DONT_TOUCH.jpgQue les choses soient claires, à partir du moment où vous êtes enceinte, vous n’êtes plus qu’un corps (qui porte la vie quand même) qu’on ne regardera pas en entier avant d’avoir longtemps examiné le ventre!
Chaque personne que vous croisez va avoir envie de commenter votre « état », surtout si c’est elle-même une femme, mais va d’abord vous regarder le nombril avant de vous regarder dans les yeux. Une fois qu’elle se sera fait son idée, elle amorcera la conversation pour savoir où vous en êtes et si vous êtes trop « grosse » ou pas assez.

Quand c’est dans votre milieu professionnel (à force tendance féminine) et que vous croisez une vingtaine de personnes différentes chaque jour, vous avez le droit au même cinéma autant de fois que vous avez le malheur de vous lever pour aller faire pipi ou imprimer un document! On commence par estimer votre tour de ventre et ensuite on y va du petit commentaire qui selon les jours et les gens varie de « ça se voit beaucoup maintenant » à « 6 mois et demi? Mais j’avais ton ventre à 3 mois! ». Ceci est un résumé de 99% des échanges que j’ai avec la plupart de mes collègues depuis que je suis enceinte. Quoiqu’au fil du temps ça évolue pour inclure: « et tu connais le sexe? », « et est-ce qu’elle bouge beaucoup? », « est-ce que vous avez préparé la chambre? », « comment se sent le futur papa? », etc.

À vrai dire, cela s’applique surtout pour les collègues que je ne faisais que croiser, dire bonjour de loin en général avant. Les vrais collègues, avec qui j’ai des affinités et que je côtoie tout le temps, ont heureusement d’autres sujets d’intérêts que ma bedaine!
Ce ne sont d’ailleurs pas eux qui me mettent la main sur le ventre (sans me demander quoi que ce soit bien sûr) mais bien ceux que je connais à peine! Je trouve cela d’un sans-gêne inouï mais là aussi j’ai appris qu’enceinte mon ventre était un objet public qu’on avait même le droit (voire le devoir) de toucher! Le plus drôle étant que les gens mettent la main super haut (au-dessus du nombril) alors que les seuls mouvements que je ressens de mon bébé sont beaucoup plus bas (bien en dessous du nombril). Alors si le but est de sentir le bébé bouger, faudrait peut-être déjà savoir où poser la main… et attendre que ledit bébé bouge avant de se lancer!

Qu’on soit bien d’accord pour finir, je n’ai aucun problème à parler de ma grossesse ou de mon bébé (j’aime plutôt ça d’ailleurs) mais il y a des manières de le faire et d’aborder le sujet, surtout quand c’est avec des presque inconnus. Parce que moi quand je vais aux toilettes au travail, ce que j’aime c’est faire pipi sans avoir à répondre à l’inquisition! Voilà, c’est dit!

11 commentaires le Objet d’intérêt public

  1. J’ai eu de la chance, ne travaillant qu’avec des gars (au moment de ma grossesse j’étais la seule fille dans la boîte) j’ai été assez tranquille, en plus comme 2 d’entre eux étaient de tout jeunes papas je pouvais leur poser des questions etc !
    Quant à la main sur le ventre j’ai annoncé direct que je ne voulais pas (j’ai permis à une amie qui m’a demandé juste) et j’ai réussi à éviter les mains inconnues ouf !

  2. Les mains qui se posent sur ta bedaine sans préavis j’ai connu :-C C’est comme si une fois enceinte ton corps ne t’appartenais plus, tu es devenue un ventre sur patte avec un bébé.
    Sinon le plus drôle que j’ai eu c’est une caissière à l’épicerie qui m’a demandé pour quand c’était « hum… maintenant! Il est censé naître aujourd’hui », je ne sais pas si c’est elle qui l’a motivé mais le travail a commencé le soir.

  3. alors là entierement d accord avec toi 😀 J’ai connu le meme pb au boulot… t as pris que du ventre, et tu le portes haut c’est un garçon, blablablabla ; et maintenant le top du top la creme des cremes, ce sont les collegues feminines qui te donnent des conseils mais qui n’ont pas d’enfants !!! bref, faut bien que les gens s’occupent pas vrai ??

  4. Ce que tu racontes, ça me fait le même effet quand je suis entourée de mamans qui ne savent qu’exclusivement parler de leur cher bambin, de ses exploits, de son état précoce… arf ! On se sent bien isolée.

  5. Je n’aimerai pas qu’on me touche le ventre comme ca !
    Et je n’aime pas le faire, je me sens mal à l’aise, même avec permission, c’est trop personnel et délicat… comme si on caressait le ventre en tant normal !!!

  6. Delphine, pour pas cher, je te conseille l’impression de quelques T-shirts « pas touche » ou « crisse ton camp »… parce qu’on est bien d’accord, à part le Papa ou les proches, c’est pas portes ouvertes…!

  7. Ça m’étonne pas du tout ce que tu dis, j’imagine que les questions des gens que tu croises dans les couloirs, ça doit pas te déranger tant que ça, mais les mains non désirées sur le bébé, je sais pas, un réflexe de sympathie peut-être?! Déplace-toi avec des dossiers devant toi pour barrer le passage dans le bureau 🙂

  8. Clairette: tu rentres dans la catégorie des amies donc tu peux! 😉

    Marlène: t’as eu de la chance! L’environnement de travail féminin a parfois de drôles de désavantage! 😀

    Nolwenn: c’est exactement ça! Trop drôle l’anecdote de la caissière, comme quoi…

    Caro: une collègue qui n’a pas d’enfant me faisait des remarques sur ce que je grignotais lors du premier trimestre! Ça m’a pas mal énervé parce que d’une part j’avais des nausées le reste du temps et d’autre part c’est pas comme si j’étais obèse et qu’il faille qu’enceinte je me surveille! 🙁

    Isa: c’est clair que dans ce sens-là c’est chiant aussi! Et autant je pose plein de questions à des jeunes mamans maintenant autant devant des célibataires ou sans enfant, je parle d’autres choses que de ma grossesse!

    Anne: c’est exactement ça! Alors si tu es en train de discuter de mouvement du bébé et que la personne veut voir ce que ça donne, c’est une chose mais quand ça sort de nul part, c’est déplacé!

    Hélène: ah ah j’aime bien ta formule, je la ressortirai! 😀

    Marion: oui, il paraît qu’après aussi, ça n’arrête pas! :-

    Anso: j’essaie d’avoir toujours un document avec moi pour faire barrière mais quand tu vas aux toilettes, c’est plus compliqué! 😀

  9. Tu as aussi la version où hier on était à un pique-nique d’anniversaire de la petite d’une amie, donc que des parents-enfants – on était les seuls sans enfant. Mon amie qui me présente quelqu’un, la première question qu’elle m’a posée: « Tu as des enfants?» C’est bien la première fois que ça m’a fait bizarre et presque dérangée.. genre on existe aussi sans enfant, sans conjoint, avec ou sans bébé dans le ventre ! Bref, je te comprends ! J’aime bien l’idée du Tshirt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *