Joone et Benny

Cela a fait un an en août que nous sommes devenus famille d’accueil pour un refuge animalier.

J’en avais parlé l’an passé quand la SPCA nous avait confié un petit chaton (Stampède) qui avait besoin de socialisation et un an et demi plus tard, il n’est pas question d’arrêter. 

Après avoir hébergé deux autres chatons avec la SPCA (Djani et Celani), j’avais contacté un autre organisme, plus près de chez moi, pour savoir s’ils avaient besoin d’aide car l’inconvénient de la SPCA, c’est que les rendez-vous vétérinaires sont toujours en journée (11h-15h) et généralement en semaine. En travaillant à plein temps, ce n’était pas toujours facile de m’y rendre (outre le fait que c’est à 35 minutes de chez moi) et Dieu sait que les chatons doivent souvent voir le vétérinaire!

Léna, Kleber, Cluny, Odéon. Les plus farouches qu’on ait eus

C’est ainsi que je me suis engagée auprès de Chatons Orphelins Montréal qui nous a depuis confié en accueil : Lily et Tobby, Benny et Joon, Krokmou, Dumpling, Arya, et nos 3 derniers pensionnaires: Bloum, Buzz et Stitch. Edit: entre temps, on a aussi eu 4 chatons l’espace de 2 semaines: Léna, Kleber, Cluny et Odéon.

Voici les 18 choses que j’ai apprises depuis que je suis famille d’accueil :

La plus redoutable des cachettes!

– Ne jamais sous-estimer le pouvoir de disparaître d’un chat. On a appris à nos dépends, avec notre toute première minette (Stampède), que même derrière les toilettes, il y avait un endroit pour se cacher où on était incapable de l’atteindre! Pas très pratique quand il y a des médicaments à donner 2 fois par jour!

– Trouvés errants ou récupérés chez une famille qui ne leur donnait aucun soin, les chatons ont souvent tous les mêmes problèmes de santé : diarrhée et conjonctivite notamment. Véto, nous voilà!

Lily et Tobby lisent avec moi

Il faut être disponible pour les emmener chez le vétérinaire régulièrement pour leurs soins (cf point du dessus) mais aussi pour leurs vaccins (2 rappels en 15 jours).

– On acquiert des techniques de ninja pour leur donner leurs traitements car tous ne sont pas aussi contents de se faire soigner! Certains sont mêmes carrément féraux!

On en profite pour parfaire notre technique du coupage de griffe de nos petits poilus, ça évite les malentendus.

Pas facile la grasse matinée avec des chatons

On perd des heures de sommeil avec chacun de nos pensionnaires! Croyez-moi, sur les 10 chatons que nous avons eu, pas un n’a fait une nuit complète de 22h à 7h! Tous ont un quart d’heure de folie quand c’est le temps d’aller se coucher (à noter que ça dure parfois 2 heures) et tous trouvent le temps long vers 6h du matin et cherchent à jouer!

1 planque pour 3 chatons

Chaque chat trouve SA planque dans la maison! J’ai cherché Tobby des heures un samedi avant de le trouver à l’intérieur d’un carton d’habits à vendre qui se trouve au bas de notre garde-robe! Maintenant, je sais que ce placard est souvent la première place où chercher tout animal manquant à l’appel!

Stampède dans le panier à chaussettes!
Joone, dans le même panier, quelques mois plus tard!

Le panier de chaussettes de notre petite dernière est aussi un incontournable pour faire la sieste, non sans avoir ôter quelques items avant (et qui range, hein?).

Les chatons peuvent courir après des plumeaux ou des balles des heures durant si on joue avec eux. Par contre, tout seul, ils dorment une bonne partie de la journée!

La plupart des chatons aiment faire des léchouilles la nuit! Ça fait un drôle de réveil mais en même temps, tellement plein de douceur.

Krokmou le pacha qui avait du mal avec l’agitation des enfants

Laisser partir nos petits pensionnaires n’est pas si dur quand on sait qu’ils s’en vont dans une bonne famille. Les bénévoles de COM sont très rigoureux dans leur sélection et en tant que famille d’accueil, on a même notre mot à dire sur les adoptants si on n’a pas un bon feeling.

À chaque chat qu’on laisse partir, on ouvre notre porte pour de nouveaux. Ils arrivent tous avec leur histoire et leur caractère et on prend plaisir à les découvrir.

Ernest, le chat que nous avons sorti de l’errance l’hiver passé

Un chat dans la rue qui n’a pas l’air bien n’a probablement personne pour s’occuper de lui. Il y a d’autres solutions que de passer son chemin. Il existe des groupes Facebook où on peut demander de l’aide pour l’animal en indiquant simplement où on l’a vu. De là, il y a presque toujours une personne qui est prête à se déplacer pour lui venir en aide et le sécuriser. Cet hiver nous avons recueilli un chat errant comme ça, qui a été nommé Ernest, et qui est maintenant avec COM le temps de se faire adopter. EDIT: il vient de se faire adopter pour la vie! YOUHOU!

On a encore jamais craqué pour un de de nos pensionnaires même si ce n’est pas rare que mon chum en cajole un plus que les autres en disant « je l’aime vraiment bien, celui-là ».

Bloum ou Buzz? Qui sait….

Je regrette parfois de ne pas pouvoir les « habiller » différemment pour les reconnaître plus facilement parce que certaines fratries se ressemblent beaucoup! Par exemple, Buzz était plus foncé que son frère Bloum mais s’ils n’étaient pas côte à côte, j’étais incapable de les distinguer.

Arya, le cas le plus lourd que nous ayons eu

– Le cas qui m’a le plus ému, c’est sans doute Arya, une chatte errante avec un abcès à l’œil et des infections aux dents qui rendaient toute alimentation douloureuse pour elle. Elle était extrêmement maigre et ne mangeait quasiment pas. Le plan était d’attendre qu’elle grossisse pour pouvoir se faire opérer sans risque pendant l’anesthésie mais on s’est vite rendu compte qu’elle perdait du poids et qu’elle était en danger. J’ai essayé de la gaver pendant plusieurs jours mais je n’étais pas capable de compenser assez. Elle est partie chez une autre famille d’accueil plus expérimentée pour les cas graves mais comme son poids ne s’améliorait pas vraiment, il a été décidé de l’opérer quand même. Arya est encore en traitement et je pense souvent à sa fragilité. J’espère qu’un jour elle connaîtra une vie sans douleur, près de bons humains.

Dumpling, le chat géant à l’aise en toutes circonstances

Le Québec est la pire province canadienne en matière d’abandon des animaux.

Un chaton, ça fait des bêtises mais alors 2…

Les organismes comme Chatons Orphelins Montréal reposent entièrement sur des bénévoles. La fondatrice passe des heures chez le vétérinaire pour suivre TOUS les cas qu’ils acceptent. Elle a un travail à plein temps à côté et paie une bonne partie des factures des soins elle-même. Ensuite, elle compte sur ses familles d’accueil.

En résumé, c’est une expérience que j’aime beaucoup. Cela nous permet de profiter des bons moments avec de jeunes chats en mal d’attention sans avoir de contrainte le jour où l’on part en vacances. En plus, on fait une différence à notre niveau pour la surpopulation féline (vrai fléau à Montréal).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *