english.jpg Travailler en anglais et vivre en français, c’est agréable. Jusqu’à un certain point! Ce point qui fait que tout à coup votre cerveau ne sait plus où il en est et confond les langues, les tournures ou alors tout simplement refuse de fonctionner plus longtemps!

C’est ainsi, par exemple, qu’au beau milieu d’une conversation avec une collègue anglophone, je n’étais plus capable de trouver le mot que je cherchais, ni en anglais ni en français! Un vide gigantesque avait pris place dans mon esprit et je n’étais même plus capable de savoir reformuler ce que je cherchais (en l’occurrence un kyste aux ovaires!). Il m’a fallu quelques secondes pour que tout se relance et que je puisse le prononcer en français mais j’ai vécu des instants de panique face à ce vide.

Pourtant je rêve de ce même vide chaque soir en tentant de m’endormir alors que mes pensées se formulent en anglais puis en français et ainsi de suite. C’est tout sauf reposant, surtout quand on ne maîtrise pas parfaitement une des deux langues.

L’avantage c’est que mon anglais se perfectionne un peu plus chaque jour et que les blagues, sarcasmes ou bons mots sortent de plus en plus naturellement au travail, enfin tout dépend de qui est en face. Devant mon boss, je bafouille, mêle mes mots alors que devant des collègues avec qui je plaisante facilement, tout est naturel. C’est bien sûr un peu frustrant mais je sais qu’avec le temps je vais être plus à l’aise avec mon patron aussi (enfin j’espère).

Maintenant je comprends les québécois qui « switchent » d’une langue à l’autre selon leur interlocuteur et selon la phrase, c’est fou comme rapidement certains mots s’imposent plus facilement dans une langue, même pour moi!

9 commentaires le Where is Brian?

  1. Encore une discussion passionnante à ton travail dis donc 😀
    Sinon cool que tu t’améliores de jour en jour, si tu comprends et fais des blagues c’est que tu maîtrises mieux que tu ne le crois !
    Et en effet ici j’apprécie de pouvoir choisir le mot adéquat pour dire ce que je veux dire, qu’il soit anglais, français ou québécois !

  2. oui je comprends bien. J’ai été dans une école bilingue et la moitié de mes cours étaient donnés en anglais (histoire, géo…), à un moment tu perds un peu la boule.

  3. Tu parles ici à une professionnelle du franglais que je pratique depuis maintenant nombres d’années. Si le franglais est relativement peu surprenant à Montréal, une fois sortis de la ville, mes amis et moi ne cessons d’émerveiller les gens avec notre capacité à parler deux langues en même temps. On ne s’en rend pas toujours compte, mais c’est vrai que finalement c’est une grande chance.
    Il parait qu’on maîtrise une langue quand on rêve dans cette langue. C’est bon alors, je n’ai plus de soucis à me faire!

  4. Alice : pourtant entre Urgences, Grey’s et House, je suis parée à toute conversation médicale… Normalement! LOL

    Marlène : l’univers féminin et ses conversations haletantes! 😐

    Pimousse : c’est clair! Je suis impressionnée par tous les bilingues et la facilité qu’ils semblent avoir! Moi ça me perturbe le cerveau! 😀

    Petite Fleur : oui, on m’avait dit ça aussi pour les rêves! Je dois être en bonne voie alors! 🙂

  5. Et oui, c’est tout à fait normal, c’est ce que j’ai baptisé la période d’assimilation, c’est d’ailleurs très fatiguant comme période, mais surement une des plus enrichissantes!
    Après un temps ça passe, on retrouve ses marques et on commence à switcher plus facilement, même si des fois la langue fourche encore!!

    Perso, je te parle de mon expérience argentine parce qu’a Montreal, je suis dans un environnement 100 % francophone c’est même un peu ennuyeux pour moi des fois car je rêve d’améliorer mon anglais, encore très moyen!

    Enfin, good luck, ça va devenir plus facile avec le temps!

  6. Hihi…. te voilà en bonne route de vraiment devenir québécoise LOL

    Dans mon cas, c’est 3 ou 4 langues qui peuvent se retrouver dans la même phrase 😉 Je trouve que certains mots dans une langue expriment mieux ce que je veux dire et c’est pour ça que je « switche » constamment d’une langue à une autre… ce qui peut parfois fatiguer mon interlocuteur 😐

  7. Ce qui devient marrant, c’est quand tu traduis mot pour mot des expressions si pratique en anglais parce que tu sais plus comment on dit en français et ça donne un résultat bizarre !

  8. C’est vrai que certains mots expriment mieux un concept que leur équivalent en français. Encore, je trouve ça assez facile de distinguer entre le français et l’anglais, car langue romane vs. langue germanique. 😉 Eh oui, j’ai déjà fait des rêves dans lesquels l’anglais et le français se sont alternés, et aucune de ces deux langues n’est ma langue maternelle!

    "Qui ne connaît pas de langues étrangères ne saura rien de la sienne." (Goethe)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.