique fois où j’ai réussi à me relever facilement, un jeune homme en snow s’est arrêté à ce moment-là pour me proposer son aide! C’est ballot quand même!

Enfin voilà, à 35 ans, je l’ai fait, j’ai appris à skier! Ou plutôt je suis en cours d’apprentissage! C’est d’ailleurs pour ça que l’an prochain, je vais m’en tenir au Mont St-Bruno, à 15 minutes de la maison, plutôt et laisser les pentes plus difficiles (et sournoises) de Bromont aux skieurs confirmés! Et dans quelques années, on pourra skier tous ensemble en famille et ça, ça sera la plus belle des récompenses!

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire est un roman de l’auteur suédois Jonas Jonasson dont la 4e de couverture m’a attirée à la bibliothèque:

« Alors que tous dans la maison de retraite s’apprêtent à célébrer dignement son centième anniversaire, Allan Karlsson, qui déteste ce genre de pince-fesses, décide de fuguer. Chaussé de ses plus belles charentaises, il saute par la fenêtre de sa chambre et prend ses jambes à son cou. Débutent alors une improbable cavale à travers la Suède et un voyage décoiffant au cœur de l’histoire du XXe siècle. Car méfiez-vous des apparences ! Derrière ce frêle vieillard en pantoufles se cache un artificier de génie qui a eu la bonne idée de naître au début d’un siècle sanguinaire. Grâce à son talent pour les explosifs, et avec quelques coups de pouce du destin, Allan Karlsson, individu lambda, apolitique et inculte, s’est ainsi retrouvé mêlé à presque cent ans d’événements majeurs aux côtés des grands de ce monde, de Franco à Staline en passant par Truman et Mao… »

Si vous avez besoin d’un petit rappel de vos cours d’histoire, c’est le roman idéal pour se replonger dans les grands événements du XXe siècle, à condition bien sûr de ne pas être trop regardant sur la véracité des anecdotes! Mais dans ce roman, c’est autant les flashbacks de son passé et cet enchaînement improbable qui a valu au héros d’être de tous les grands moments marquants de ce siècle que les rencontres que le vieux fait dans sa fuite qui nous embarquent. Bien sûr on est parfois un peu lassé de toutes les facilités avec lesquelles il se sort de chaque mauvais sort mais d’un autre côté, c’est très ludique.

En bref, j’ai beaucoup aimé.

Une nouvelle table ou presque

1ère étape: on ponce

Quand le commun des mortels ne supporte plus de voir sa vieille table de salle à manger trôner au milieu de la pièce avec son vernis passé, ses traces d’usure, sa couleur qui ne va avec rien dans la maison, il choisit généralement d’aller magasiner une nouvelle table. Sauf le parent.

Le parent, lui, sait qu’avec des enfants de 3 et 5 ans, la toute nouvelle table design qu’il aura choisi avec soin en raclant ses fonds de tiroir, a plus de chance d’être abîmée par un coup de ciseau rageur, un crayon indélébile laissé inopportunément au mauvais endroit que de faire le bonheur de ses fiers nouveaux propriétaires.

Une couche d’apprêt

Alors le parent se résout à la seule alternative possible: redonner une nouvelle vie à la table! Chez nous, je n’en pouvais plus de cette couleur « faux pin » alors que le reste des meubles est soit brun foncé, soit blanc! Ne voulant pas assombrir la pièce, j’ai choisi d’opter pour le blanc. C’est donc ainsi sur un coup de tête qu’à 17h30 un jeudi pendant la semaine de relâche, je me suis mise à poncer la table avec les marmots dans les pattes! Une fois fait, j’ai mis un couche d’apprêt comme la dame du magasin me l’avait recommandé et ensuite on a pique-niqué dans le salon!

Les jours suivants, j’ai mis deux couches de peinture pour finir par avoir un résultat pas trop mal. Bien sûr je vois plein de défauts, notamment parce que j’ai peint au pinceau plutôt qu’au rouleau (on pensait en avoir mais non) et que j’aurais du poncer un peu plus mais ça rend assez bien.

Résultat après 2 couches de peinture

On n’avait juste pas réaliser qu’avec la luminosité qu’il y a dans la pièce à l’heure du petit-déjeuner, ça nous prendrait des lunettes de soleil maintenant pour pouvoir manger sur notre table toute blanche! En tout cas, on peut dire qu’on a redonné une nouvelle vie à cette table, respectant ainsi les principes du zéro déchet (#réutiliser), le tout pour le prix de deux pots de peinture. Pour aller plus loin, on pourrait aussi changer les pieds mais je n’étais pas trop inspirée et ceux que j’ai vu coûtaient pas loin de 200$ donc ça devient cher pour une table dont on souhaite juste prolonger la durée de vie de quelques années. D’ailleurs je n’ai pas peint les chaises car la table a été plus longue que prévu à peindre et que j’imaginais bien les heures passées pour les chaises. On verra si je me motive pour le faire cet été!

Centre d’amusement des Lapins crétins

J’ai testé pour vous le nouveau centre d’amusement basé sur les personnages des lapins crétins… pile pendant la relâche scolaire!
Honnêtement, j’avais quelques angoisses en m’imaginant au milieu de camps de jour et finalement il n’y avait pas tant de monde que ça! D’ailleurs je m’attendais à ce que se soit plus grand que ça alors j’ai été un peu surprise en découvrant un petit stationnement et un centre pas si vaste si on compare avec des parcs intérieurs type Funtropolis.

On avait acheté des coupons cet hiver mais à noter que le prix est de presque 15$ par enfant entre 3 et 12 ans et 7$ par adulte.

À l’entrée, on nous remet à chacun un bracelet que nous devons garder en tout temps et scanner à l’entrée comme à la sortie. À part ça il nous servira à rien mais si j’ai bien compris si vous avez un abonnement, il y a des « missions » à remplir qui nécessitent de le scanner à divers endroits.

Côté jeux, on retrouve un petit mur d’escalade, des piscines à balle dont une adossée à un écran sur lequel il faut essayer d’atteindre les lapins avec des projectiles (ce qui m’a bien divertie en surveillant les filles).
Il y a un labyrinthe où les enfants prennent plaisir à escalader/glisser et un espace pour les moins de 3 ans. Ma 3 ans a d’ailleurs beaucoup aimé un autre espace où on retrouve une grande table pour jouer avec du sable lunaire et toutes sortes d’ustensiles fournis. Chouette, une activité salissante de moins à faire à la maison! On retrouve aussi des tablettes où les enfants peuvent faire des coloriages et un espace pour faire des constructions.

Une des différences avec d’autres parcs intérieurs est la présence de deux sièges de réalité virtuelle! J’ai failli ne pas le faire car l’attente peut vite être longue mais finalement je l’ai fait juste avant de partir. Ça fonctionne super bien! Ça rappelle une attraction du Futuroscope mais au lieu que toute une salle regarde un écran, là chacun à son casque. Le film d’animation dure 5 minutes environ et on s’y croit vraiment! Je me suis retenue de crier à quelques reprises car aucun enfant n’avait crié avant moi mais parfois, ouf, je m’accrochais fort à mon siège! La seule chose c’est que le casque appuie fort sur le nez et que ça donne un peu envie de vomir si on est sensible comme moi. Disons que pour quelques minutes, c’est fun mais je ne ferais pas ça plus longtemps. C’est réservé aux 5 ans et plus et ma 5 ans justement n’a pas trop aimé à cause du casque qui lui a fait mal… Elle est peut-être encore un peu petite pour ça…

Enfin, il y a l’espace où l’on peut manger mais à noter qu’il est interdit d’apporter de la nourriture de l’extérieur. Au menu, certains plats sont signés Jérôme Ferrer dont les macaronis à la viande et le riz aux légumes et tofu. On trouve aussi une boîte à lunch contenant un wrap à la dinde, des crudités avec trempette et un yaourt. La version pour enfant contient 2 morceaux de wrap versus 4 pour celle des adultes avec une compote en dessert. Pour ceux qui préfèrent, il reste la pointe de pizza.

Dans cet espace, il y a aussi des écrans pour jouer à la console et surtout un espace « Just Dance » et là, c’est trop drôle parce qu’il y a une employée qui est assignée à ça et donc qui danse sur chacun des morceaux à fond en entrainant les enfants, avec un grand sourire! Franchement tu veux pas jouer contre elle à la maison parce qu’elle cartonne! Parlant d’employés, tout ceux à qui on a parlé étaient super sympas et ils n’hésitaient pas à interagir avec les enfants.

Y a un petit bouton où il est écrit « ne pas toucher » au fond des toilettes. Alors moi, forcément je n’y touche pas! Finalement les mômes appuyaient tous dessus et ça faisait une blague!

En résumé, les filles ont passé un super moment mais comme ce n’est pas très grand, je n’ose imaginer un jour où il y a beaucoup de monde mais aujourd’hui, c’était très bien.

Au passage, j’étais persuadée que c’était à Laval alors qu’en fait c’est à Pointe-Claire! 😉

Centre d’amusement des Lapins Crétins, 2315 route Transcanadienne, Pointe-Claire, QC

 

Les devoirs

Autant que je me souvienne j’ai toujours aimé l’école primaire. Faire des dictées, apprendre des mots par cœur ou des règles grammaticales, ça ne m’a jamais embêtée. Les choses se sont corsées au collège, en 4ième, quand j’ai commencé à ne plus rien comprendre aux mathématiques et à décrocher complètement des sciences.

En étant maman, je me disais qu’au moins les années de primaire, je pourrais aider aux devoirs sans difficulté, que ça serait même agréable de me replonger dans toutes les bases qu’on apprend ces années-là.

Puis ma fille a commencé l’école… La maternelle en plus… et les « devoirs » ont commencé, si on peut appeler ça des devoirs. Chaque mois, ma Cocotte a un « défi » à maîtriser dans son agenda. Au début, ça a été les formes, les couleurs puis au fil du temps cela varie : apprendre sa droite et sa gauche, apprendre son adresse, numéro de téléphone, etc. Chaque semaine, il y a aussi un petit devoir qui fait suite à quelque chose vu en classe, soit un son pour le moment. « On » a vu le a, i, u, m, l et maintenant v. Jusque-là, ça n’allait pas trop mal.

Et puis ce mois-ci, le défi était d’apprendre les jours de la semaine. C’est là que les choses se sont corsées!

Il y a des petits mémos visuels pour aider l’enfant sur la feuille d’apprentissage. Conversation autour du mardi :
– Marionnette!
– Ok, alors c’est quoi le jour qui commence par le même son?
– Mar… Mercredi!
– Non! Tu vois bien que ce n’est pas le même son! MARionnette, MAR…?
– Marcredi!
– Non, ça n’existe pas! Marionnette, ça commence comme MAR-DI! Après c’est MER-CRE-DI!
– Ah oui, mardi!
– Ok, on reprend alors.
– Lundi… (hésitation)
– C’est quoi le dessin-là?
– Une marionnette!
– Ok alors le son qui commence pareil, par MAR?
– Mar… Mercredi!

ARGH!!!

C’est drôle parce qu’alors que j’étais en train virer folle, je me suis souvenue de ces fois où mon frère essayait de m’aider en math et où vraiment je ne comprenais rien, comme si on ne parlait pas la même langue et où il était frustré. Je me disais bien que ça m’arriverait en échangeant les rôles mais je ne m’attendais pas à ce que soit en maternelle face aux jours de la semaine!!

Prise de conscience dans la salle de bains

L’autre jour j’ai eu un choc en rentrant dans ma salle de bains, ou plutôt dans celle de mes filles parce que justement, la mienne est un modèle dans le genre! Dans quel genre? Dans le genre sans emballage de plastique, zéro déchet! Oui Madame, quand je me suis évertuée depuis un an ou deux à éliminer toutes les bouteilles de plastique, d’abord celles à usage unique, puis toutes de ma salle de bains, il semble que j’ai zappé de faire de même pour les filles!

Je n’utilise plus que des produits solides depuis un bout maintenant que ce soit shampoing, démêlant, savon et je ne reviendrais en arrière pour rien au monde. Alors pourquoi toutes ces bouteilles trônent encore sur le rebord de la baignoire de mes enfants? Parce que je me suis dit que c’était plus facile comme ça, plus pratique, que j’aviserais plus tard, quand tel flacon sera vide, etc. Résultat rien n’a changé et ça m’a vraiment sauté aux yeux l’autre jour en voyant tous ces produits alignés! Ce n’est pourtant pas plus compliqué ni moins pratique que des solutions alternatives comme les produits en vrac au moins qu’on utilise déjà pour le savon à main, la lessive et l’assouplissant alors pourquoi ne pas en faire autant pour leurs produits?

Ne trouvant plus aucune excuse, 2017 marquera la fin des emballages plastiques sur le rebord de la baignoire de mes cocottes!

Ciao 2016

Alors que beaucoup de gens sont soulagés de voir se terminer 2016, je dois dire que je suis loin de partager cet enthousiasme. Déjà parce que d’un point de vue personnelle 2016 a été une bonne année mais surtout parce que je n’ai jamais eu aussi peur en l’avenir que depuis que Trump a été élu Président des États-Unis.
Chaque nouvelle annonce qui a trait aux membres de son cabinet ou aux prises de positions qu’il défend me laisse un peu plus circonspecte, pour ne pas dire inquiète.

Alors, j’espère de tout cœur que 2017 sera une bonne année sur le plan personnel mais aussi et surtout sur le plan international, parce qu’à l’heure actuelle, je ne trouve pas qu’il y ait de quoi se réjouir et ce n’est pas la France, avec des candidats aux élections présidentielles aux idées rétrogrades comme Fillon qui vont me rendre mon optimiste!

img_0272
Elles ont voulu dormir dans le même lit… On les a séparées 1h plus tard!

Mais pour ne pas finir l’année sur une note négative, j’en profite pour faire un petit point sur mes 2 amours parce qu’il y a longtemps que je n’en ai pas fait.
Elles étaient à fond dans les croyances autour du Père Noël ce mois-ci, et notamment le lutin! Elles étaient bien tristes quand il est parti (le 23) mais ça a vite été oublié quand le Père Noël a ramené tout plein de cadeaux!
Elles jouent toujours aussi bien ensemble même si ça se finit souvent par deux petites filles qui courent en hurlant dans la maison à notre grand désespoir!

Zoé a beaucoup progressé depuis le début de l’école pour ce qui est du coloriage ou de l’écriture et elle demande beaucoup à ce qu’on lui dicte des mots! Par contre, on nous l’avait bien dit et c’est vrai, l’école ça fatigue! Surtout quand il n’y a pas beaucoup de vacances comme ici! Par contre, on a de beaux projets pour cet été avec un voyage dans le Sud de la France et en Espagne et Zoé a déjà super hâte!

Mia est une sacrée chipie! Toujours à faire le petit clown pour amuser la galerie mais qui commence à affirmer son caractère! En ce moment, on se bat souvent pour qu’elle vienne manger! Alors autant à 18h, elle est capable de se lamenter pendant qu’on cuisine qu’elle a faim, autant quand c’est l’heure de passer à table peu après, elle est soudainement trop occupée et refuse de venir! Et quand elle finit par venir, c’est généralement pour râler pour tout et rien: la mauvaise assiette, la mauvaise place, trop de légumes, pas assez de ceci, etc.!

À part ça, c’est toujours fascinant de voir comme elle arrive facilement à jouer toute seule ou à s’inventer des jeux alors que Zoé demande toujours à ce qu’on joue avec elle! J’imagine que c’est une question de personnalité… Dans tous les cas, ce sont deux petites filles bien mignonnes, que j’essaie de croquer régulièrement, et qui rendent la maison pleine de vie (et de bordel, ah ah)!

Dans mon projo #18

captainfantasticCaptain Fantastic : l’histoire d’un père et de ses 6 enfants qui vivent totalement en marge de la société, au fond d’un bois mais qui doivent faire une incursion dans le « vrai » monde pour des funérailles. Primé à Cannes et Deauville, ce film est beaucoup plus triste et lourd que ce à quoi je m’attendais mais Viggo Mortensen et les jeunes qui jouent les enfants sont formidables… On s’interroge sur nos choix de vie, sur les limites à poursuivre ses idées quand elles impactent notre entourage et on en retient quelques éléments comme parents (pousser ses enfants à approfondir leurs opinions par exemple).

independence-day-2Independance Day: Resurgence : 20 ans après le cultissime Independance Day, on s’essaie à une suite. Plusieurs acteurs sont encore présents au générique (Jeff Goldblum, Bill Pullman) mais pas Will Smith. Pas grave, on suit les fils/filles de dans ce nouvel opus, avec toujours autant de clichés que dans le 1er! C’est le genre de film d’action qui se laisserait bien voir si les scénaristes faisaient un peu d’effort (mais y a Liam Hemsworth pour les yeux)! Y a tellement d’incohérences, de choses qui ne font pas de sens, qu’on passe juste le film à râler au final. En même temps, on aurait du s’y attendre!

badmomsBad Moms : une comédie sur le thème de la maternité avec Mila Kunis que j’aime bien et surtout Kristen Bell que j’adore (Veronica Mars forever), ça aurait du passer tout seul! En fait, c’est juste lourd! Mais vraiment! Outre le fait que ce soit vulgaire, c’est très très télescopé si bien qu’on sait déjà ce qui va se passer dans la scène suivante! Voire on peut écrire tout le film après les 15 premières minutes les yeux fermés. Dommage.

retourchezmamereRetour chez ma mère : Après avoir tout perdue, Stéphanie (Alexandra Lamy) est forcée de retourner vivre chez sa mère (Josiane Balasko) et forcément la cohabitation entraîne son lot de frustrations. C’est plutôt une comédie très sympathique qui joue beaucoup sur les quiproquos. Certains moments rappellent la fameuse scène autour de « Juste Leblanc » dans Le dîner de con et fonctionnent très bien, notamment la création de l’adresse courriel et la tourte « Picard »! Le scénario n’est pas très étoffé malheureusement mais au moins les acteurs contrebalancent un peu ce détail.

mebefore-youMe before you : Portée par la superbe Emilia Clarke qui est parfaite dans ce rôle de jeune fille toujours souriante et optimiste mais sans trop de but dans la vie qui accepte un poste de 6 mois comme auxiliaire de vie auprès d’un très beau jeune homme (Sam Claflin) devenu tétraplégique suite à un accident. On ne va pas se mentir, il y a une amourette au programme mais tout le reste, la vie après l’accident, le suicide médicalement assisté, la réaction de l’entourage sonne très juste. Les acteurs sont vraiment bons, le film est touchant, parfois drôle mais forcément triste…

nowyouseeme2Now You see me 2 : je ne me souvenais pas en détail du premier sorti en 2013 mais le film marche toujours aussi bien pour moi. Les acteurs sont vraiment bons (Jesse Eisenberg, Woody Harrelson, Mark Ruffalo, Morgan Freeman, Lizzy Caplan…), les personnages fonctionnent bien, le scénario aussi, un très bon moment pour ma part!

joyJoy: Avec Jennifer Lawrence, l’histoire vraie de Joy Mangano, femme pleine de créativité, qui se démènera pour faire aboutir une de ses idées (une mope révolutionnaire) au milieu d’un entourage pas toujours très aidant. Réalisé par  David O. Russell (Silver Linings Playbook), on retrouve au casting Bradley Cooper, Robert De Niro, Édgar Ramírez entre autres.

jonesesThe Joneses: ça devait bien faire 10 ans que je n’avais pas vu Demi Moore dans un film mais il faut reconnaître qu’elle n’a pas beaucoup changé (mais le film date de 2009)! Avec David Duchovny, ils jouent des parents qui s’installent dans une riche banlieue où, bien vite, tous leurs voisins vont envier toutes les dernières bébelles à la mode qu’ils ont. On apprend qu’il s’agit en fait de vendeurs « castés » pour se faire passer pour une famille lambda dans le seul but de faire vendre des produits poussés par les marques! Je dois dire que l’idée de base est vraiment bien vue et que la critique de notre société de consommation en arrière est pas mal. Ça reste un film assez léger mais maintenant je fais référence à certains de mes voisins comme les « Jones », tsé, ceux qui t’en mettent plein la vue en ayant toujours plus gros/plus grand/plus mieux que les autres!

furyFury : tout autre registre pour ce film qui évoque les derniers mois de la seconde guerre mondiale à travers l’équipage du char d’assaut « Fury ». C’est assez gore, brutale, ça dépeint sûrement bien plus réalistement cette guerre que d’autres films plus connus mais ça ne m’a pas touché. Avec Brad Pitt, Shia Leboeuf, Logan Lerman, Michael Peña, Jon Bernthal et Jason Isaacs, on suit ces hommes éreintés par ce qu’ils ont vu dans les combats, violents, prêts à tout et on perd un peu de foi en l’humanité en se rappelant ce qu’est la réalité d’une guerre.

mr-_churchMr. Church: une petite fille se réveille un matin pour découvrir qu’il y a maintenant un cuisinier chez elle, Mr Church (joué par le très bon Eddie Murphy) ce qui ne fait pas son affaire. On découvre assez vite qu’il est là pour 6 mois, temps qu’il reste à vivre à sa maman atteinte d’un cancer du sein mais au final, il restera beaucoup plus longtemps que prévu et restera ami avec « Charlie » Brooks (Britt Robertson) toute sa vie. C’est inspiré d’une histoire vraie, mon chum vous dirait que c’est mignon, moi que c’est triste!! À vous de voir…

Nos enfants et nos traditions

fantome-halloweenIl y a des traditions que j’espère très fort transmettre à mes filles. Les fêtes et leurs célébrations en font partie avec en tête Noël, bien sûr! Ayant grandi en France, on ne connaissait pour ainsi dire pas Halloween et quand la fête a commencé à essayer de s’importer, j’étais déjà de ce côté-ci de l’océan.
Par contre, maintenant que j’ai des enfants, cette journée prend de plus en plus d’importance dans nos célébrations. Pour les 2 premières années de Zoé, on s’était contenté de la déguiser pour la garderie mais depuis ses 3 ans, en plus, on part à la tombée de la nuit à la « chasse aux bonbons » dans notre voisinage. Habitant un quartier de nouveaux développements, on n’y compte plus les familles avec jeunes enfants! Du coup, beaucoup de maisons sont décorées et les voisins sont très généreux en matière de bonbons!

recolte-halloweenCette année, le 31 octobre tombait un lundi alors on a un peu écourté notre balade mais en faisant juste notre rue et la rue en arrière de chez nous où l’on connaît plusieurs voisins, on avait déjà passé 45 minutes dehors à courir d’un bord de l’autre de la rue et à remplir encore et encore nos seaux! Les filles étaient surexcitées et auraient bien continuer encore plus longtemps mais « Hé! Y a école demain! » (et il ne fait pas si chaud à cette saison).
Les années précédentes, les filles mangeaient très peu de leur récolte car elles n’étaient pas vraiment branchées sucreries mais il semble que ce soit l’année du changement puisqu’hier soir, on a eu tout le mal du monde à les faire passer à table, trop occuper à se battre pour savoir quel bonbon manger à la place du souper! Quelque part, ça me fait plaisir de voir que cette fête est bien ancrée dans leur enfance et qu’elles en garderont des souvenirs longtemps.

lutin-noelPar contre, quand ce matin, ma fille de 5 ans m’a demandé quand est-ce que le lutin de Noël allait arriver, ma première réaction a été de me dire « Minute, on vient tout juste de passer Halloween, on n’est que tout début novembre! » Puis tout à coup, j’ai vu les choses sous un angle totalement différent : ma fille se souvient que chaque année en décembre un drôle de petit lutin vient faire des bêtises à la maison! Voilà, c’est une tradition qui fera partie pour toujours de ses souvenirs d’enfance et ça me réjouit au plus haut point! D’ailleurs elle se souvient bien plus du lutin que du calendrier de l’Avent alors que ce dernier implique des cadeaux!

PaquesPour Pâques aussi, nous faisons toujours la traditionnelle chasse aux cocos, même si plus elles grandissent, plus le faire à l’intérieur va être compliqué avec le nombre d’amis! Mais on ne désespère pas qu’une année, ils fassent assez beau et sec pour pouvoir cacher les œufs dans le jardin!