En juillet 86, à 5 ans, j’ai eu la rougeole pendant que nous faisions du camping avec mes parents et mon frère à Fréjus (enfin je crois). Le camping étant peu ombragé et bruyant, mes parents ont décidé de partir et de se rendre à St Rémy de Provence où des amis passaient leur vacances, mais de rentrer à la maison si jamais il n’y avait pas d’emplacement libre au camping de la ville…

On a trouvé de la place, on est resté jusqu’à la fin des vacances, j’ai pu profité de la piscine quand mes boutons sont partis et on a tellement apprécié le lieu qu’on y est revenu chaque été depuis.
À raison d’un mois ou de quelques jours les années passants, il ne s’est pas passé un été sans qu’un membre de la famille, voire toute la famille se rende à St Rémy, au Mas de Nicolas, depuis 86. Très vite, on y a rencontré des amis qui sont devenus quasiment une deuxième famille, on faisait des sorties à Aquacity à plus de 30 personnes, parents et enfants confondus, c’était un sacré bordel, tout comme lorsque l’on allait passer une journée à la plage ou en canoë sous le pont du Gard… Ah, c’était le bon vieux temps…

Au fil des années, les enfants ayant grandis, chacun a commencé à changer ses habitudes, ses dates de vacances et le camping n’a plus eu tout à fait la même saveur, sans les immenses tablées du 14 juillet et les batailles d’eau. La ville de St Rémy aussi a changé, le Henry IV n’est plus le Henry IV, le France ne fait plus ses incroyables crêpes au jambon, les pizzas du Lou Grilladou ne sont plus aussi copieuses mais les cigales et le mistral, eux, sont toujours bien présents.

St Rémy fait partie de ces endroits où je retournerais toujours avec plaisir car pas un chemin là-bas ne me rappelle pas un souvenir. C’est avec la maison de mon enfance, sans doute l’endroit où j’ai accumulé le plus de souvenirs. J’aurais aimé que rien n’y change jamais mais malheureusement c’est impossible. Et cette année pour la 3e fois en 22 ans, je n’y suis pas allée faire un tour.
L’été sans St Rémy n’est pas tout à fait pareil mais il faut bien grandir je suppose…

10 commentaires le Tout change

  1. Ca a ete pareil pour moi avec mon depart aux US. Je passais tous mes etes dans notre maison de campagne en ardeche. Et si depuis 8 ans a chaque fois que je retourne en France, j’y passe, ca n’est jamais pendant l’ete et ses reunions familiales ou entre potes autour de la piscine. Ca me manque aussi.

  2. De mon côté chaque été, nous partions 10 jours vers Cannes chez mes grands-parents.
    Une grande maison, une piscine, un grand jardin dont le potager de mon grand-père et ses bonnes fraises, les passeports de vacances, la cuisine de ma grand-mère, la virée à Marineland, le feu d’artifice du 15 août dans la baie de Cannes..

    Cannes, c’est ma seconde ville, lorsqu’on sort de l’autoroute, encore aujourd’hui on se sent chez nous.
    On a nos repères, les endroits qui pour nous sont spéciaux.
    Et puis Cannes c’est aussi la Croisette, la plus belle baie du monde et que mon séjour soit long ou court, je ne peux pas rentrer à Montpellier sans avoir fait la Croisette.

    Aller à Cannes, c’est comme un pèlerinage de ces beaux et bons moments et je pense que maintenant aller à Cannes est aussi devenu un besoin même si c’est parfois dur.

  3. Vincent: ce sont ces petites choses qui me manquent le plus moi! Avec le chocolat quoi! 😀

    Carinette: ta description donne envie en tout cas… J’espère que tu as pu aller à Cannes cet été malgré tes semaines chargées!

    MissBrownie: effectivement! 😉

    Mox: lol! 😎

  4. Ah j’ai jamais connu ça moi, on partait même pas en vacances tous les ans de toutes façons (moment Cosette)… mais ça me fait pas envie, sans vouloir te gâcher tes souvenirs du tout, je trouve ça horrible (toutes proportions gardées bien sûr) d’aller tous les ans au même endroit, enfin je comprends pas plutôt, je suis pas contre retourner de temps en temps à un endroit que j’adore vraiment, mais je préfère découvrir un nouveau coin à chaque vacances…

  5. C’est drole nous aussi on allait a St Remi l’ete au camping, retrouver les cousins qui eux descendaient du Nord.
    Pour nous c’était le camping le Fief.
    Je n’y suis pas allé aussi longtps que toi puor avoir autant de souvenir sur place… Ms c vrai que ca fait drole kan tu grandis et que les choses changent, alors que tes souvenirs restent les meme.
    Trouve toi un camping en region ou tu iras les prochains étés et perpetue la tradition! 😉

  6. Marlène: je comprends tout à fait ton point de vue mais là c’était des vacances un mois au même endroit loin de la maison pour vraiment déconnecter du quotidien… Ce n’était pas en vue de découverte ou de balades…

    Alice: t’es sûre qu’on parle du même endroit car ce nom de camping ne me dit rien du tout??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *