office.jpg Avant je travaillais avec un boss anglophone et sous lui, mais au-dessus de moi, une autre anglophone dont le bureau était juste derrière le mien. Elle était très sympa mais parlait un peu vite, ce qui à 9h du mat n’était pas toujours évident à suivre, pour moi, pauvre française… Sauf que, depuis le mois de juillet, cette collègue a changé d’unité, laissant son bureau vacant.

Quand j’ai appris que c’était un collègue francophone (originaire du Congo) et qui plus est presque un ami vu qu’on mangeait souvent ensemble (avec d’autres) le midi, j’étais plutôt contente de la nouvelle même si j’avais quelques doutes sur ses capacités à s’entendre avec mon boss…

C’est à l’usage que je me suis rendu compte que ça ne fonctionnait pas du tout pour moi avec ce collègue. S’il est gentil en tant que personne, je le trouve insupportable dans son travail. Il n’est pas dynamique, est toujours un peu perdu, ne sait pas ce qu’il veut ou où aller. Autant d’indécision et d’atermoiements qui ont fini par me sortir par les yeux!
Maintenant il est hors de question que je mange avec lui le midi tellement il m’énerve, d’ailleurs je suis obligée de boycotter la salle de restauration, mais rien que le voir venir à mon bureau pour me demander quelque chose m’exaspère avec ses manières!

Mon seul espoir réside dans un potin que j’ai appris récemment comme quoi ce ne serait pas lui qui aurait le poste au final mais une autre collègue que, pour le coup, j’aime vraiment beaucoup, même dans le travail!
Ça me fait juste de la peine que personne ne prévienne M. que tout le travail qu’il fournit actuellement sur ses nouveaux dossiers ne sert à rien car quelqu’un d’autre les traitera… C’est vraiment une drôle de façon de manager les équipes mais il y a longtemps que j’ai arrêté de chercher à comprendre!

7 commentaires le Crisse de changement d’équipe!

  1. Tiens je me suis déjà fait la réflexion aussi qu’il y a certain(e)s de mes ami(e)s avec qui je n »aimerais pas travailler car a priori ils ne travaillent pas du tout de la même manière que moi et je ne supporterais pas (trop mous, trop perdus, etc., comme tu décris ton collègue quoi)

  2. Ah, les ragots ! J’espère que cette fois-ci, ce ragot deviendra réalité 😉

    Sinon, j’ai vu que vous cherchiez un endroit où passer votre WE de trois jours ? Il y a Chicago et Minneapolis qui sont sympas, non ?

  3. Ah ben JS l’a déjà dit Chicago 😉

    Moi je viens de découvrir le côté coincé de certaines de mes collègues… on est pas gêné par les mêmes sujets a priori !!!

  4. Marlène: c’est clair que les ententes au travail ne sont pas les mêmes que dans la vie! :-/

    Nolwenn: il y a peu de chance qu’il le trouve (enfin j’espère!). 🙂

    JS: Chicago c’est trop loin pour 3 jours, on garde ça plutôt pour un week-end de 4 jours… 🙂

    Anne: sur quel point vous divergez?

  5. Elles parlent ouvertement de justement, leurs règles, ménopause et autres effets des hormones (choses que j’aurai préféré ne pas entendre) et cet apres midi, on est arrivé à parler du dernier clip de Shakira très sexy et « hot », elles étaient limite outrée tout comme quand on (je) raconte une petite blagounette de cul. (très très soft…).. C’est un peu le monde à l’envers, en tout cas, pour moi et c’est très destabilisant !….

    Je n’ose plus faire de blagues ou envoyer des conneries par courriel parce que j’ai peur de leur réaction de matante !!!

    Le pire… une des 2 dont je parle à mon âge !!!

  6. Assez étrange lorsqu`on y pense… les québécois sont en majorité assez superficiels dans leur relation avec leurs collègues de travail, mais ça ne les empêche pas de nous livrer les détails les plus intimes de leur vie ..que l`on se passerait bien d`entendre d`ailleurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *