kamouraskaLa première fois que je suis venue à Montréal, c’était dans le cadre d’un échange CREPUQ pendant ma maîtrise de Lettres. Pour présenter ma demande de candidature, il avait fallu donner un sujet de mémoire longtemps en avance alors que je ne m’étais pas du tout penchée sur la question.

Je m’étais dit que j’avais plus de chance d’être acceptée au programme en optant pour un sujet en lien avec la littérature québécoise sauf que n’y connaissant rien, j’avais du chercher quelque chose comme « classiques québécois » dans un moteur de recherche. En quelques minutes, je suis tombée sur Marie-Claire Blais et notamment son roman, Une saison dans la vie d’Emmanuel. Hop, c’était décidé, je trouverais un angle d’attaque pour étudier ce livre que je n’avais jamais lu! Je vous passe les détails mais une fois sur place, une fois rencontré d’autres étudiants en maîtrise de Lettres, j’ai découvert beaucoup d’autres classiques québécois.

Une amie faisait sa maîtrise sur le livre d’Anne Hébert, Kamouraska. Je m’étais promis de de lire mais il a fallu attendre cet été pour que je le fasse enfin! Dans ce roman, on partage le récit presque délirant d’une femme qui vit les derniers instants de son second mari. Elle se remémore sa jeunesse et notamment la vie à côté de son premier mari, brutal, excessif, qui va la conduire à l’irréparable après être tombée amoureuse d’un mystérieux docteur.

Je vais être franche, je n’ai pas accroché! J’ai eu un mal de chien à le finir alors qu’il n’est pas très long mais je n’arrivais pas à m’attacher aux personnages et le récit fiévreux de la narratrice n’aidait pas. Il m’a fallu un certain temps pour discerner ce qui était du présent versus ce dont elle se souvenait et encore maintenant des passages n’ont pas trouvé de sens dans mon esprit.

Alors je vais continuer à lire des classiques québécois mais j’espère mieux accrocher au prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *