couches.jpg
En voilà un autre sujet qui attire de drôles de regard, surtout en France là encore. Ici c’est bien simple, parmi les 8 bébés de mon entourage, seuls 2 « sont » aux couches jetables! Lorsque le premier couple a mentionné les couches lavables il y a de cela 1 an et demi maintenant (pendant la grossesse), il me semblait qu’il faisait le choix de se compliquer la vie. Et pourtant…

Pourtant 1 an et demi plus tard, on a notre stock de couches lavables nous-mêmes! Comme il est conseillé de ne pas les utiliser avant quelques semaines après la naissance (les premières selles étant particulièrement tâchantes), nous n’aurons pas de retour sur notre achat avant quelques mois mais voici tout de même les raisons qui nous ont poussés dans cette direction :
Les plus:
– l’économie! On a un stock de 14 couches lavables, avec une vingtaine d’inserts, 300 feuillets jetables pour un peu plus tard (pour retirer le gros des selles), une poubelle à couche et son sac imperméable, la lessive spéciale dont il faut utiliser ¾ de cuillère à thé par lavage (donc très peu), un pot de crème pour les fesses sans zinc au cas où, le tout pour 500$. Sachant que tout ça peut aussi se réutiliser pour un prochain enfant, je vous laisse calculer l’économie, d’autant que de nombreuses municipalités ont un programme de subvention (100$ pour 20 couches lavables à St-Hubert) et que les études montrent que les parents dépensent en moyenne entre 1 500$ et 2 000$ par année en couche jetable jusqu’à la propreté…
– la réduction des érythèmes fessiers. Comme le bébé n’est en contact qu’avec des matières naturelles (bambou ou coton bio pour les couches que nous avons choisies), il est très peu probable qu’il ait des problèmes de fesses irritées. On n’a d’ailleurs pas à lui tartiner les fesses d’une quelconque crème à chaque changement mais s’il devait y avoir besoin, on a acheté une crème spéciale qui ne contient ni zinc ni je-ne-sais-plus-quoi car il ne faut pas nuire à l’imperméabilité des couches…
– l’écologie : les couches jetables mettent entre 200 et 500 années avant de se biodégrader. Ce n’est pas notre motivation première mais ça fait plaisir de savoir qu’on ne contribue pas à ce gaspillage.

Les moins:
– les nombreuses machines à faire: une aux deux jours nous a-t-on dit mais ça dépend du nombre de couches qu’on a et que le bébé mouille. Cela nuirait à la catégorie économie si l’eau n’était pas gratuite au Canada…
– la manipulation : c’est sûr que la couche n’est pas toute prête en sortant d’un emballage plastique et qu’après chaque lavage, il faut remettre l’insert dans la couche mais honnêtement pour avoir pratiqué après les premiers lavages recommandés, cela prend de l’ordre de quelques secondes par couche. Ensuite, elles attendent sagement leur tour dans le tiroir de la commode à langer.
l’investissement de base : pour nous cela a coûté 500$ chez Câlins et popotins, c’est une somme à sortir d’un coup mais je m’attendais encore à plus à vrai dire. Et puis il y a toujours moyen de les acheter d’occasion ou de les revendre à l’inverse, le marché est très prospère! 🙂
– Ça fait de grosses fesses à bébé. Il paraît en tout cas parce que sincèrement quand je vois les petits de mes amis, ça ne m’a pas choqué plus que ça mais je n’ai pas les yeux fixés à leur derrière non plus !

Voilà pour l’instant ce que je peux dire du sujet. On a longtemps hésité, pesé le pour et le contre mais au moins on a fait un choix éclairé. J’ai maintenant hâte de voir ce que cela va donner à l’usage mais aucun de nos amis ne regrettent son choix donc je ne vois pas pourquoi cela serait différent pour nous.

8 commentaires le On a nos couches… lavables

  1. Moi avec 17 couches je fais une machine tous les 3 jours 🙂

    La manipulation est très simple et rapide !

    Les grosses fesses… oui mais en effet pas plus choquant que ça !

    Tu vas voir c’est top les lavables !!!

  2. On a un stock de 14 couches aussi, et on s’en sort au 2 jours 😉 Pour le truc des grosses fesses ca ne m’a pas choqué non plus, je m’attendais à pire et finalement je trouve ce popotin très rebondit plutôt mignon!
    La crème je n’en avais pas entendu parlé par contre, c’est quelle marque?

  3. Avec 13 couches et un peu plus d’insert, on s’en sort aussi aux 2 jours ici! (on en a aussi 8 en petite taille qui attendent de servir à nouveau!). On avait commencé à environ 2 semaines, et je n’ai pas trouvé que les premières couches étaient plus tâchées qu’en ce moment…c’est plus la taille du bébé qui risque de définir à quel moment vous pourrez les lui mettre!
    Pour l’économie d’eau, apparemment le lavage des couches n’en utiliserait pas plus que la fabrication des couches jetables…

  4. Lessive aux 2 jours ici aussi, c’est une habitude à prendre, par contre la nuit et quand on sort je préfère mettre une jetable, on achète un gros paquet à Walmart tous les x mois, ça dure longtemps.
    Olivia était si mince qu’elle n’a pas pu mettre ses couches lavables (Mère Hélène) avant 4 mois et on s’est ruinés en jetables ces 4 premiers mois 🙁
    Et pour le gros popotin, ça sert aussi à amortir les chocs quand ils se mettent debout et retombent :p

  5. Marion: on va sûrement en racheter d’autres pour la subvention de la ville justement donc on sera peut-être à une machine aux 3 jours comme toi! 🙂

    Nolwenn: la notre c’est Mini Kiwi mais il y avait d’autres choix chez Calins et popotins.

    Esther: j’avais lu ça aussi pour l’eau! Disons qu’en France, les machines en plus seraient à prendre en compte dans le budget mais ici ça n’a pas trop d’importance…

    MissBrownie: rappelle-lui, tu seras peut-être ravie! 🙂

    Marlène: on verra selon la morphologie de la crevette quand on pourra lui mettre mais certains modèles sont plus adaptés au petit gabarit apparemment… 🙂

  6. C’est justement le fait d’avoir de nombreuses machines à faire que les couches lavables ne m’ont jamais intéressées.
    En ce qui concerne les fesses de bébé, je pensais plutôt que c’était le contact prolongé avec les selles et l’urine qui provoquait les rougeurs et irritations. J’utilise de l’argile blanche ultra-ventilée, je ne sais pas si ça contient du zinc mais c’est très efficace, ça n’empêche pas les rougeurs mais ça évite que ça vire à vif et une bonne application à chaque changement fait que les rougeurs disparaissent dès le lendemain. Comme vous parlez en dollars je suppose que vous n’êtes pas en France, donc je ne sais pas si l’argile blanche est assez connue, ici elle se trouve en pharmacie à prix intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *