Et oui, plus que jamais je rattrape mon retard dans les séries et après Weeds, je me suis mise à Big Love et Mad Men, deux séries complètement différentes, dont une qui tient ses promesses et l’autre pas!

Big loveComme d’habitude, le peu que j’avais entendu laissait présager de bonnes choses, sinon soyons logique je ne regarderai pas, commençons donc par Big Love.
Produite par Tom Hanks, elle a été nommé au Golden Globes dans la catégorie meilleure série dramatique en 2007 et meilleur acteur pour Bill Paxton. Avant sa diffusion, la série faisait déjà polémique car tout repose sur l’histoire d’une famille polygame, un homme, trois femmes et sept enfants! Diffusée sur HBO (comme Weeds) depuis deux saisons, elle est déjà renouvellée pour une troisième, mais à quoi bon vous dirai-je!
Et oui, je n’ai pas aimé… L’intrigue polygame aurait pu être intéressante pour une comédie à la rigueur mais là ça n’amène pas grand chose, hormis voir à quoi ressemble un « compound » mormon, ce qui les ferait presque passer pour les Sopranos vu leur fonctionnement mafieux.

L’ensemble des personnages de la série m’a déplu, sauf à la rigueur Joey (le frère du héros) et à l’extrême rigueur parmi les femmes Margene, la 3e et plus jeune (23 ans). J’aurais ajouté Barb (la première) mais avec son histoire ridicule de concours de mère de l’année elle a achevé de m’énerver! En gros, comme on peut s’y attendre on assiste à un ménage à quatre bien rôdé malgré quelques grincements et on nous démontre savamment que les femmes ont tellement à faire dans leur foyer que ce n’est vraiment pas la peine qu’elles travaillent, surtout que leur mari leur sont tout dévoués… Mais cependant peut-être qu’une quatrième femme ça pourrait être sympa de temps en temps??
J’ai quand même regardé toute la saison une (12 épisodes) mais pour la saison deux, je vais me contenter de lire les résumés sur le net. Les intrigues n’ont pas franchement d’intérêt mise à part m’énerver un peu plus à chaque épisode tellement certaines ficelles sont dénuées d’intérêt! Le héros qui a déjà deux magasins (faut bien ça quand on a trois maisons!) rêve d’en ouvrir un troisième, d’avoir toujours plus pour lui et sa famille et en même temps se complait tout à fait dans la doctrine mormonne! Y a comme un truc qui sonne faux dans toute cette histoire et c’est sans doute pour cela qu’on s’ennuie autant! Certains seront contents de savoir qu’il y a très très peu de musique accompagnatrice, Mon Dieu que c’est triste du coup! Ah et pour les afficionados de Véronica Mars, tous les seconds (voire troisièmes) rôles s’y retrouvent: Lily, Mac et Beaver!
Mad men
Passons à quelque chose de plus réjouissant: Mad Men! D’abord je crois que j’avais mélangé avec une autre série parce que j’étais persuadée qu’elle traitait d’avocats alors qu’en fait il s’agit de publicitaires des années 60! Passé ce premier choc, je n’ai pas tout de suite accroché avec la série bien que d’entrée je trouvais le héros, Don Draper (alias Jon Hamm), intéressant. Déjà être plongée dans le Manhattan des années 60 ne m’attirait pas spécialement, surtout qu’ils passent leur temps à fumer, mais vraiment donc j’espère que les acteurs ont une bonne couverture sociale!

Pour en revenir à la série, elle est diffusée sur AMC, une chaîne câblée américaine, et compte 13 épisodes pour sa première saison. Malgré des audiences en baisse, la chaîne l’a renouvellée et puisque je parlais des Sopranos au-dessus, à noter que Mad Men a été créé par Matthew Weiner, scènariste de la-dite série.
L’intrigue se passe donc dans une Amérique en pleine mutation où la révolution sexuelle n’avait pas encore eu lieu mais où l’émancipation des femmes se faisait sentir et dans ce monde macho qu’est (était?) la publicité, ça donne quelques intrigues intéressantes. Les hommes sont loin d’apparaître sous leur meilleur jour mais on leur pardonne beaucoup de choses, allez savoir pourquoi!
Quoiqu’il en soit, si j’ai eu un peu de mal à me mettre dans l’ambiance (je me suis ennuyée dans l’un des premiers épisodes), la suite m’a séduite et sans dire que je suis accro, je regarderai la saison deux avec plaisir l’été prochain.

15 commentaires le Deux pour le prix d’une: Mad Men et Big Love!

  1. Marrant je trouve Big Love très intéressant et original moi, en tout cas comme tu en parles j’ai vraiment l’impression qu’on n’a pas vu la même série !
    Les personnages sont très riches, très bien écrits et, sans les aimer, je les trouve fascinants et toujours très en accord avec eux-mêmes, que ce soient les 3 femmes, très différentes et très bien jouées, les 2 plus grands enfants ou Bill lui-même.
    Quant aux intrigues j’apprécie beaucoup de découvrir comment marche ce monde auquel je ne connaissais rien, que ce soit au niveau du compound, véritable mafia en effet, des croyances et tout ce que cela entraîne, et puis de la vie quotidienne, vraiment pas de tout repos.

    Mad Men c’est sur ma liste de « à voir » j’en ai entendu du bien aussi, et perso moi on me dit « Manhattan des années 60 » et j’ai déjà envie de regarder !

  2. Justement original en fin de compte je ne trouve pas. Ok, le sujet la polygamie l’est mais c’est exploité de telle manière que c’est juste un homme qui doit se débrouiller avec trois femmes, comme si elles n’étaient qu’une seule.
    Je trouve les personnages assez creux pour ma part, les femmes sont chacunes un peu cliché dans leur genre, Barb et Margene me font pitié et Nicki bah, elle est exactement là où elle mérite d’être! Bill est parfaitement insupportable, heureusement il y a les enfants qui eux sont vraiment intéressants mais pas hyper présents.
    Après je te cache pas que les mormons ont tendance à m’exaspérer et je suis déçue qu’à aucun moment il n’y ait de la remise en question ou de la dénonciation. Ça aurait été beaucoup mieux au second degré ou avec un peu d’humour parce que là on assiste au show d’une Amérique profonde rétrograde qui ne me plaît pas du tout.
    Mais bon si elle a de bonnes critiques, il doit sûrement y avoir une raison. J’espère en tout cas que Mad Men te plaira! 😉

  3. Ah mais j’y vois de la remise en question moi, pas de la dénonciation (qu’est-ce que tu veux dire par là ?) mais leur mode de vie particulier est constallement sur la scellette, trop mormons pour certains, pas assez pour d’autres, de plus les 2 grands enfants (se) posent beaucoup de questions là-dessus, les familles de Barb et Margene aussi apportent leur lot de problèmes, de jugement (ça c’est plus dans la 2e saison je crois)…
    Je trouve que l’humour est là, noir, cynique, mais bien là, justement c’est très 2cd degré, c’est HBO pas ABC, les séries HBO c’est jamais à prendre au 1er degré, seulement 2cd degré ne veut pas forcément dire dérision, ici c’est une réflexion sur un cas général à partir d’un cas particulier, ça permet aussi à plus grande échelle de s’interroger sur le rapport à la religion des Américains par exemple, ça touche à la famille, à l’argent, à la sexualité, bref je trouve que c’est très riche comme série et en voilà un long comm 😀

    A l’occasion regarde Rome aussi, niveau mise en peerspective de la poiltique actuelle c’est édifiant + y a un côté soap très réjouissant.

  4. Pour une série qui traite de polygamie (quelque chose d’interdit et de moralement contestable), j’aurais aimé qu’il y ait plus de critique ou de dénonciation, dire que c’est quand même pas bien quoi. Après bien sûr il faut que ce soit subtil et par l’ironie mais là, je trouve que ça se complaît dans la doctrine mormone, on finit par être d’accord avec Nicki que la place de la femme est à la maison auprès de ses enfants et ça je trouve ça dommage. Cela dit je n’ai vu que la saison une, peut-être que la deux aurait amené quelque chose qui me manquait…

    Pour Rome, je les ai sur mon pc depuis Noël mais je n’ai pas encore eu le temps de m’y mettre. Je viens d’attaquer The Office et Cashmere mafia à commencé hier!
    En France, TF1 lance la diffusion d’Ugly Betty ce soir, je sens que le doublage va encore me chiffonner!

  5. Je n’avais pas entendu parler de ces 2 séries…
    Tu les regardes en VO ou en VOST ?
    J’aimerai bien regarder Ugly Betty ce soir mais j’ai peur d’être trop crevée par ma reprise de boulot… 🙁

  6. OK, moi je ne m’attends pas et ne veux pas qu’une série serve à dénoncer, il y a des mièvreries comme 7 à la maison pour ça, c’est insupportable; ici le regard critique est là mais ce sont aussi des êtres humains avec leurs sentiments, leur complexité, leurs questions, leur foi, leur choix de vie, et je cherche pas à être d’accord ou pas d’accord avec eux. Je ne m’identifie à personne dans la série et ne finit pas du tout par être d’accord avec Nikki mais je trouve intéressant de voir son mode de pensée.
    Je ne trouve pas du tout non plus que ça se complaît dans la doctrine mormone, on voit bien le charlatanisme, l’emprise sectaire (le vieux qui veut épouser la petite jeune) et le côté mafia/fric, plus les problèmes de toutes sortes de Bill & co engendrés par leur situation familiale – ça coupe tout fantasme masculin d’avoir plusieurs femmes je pense !

    Et ne regardez pas les séries doublées par pitié, c’est quand même facile de les voir en VO !

  7. Voila le copié collé de la réponse à ton commentaire, pardonne ma feignantise ^^

    « D’abord, merci pour tes passages sur mon blog, cela m’a donné l’occase de découvrir ton site, et c’est plutôt une bonne chose (:
    Pour ma part, je ressens pour Big Love une passion folle et débonnaire, la saison 2 ayant été pour moi une confirmation de la bonne surprise qu’a constitué la saison inaugurale ! Comme toi, j’ai été longtemps réticent à cet univers mormon malsain mais j’ai rapidement dépassé le stade du dégout pour mieux les apprécier, à l’exception de Bill qui est encore le héros le plus détestable que je connaisse (:
    Je ne saurai quoi dire pour te prouver toute la valeur de Big Love, je pense de toutes facons que c’est maintenant peine perdue ; en tout cas, c’est très intéressant de lire ton avis, ça ne manque pas d’arguments (:
    Sinon, comme tu me l’as souligné, Big Love n’est définitivement pas une comédie ; mon introduction de la saison 1 n’était pas très subtile ; cependant je n’ai jamais considéré Big Love comme un drame à l’image de ma série culte : Six Feet Under ! Pour moi, Big Love est donc une dramédie, inclassable dans les deux autres genres.
    Pour info, et si cela peut t’intéresser, j’ai écrit il y a quelques mois mon bilan de la saison 2 et les résumes de celle ci, ce sera publié dans les jours qui suivent, lorsque le glas de la fin de mes partiels aura sonné !

    A bientot (: »

  8. Miss Brownie: je les regarde en VO et si possible en VO sous titré anglais. Je ne savais pas que tu reprenais le boulot aujourd’hui, j’espère que ça s’est bien passé! En tout cas, si tu peux regarde Ugly Betty ça vaut vraiment le coup mais c’est vrai que la VF doit la desservir un peu…

    Marlène: sans parler de mièvrerie mais disons que qd il y a des choses limites, type sexisme, etc., dans une série j’aime bien qu’on y oppose quelque chose et là je ne trouve pas que ce soit vraiment le cas.
    Pour ce qui est de voir les séries en VO, si on veut pas attendre des mois les DVD ce n’est pas si facile que ça (enfin légalement j’entenfs)… 😉

    Blabla-séries: je devrais peut-être voir la saison 2 alors parce que j’ai du mal à imaginer qu’elle puisse susciter une folle passion! 🙂 Tu me rappelles qu’il faudrait que je me mette à Six Feet Under un jour… Good luck pour la fin des partiels, par contre, tu n’as pas répondu pour le titre du morceau sur ton blog?

  9. C’est pas toi qui avais du mal avec Dexter au début parce que ça te mettait mal à l’aise une série sur un serial killer? T’es une p’tite nature en fait… ou c’est moi qui suis trop désabusée je sais pas 😀

  10. Ah ah! Si! J’ai relu mes commentaires sur Dexter hier justement! Je dois avoir un côté moral trop prononcé je crois! Quoi qu’il en soit je vais me remettre à Dexter sous peu. Et tu as vu le pilot de Cashmere mafia?

  11. Nope pas encore mais c’est enregistré…

    Sinon pour Big Love ou Dexter justement je trouve intéressant d’avoir des protagonistes qui ne sont pas des gens qu’on doit aimer, j’aime bien cette dark side, c’est pas pour rien que j’étais fan d’Addison dans Grey’s anatomy et que je l’ai plus aimée dans Private practice où elle est devenue toute lisse et politiquement correcte.

  12. C’est compliqué d’aimer une série quand on n’aime pas ses personnages, enfin pour ma part. Après ce n’est pas forcément lié au dark side parce que ça je pense que ça ne me dérange pas mais il faut quand même que j’aime quelque chose dans le personnage et dans Big Love ce n’est pas le cas alors que peut-être Dexter, par ses failles, me touche et donc passe.

  13. Je profite de ces discussions tres interessantes sur les mormons et la polygamie pour ressortir certains elements que je tire du bouquin genial que je suis en train de lire « Under the banner of Heaven: a story of violent faith » qui explique la religion mormonne, son histoire, ses croyances et tout le toutim.
    La polygamie est pratiquee uniquement par les fondamentalistes mormons (elle a ete condamnee par l’eglise mormone pour s’aligner aux valeurs americaines). Par contre chez les fondamentalistes, c’est pas toujours tout rose. Position retrograde de la femme sans autorite; les filles de 14 ou 16 ans qui doivent marier des mecs trois fois leur age, et l’impossibilite de s’en sortir puisque dans certaines villes, meme le maire et le chef de la police sont polygames…
    Les mormons ont une religion. Les fondamentalistes (comme dans toute religion) sont ceux qui font peur.

  14. Hey salut Vince! Je vois que tu as des lectures intéressantes! Je pensais que la polygamie était courante chez les mormons, que ce n’était pas réservé à une branche particulière… C’est déjà ça! Pour l’image rétrograde de la femme, elle est assez bien représentée dans la série et c’est une des choses qui m’énervent d’ailleurs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *