CIMG0773.jpg Malgré un week-end de 4 jours, il a été très vite temps de reprendre la voiture en direction de Montréal. Heure de départ prévue pour 14h et miraculeusement respectée, GPS programmé pour la maison via le bon itinéraire, et hop en voiture Simone!

Outre le fait que plus ça va moins je supporte la voiture tellement j’ai peur de tout dans ces engins de malheur, je dois reconnaître que le trajet est passé beaucoup plus vite qu’à l’aller. Faut dire que s’éviter un détour de 120 bornes, ça aide!

Les ennuis ont commencé à une cinquantaine de kilomètres de la frontière de Lacolle quand on n’avait toujours pas réussi à se mettre d’accord s’il valait mieux passer par Lacolle ou tenter l’expérience via une petite frontière à quelques kilomètres de là où assurément il y aurait moins de monde, mais aussi moins de douaniers…

Dans la mesure où des amis avaient attendu 3h à Lacolle un mois plus tôt et nous avaient conseillé de prendre la « petite frontière », mon choix était tout fait mais Chéri pensait (à juste titre) qu’on ne serait sûrement pas les seuls à avoir la même idée et donc qu’on risquait d’attendre autant, sinon plus.
Comme je ne voulais pas embarquer tout le monde sur une route incertaine (tout le monde ayant voté pour Lacolle), j’ai laissé faire, sauf qu’à peine passé la sortie pour la route 11, vers l’autre frontière, qu’on ne roulait plus. Le GPS indiquait 3 km avant la frontière et 900 mètres avant la dernière sortie aux US.
On a donc mis 1h pour faire ces 900 mètres, une heure pendant laquelle j’ai ronchonné à coup de « tu vois je te l’avais dit » et là Chéri a décidé de prendre la toute dernière sortie pour rattraper la route 11 et tester la frontière de la route 276. En arrivant nous n’étions qu’à 900 mètres de ladite frontière mais aucun véhicule n’avançait, sauf quand certains se décidaient à faire demi-tour! Forcément, qui dit petit poste de frontière dit une seul douanier et ça, ça fait mal!

Comme rien ne bougeait, avec Chéri on a décidé de faire demi-tour pour retourner à Lacolle alors que la marâtre et son chum votaient pour rester là.
Sauf que cette petite virée nous avait permis de repérer que l’entrée de cette fameuse dernière sortie arrivait tout près des postes de douane! On a donc fait attention de rentrer par là et hop on est arrivé à 900m de la douane, une douane avec 5 ou 6 files d’ouvertes qui avancent donc plus vite! Et c’est ainsi qu’ on a fini par arriver près d’un douanier québécois très sympa, avec un temps d’attente de 2h30 en tout!

8 commentaires le New-York part 4 où comment jusqu’au bout on lutte!

  1. Ah 2h30 c’est un peu mieux que nous, en plus les 3 h c’était en étant arrêtés après la dernière sortie donc aucun moyen de s’échapper (certains malins ont fait demi-tour sur le terre-plein central pour reprendre l’autoroute dans l’autre sens et sortir mais la police guettait ahah !).
    Donc vous avez testé pour nous la petite frontière et c’est donc pas mieux… notre 3e option pour la prochaine fois c’est de prendre 1 jour en plus et rentrer le lendemain du jour férié en fait ! Quand on y avait été en juillet 08 c’était un jour normal et on a mis genre 5 minutes, y avait personne (et il était genre minuit en plus).

  2. Pimousse: oui on est passé par Lacolle au final!

    Marlène : l’astuce c’est de sortir à la sortie 41 (je crois) et de re-rentrer tout près des postes de douane surtout. Mais on n’a pas tenté la douane qui est sur la route 11, elle est peut-être un peu plus grande…

  3. Et ben, sacrées aventures à New York !! LOL

    Sinon pour le chauffage j’ai craqué depuis 1 semaine, et on m’a conseillé de le mettre aussi pour éviter l’humidité. C’est comme ça que j’ai découvert que mon radiateur dans la chambre faisait le bruit d’un réveil (buzz) s’il dépassait les 20°C :-/

  4. Moi qui trouve toujours que tout serait plus simple si j’avais une voiture, là franchement, ça me donne pas envie!
    Je me demande comment ça se passe quand on part en train….
    Enfin, tu sauras pour la prochaine fois (et nous aussi du coup!)

  5. Lacolle, on l’a fait une fois et PLUS JAMAIS! On n’avait trouvé une super alternative, (évidemment je n’ai pas noté exactement le lieu, ce serait trop beau pour être vrai) d’un petit poste frontière un peu plus haut, dans le New Hampshire. C’est sûr que ça ne vaut pas forcément le coup lorsque l’on vient de NY, mais en prenant une route un peu plus à l’est, c’est génial. Il n’y a certes que deux douaniers, mais même en pleine période touristique, il n’y a aucune voiture… Et c’est très sympa et convivial, puisqu’ils ont le temps pour papoter!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.